Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Daredevil  (2003)

Varèse Sarabande (17 mars 2003) - 0:39:58 | Original Score [musique originale]



Après avoir mis en musique les aventures d'Eric Draven dans 'The Crow' et celles du sinistre 'Spawn', qui d'autre que Graeme Revell était mieux placé que lui pour écrire la musique de 'Daredevil' ? Revell n'a pas vraiment brillé sur 'Daredevil' mais signe néanmoins un score parfaitement intégré dans l'ambiance et l'esprit du film.

[© Texte : Cinezik] •

Daredevil

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Daredevil Theme (4:39)
2. Young Matt's Father (1:57)
3. Hell's Kitchen (2:12)
4. Matt Becomes Daredevil (1:38)
5. The Kingpin (3:51)
6. The Darkest Hour (2:44)
7. Bullseye (2:44)
8. Elektra (4:15)
9. Mistaken Identity (2:50)
10. Nachio (1:11)
11. Elekta Vs. Bullseye (2:56)
12. Blind Justice (2:09)
13. Church Battle (2:22)
14. Falling Rose (1:11)
15. The Necklace (3:19)

Nos articles sur cette BO

Le compositeur a restreint au possible toute sa partie thématique afin de privilégier un travail de musique atmosphérique plus ancrée dans l'ambiance noire du film. Le 'Daredevil Theme' n'a rien de follement mémorable mais se distingue, dans le générique de début du film, par l'utilisation d'un choeur mixte quasi spirituel mélangé à un orchestre où dominent les sonorités sombres. Les voix interviennent dans la séquence où l'on voit Daredevil sur le toit de l'église. La connotation religieuse de la musique de Revell apporte un petit plus indéniable à sa partition même si l'ensemble nous renvoie encore trop aux modèles du genre: 'Alien 3' d'Elliot Goldenthal, 'Devil's Advocate' de James Newton Howard, 'End of Days' de John Debney, etc. Revell fait aussi intervenir une partie électronique qui n'est pas sans rappeler certaines sonorités de 'Tomb Raider' ou 'The Negotiator'. A ce sujet, on aurait pu s'attendre à un nouveau score d'action dans la lignée de 'The Saint' ou 'The Negotiator', mais il n'en est rien: 'Daredevil' est bel et bien tourné vers de l'atmosphérique pur et dur. On notera ici l'utilisation d'une guitare électrique et de quelques percussions (genre tambours) pour l'ouverture du film, les percussions mêlées à l'orchestre (cordes et cuivres sombres principalement) donnant une énergie considérable au générique d'ouverture du film, et ce même si le thème n'est pas franchement mémorable et assez peu mis en avant. Evidemment, Revell évite les clichés habituels des grands thèmes héroïques. D'un autre côté, sa partition manque affreusement de personnalité. Peut être qu'un thème fort aurait pu lui permettre de créer une identité plus forte de la musique dans le film.

Revell utilise quand même un petit thème de piano plus intime pour évoquer le jeune Matt au début du film. Le thème n'apparaîtra que peu de fois tout au long du film. Il évoque le côté 'bon' du personnage. Ce motif de piano est donc entendu dans 'Young Matt's Father' au début du film, avec un petit côté intime qui n'est pas sans rappeler certaines musiques de Thomas Newman. A noter l'utilisation d'une voix d'enfant à la 'Alien 3' dans le sombre 'Hell's Kitchen', évocation de la torture intérieure de Matt Murdoch. On notera une nouvelle utilisation d'une guitare électrique dans 'Matt becomes Daredevil', Revell reprenant le thème principal sous une forme plus énergique, soutenue par une basse électronique pour évoquer la transformation du personnage (le morceau est visiblement inspiré du 'Costume Montage' du score de Danny Elfman pour 'Spider-Man'). Les méfaits du caïd sont évoqués dans un 'The Kingpin' où domine les rythmiques électroniques techno, comme dans 'Tomb Raider'. Il s'agit du premier véritable morceau d'action du score. 'The Darkest Hour' renforce quant à lui le côté plus atmosphérique de la partition avec ces quelques notes de piano qui semblent flotter dans l'air de manière mélancolique, sur un tapis de cordes sombres et mystérieuses à la fois. Le morceau évoque une fois encore les tourments du héros. 'Bullseye' permet à Revell d'évoquer le personnage du tueur avec des rythmiques électroniques sombres et menaçantes.

Evidemment, le compositeur n'oublie pas non plus de souligner la romance entre Matt et Elektra. 'Elektra' est donc une sorte de petit 'Love Theme' où domine un piano très aérien et quelques accords de guitare très intime. 'Elektra' évite aussi les grandes envolées lyriques sirupeuses qui n'auraient de toute façon pas pu convenir au style du film. Un peu de poésie dans un monde de brute. Le brutal 'Mistaken Identity' permet à Revell de relancer l'action avec des percussions énergiques, un environnement électronique sombre et quelques voix éthérées, débouchant sur le sombre 'Nachio's Assassination' dominé par un choeur quasi funèbre. Après 'Mistaken Identity', Revell repart dans un nouveau morceau d'action dans 'Elektra vs. Bullseye' et ses voix semblant surgir de l'au-delà. Le compositeur décrit l'affrontement violent entre Elektra et le tireur dans l'un des morceaux les plus sombres du score. 'Blind Justice' nous permet de réentendre le thème de Daredevil, le héros étant déterminé à ce que justice soit faite, coûte que coûte. Arrive alors le violent 'Church Battle' évoquant la confrontation brutale entre Daredevil et le tireur dans la séquence de l'église (on y croit pas beaucoup, mais c'est quand même bien fait). Les percussions diverses dominent ce morceau très rythmé et très noir en même temps. C'est là que la tension atteint son paroxysme pour se relâcher avec 'Falling Rose' et 'The Necklace', là où l'on retrouve une dernière fois le piano aérien d'Elektra pour une conclusion finalement très mélancolique.

Si vous aimez les partitions atmosphériques habituelles du compositeur, 'Daredevil' devrait vous convaincre sans problème. Reste le problème d'un score qui manque affreusement d'inspiration et de personnalité. La musique de Revell rejette ici toute idée d'héroïsme. Evidemment, le sujet du film ne s'y prêtait pas. D'un autre côté, comme je l'ai déjà mentionné un peu plus haut, sa partition pêche par un manque d'identité forte (on aurait par exemple aimé entendre des thèmes forts pour les deux méchants du film). Revell reprend toutes les recettes habituelles des musiques atmosphériques sombres et parsèment sa partition de trois ou quatre morceaux d'action tonitruants, son score ayant finalement bien du mal à se faire une petite place avec les chansons dans le film. 'Daredevil' est encore un de ces scores qui va contribuer à créer l'écart grandissant entre les détracteurs du compositeur et ses fans. Après le très critiqué 'Collateral Damage', 'Daredevil' continue de faire de Graeme Revell un compositeur très sous-estimé, décidément en manque de projets forts. A quand une porte de sortie vers des projets plus excitants?

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis