Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

Golden Door (Nuovomondo)   (2007)

• Emanuele Crialese • En salle le 21-03-2007

• Musique composée par Antonio Castrignano

Antonio Castrignano compose sa première BO pour ce troisième film réalisé par Emanuele Crialese (qui avait réalisé Once we were strangers en 1998 et Respiro en 2003). Le disque contient également deux chansons interprétées par Nina Simone : "Sinnerman" et "Feeling Good".

[© Texte : Cinezik] •

Golden Door (Nuovomondo)

Sortie de la BO

RCA (19 mars 2007) - 0:49:40

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Kali Nifta
2. Manamu
3. Corri
4. Intro Luce
5. Beddha
6. Frammenti
7. Trainieri
8. Vienne
9. Luce
10. Corri Ancora
11. Monamu D
12. Membrane
13. Raggio Di Luce
14. Ciuri
15. Respiri Di Pizzica
16. Sinnerman - Nina Simone
17. Feeling Good - Nina Simone
Voir le calendrier des B.O

Autour de cette BO


Nos articles sur cette BO

Le score se pare de notes méditerrannéennes et bohémiennes, évoquant le voyage mais aussi la vie simple des personnages du film (des paysans). L'instrumentation de compose de guitares et d'accordéon, accompagné parfois de chants (en italien naturellement). On pense parfois aux musique de Goran Bregovic pour certains films de Kusturica, en beaucoup plus mélancolique cependant, car le score est teinté de tristesse (le déracinement, le passage d'une vie à une autre) et de mystère (la promesse d'une vie meilleure de l'autre côté de l'Atlantique).

Antonio Castrignano se comporte parfois en designer sonore (dans "Trainieri" par exemple) où des bruitages (un roulement de charette ?) deviennent la musique du film quant un chant et une cythare interviennent : le compositeur étonne et surprend, pour évoquer le voyage et le mélange culturel lié au destin des immigrés qui débarquent à Ellis Island.

Un thème se dégage pourtant de l'ensemble : "Corri Ancora" est une belle pièce lyrique et enlevée, dont la mélodie revient régulièrement tout au long de l'album, tandis qu'on entend des voix féminines envoûtantes dans "Monamu D", un ensemble de percussions seules dans "Membrane" ou un solo de violon tzigane dans "Raggio Di Luce"...

Un score pas spécialement inspiré et à l'orchestration peu originale, plutôt dépouillé, mais qui dégage malgré tout une agréable atmosphère de voyage et de mélancolie. Belle utilisation des voix, et thème émouvant. Une musique à savourer surtout avec le film.

Sylvain Rivaud

Vos avis