Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

EN

VOIR

PLUS

The Departed (Les Infiltrés)  (2006)

Silva Screen (FR : 27 nov 2006) - 0:41:42 | Original Score [musique originale]



Parallèlement à l'album de chansons édité chez Warnet Sunset, le label britannique Silva Screen édite le score d'Howard Shore en CD. C'est la troisième collaboration entre Martin Scorsese et le compositeur canadien après Gangs of New York et Aviator. Une musique étonnante, qui privilégie essentiellement les guitares.

[© Texte : Cinezik] •

The Departed (Les Infiltrés)

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

La BO est en vente ici

1. Cops or Criminals (2:01)
2. 344 Wash (2:03)
3. Beacon Hill (2:36)
4. The Faithful Departed (3:01)
5. Colin (2:09)
6. Madolyn (2:14)
7. Billy's Theme (6:58)
8. Command (3:15)
9. Chinatown (3:16)
10. Boston Common (2:53)
11. Miss Thing (1:45)
12. The Baby (2:48)
13. The Last Rites (3:05)
14. The Departed Tango (3:38)

Nos articles sur cette BO

Après des nappes sombres et des envolées orchestrales massives dans les deux films précédents du cinéaste américain, le compositeur canadien (oscarisé deux fois pour Le Seigneur des Anneaux !) retrouve une verve plus intimiste qu'on n'avait pas entendue chez lui depuis des lustres (pas même dans l'excellent History of Violence de Cronenberg, musique certes dépouillée mais toujours très sombre).

On découvre ici un Howard Shore enjoué et cynique, où les guitares dominent la partition (comme dans Crash qui avait cependant une approche plus viscérale et expérimentale, quasi-dérangeante, de la guitare électrique). Ici la guitare sèche donne un ton léger au film, en contrepoint avec les images et l'histoire plutôt décadente de Scorsese (même si le film n'est pas dénué d'humour par moments). On pense au personnage de Jack Nicholson en écoutant la musique, vieux truand blasé et cynique. Exit donc la musique irlandaise de Gangs of New Tork et tous les clichés du polar, Shore créant une atmosphère de légèreté troublante qui s'accorde mal avec ce qu'on s'attend à voir à l'écran : pourtant, ça marche à merveille. La musique décrit donc parfaitement l'ironie dramatique du film où deux infiltrés qui s'ignorent travaillent chacun de leur côté pour celui qu'ils veulent coincer.

Shore retrouve aussi la guitare électrique de Crash (notamment dans "334 Wash") de manière toujours quasi-solaire et bruitiste (on pense parfois à Santaolalla). On apprécie toujours le style du musicien pour créer des ambiances poisseuses et inquiétantes quand il le faut. Shore installe aussi des morceaux plus délicats et mélancoliques (comme "Beacon Hill" ou "Boston Common"), ou bien des nappes de cordes sur fond de guitare acoustique dans "The Faithful Departed", le thème du film (à la guitare sèche ou électrique) revenant régulièrement pour ponctuer ces morceaux d'ambiance efficaces ("Colin", "Command", "Miss Thing").

Avec "Billy's Theme", Shore développe un long morceau plus dramatique (mais toujours aussi épuré) pour le personnage de Leonardo DiCaprio (superbement décrit dans le film, bien que bâclé à la fin). Shore se fait aussi plus expérimental dans l'étonnant "Chinatown" et ses percus étouffées qui rappellent parfois Carpenter (même si les cordes sont du Shore à 100%). "The Departed Tango" est quant à lui à un morceau bien rythmé qui se marie bien avec les chansons du film (morceau aussi présent sur l'album édité chez Warner).

Au final, un score plutôt étonnant de la part d'Howard Shore, qui continue d'explorer de nouvelles voies même si la musique de The Departed évoque plusieurs de ses précédentes partitions pour le cinéma : mais le compositeur canadien demeure lui-même sans détours, servant le film et la mise en scène de Scorsese avec brio, tout en restant discrète à l'image (peut-être un peu trop ?). Ceux qui attendent un score mélodique riche et varié s'ennuiront peut-être, mais les amateurs des atmosphères à la fois délicates et dérangantes de Shore seront ravis. Et les amateurs de guitare aussi !

Pour l'anecdote, il est intéressante de noter à quel point le nom d'Howard Shore a grossi sur les pochettes de disques depuis Le Seigneur des Anneaux (voir celle-ci et celle de History of Violence, où le nom du compositeur est plus gros que le titre !).

Sylvain Rivaud

Autres BO du compositeur

Vos avis