Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

EN

VOIR

PLUS

The Fog  (2005)

Varèse Sarabande (25 octobre 2005) | Original Score [musique originale]



Comme dans Assault on Precinct 13, déjà mis en musique par Graeme Revell, le compositeur s’éloigne de la partition d’origine de John Carpenter pour nous livrer un score horrifique hollywoodien typiquement « tendance », avec son lot de dissonances, de clusters, de sonorités macabres et de textures électroniques sinistres. Pas de nouveauté à l’horizon.

[© Texte : Cinezik] •

The Fog

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Prologue (2:31)
2. God's Country (0:38)
3. Anchor Lockup (1:51)
4. It Wants Us (2:20)
5. The Hallmark (1:27)
6. Shower Love (1:12)
7. Elizabeth ... (2:52)
8. Boathouse (1:36)
9. Statues (2:00)
10. Lights Out (1:31)
11. Island History (1:43)
12. The Search (3:18)
13. Burned Image (0:46)
14. It's Here (3:39)
15. Crime Aboard (2:42)
16. Tragedy On The Elizabeth Dane (3:18)
17. The Reckoning (1:50)
18. The Fog Recedes (1:41)
19. Epilogue (1:17)

Nos articles sur cette BO

Après une première piste angoissante, aux sonorités grinçantes, le compositeur reprend dés la deuxième piste le piano de Carpenter (thème de Fog). Ensuite, la partition alterne passages horrifiques avec des sons étranges, des souffles, des percussions attaquantes... et le piano minimal que nous avons également déja entendu dans le thème d'Halloween. Une BO angoissante et nostalgique.

Benoit Basirico

Dès le sombre "Prologue", Revell nous promet une aventure bien noire à l’aide de cordes graves, synthé et percussions agressives. Dans "God’s Country", Revell nous dévoile son thème principal, quelques notes de piano mystérieuses qui pourraient presque faire penser à certains passages du score d’origine de Carpenter, et qui illustre ici cette sombre histoire d’esprits vengeurs. Dans "Anchor Lockup", Revell accentue l’utilisation de sonorités électroniques associées au brouillard et à ses méfaits maléfiques, installant une vraie ambiance de suspense et de tension tout au long du film, avant d’aboutir à un climax de terreur, suivi du macabre "It Wants Us" avec ses pulsations électroniques speedées et ses effets orchestraux dissonants et massifs. Le compositeur s’autorise même une brève pause intimiste dans "Shower Love" pour la traditionnelle scène d’amour du film, accompagnée par synthés, claviers, guitares et rythmique pop ‘in’ très stéréotypée.

Le reste du score est du même acabit : que ce soit le mystère de l’atmosphérique "Elizabeth" avec ses sons de piano désarticulés, "Boathouse" et son tempo d’action effréné sur fond de cuivres dissonants et de percussions agressives dans un style hérité de Bride of Chucky ou Bats, Graeme Revell maintient une atmosphère de suspense/terreur constante, dans la lignée de ses partitions horrifiques précédentes. La tension monte tout au long de morceaux tels que "Lights Out", "The Search", "It’s Here", "Tragedy on the Elizabeth Dane" ou bien encore le chaotique "Reckoning" tandis que le motif de piano de "God’s Country" se balade un peu partout dans la partition, accompagnant les méfaits sanguinaires du brouillard hanté et de ses esprits revanchards.

Pas d’originalité en vue ni même de surprise dans un score horrifique conventionnel qui remplit bien son rôle dans le film même si l’on aurait souhaité plus de relief et de surprise. Graeme Revell joue sur les recettes du genre et s’en sort bien une fois encore, mais l’on ne peut s’empêcher d’en rester sur notre faim. A quand un véritable chef-d’oeuvre à la The Crow qui surprendra enfin tout le monde ?

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis