Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Grand Central  (2013)

Music Box Records (10 novembre 2016) - 2 CD | Réédition


 

Rob retrouve la réalisatrice Rebecca Zlotowski après BELLE EPINE (2010) et mêle percussions et flûte, invite le saxophone de Colin Stetson, pour une partition étonnante, construisant le monde froid et industrielle de la centrale nucléaire tout en convoquant l'histoire d'amour.


 ROB évoque la flûte et percussions de sa BO pour GRAND CENTRAL


[© Texte : Cinezik] •
Grand Central

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

CD1 • PLANETARIUM (46:16)
CD2 • BELLE ÉPINE (31:41) / GRAND CENTRAL (29:21)

CD2- GRAND CENTRAL
14. Leçon Nucléaire (1:35)
15. Triomphe (1:05)
16. Le Baiser (0:48)
17. Arrivée Centrale (1:00)
18. La Barque (3:17)
19. La Pizza (1:05)
20. Toni Contaminé (1:21)
21. Dosimètre (1:45)
22. Enceinte (1:36)
23. Les Herbes Couchées (1:33)
24. Contamine les Chevaux (1:36)
25. Flutines (1:35)
26. Glory (3:03)
27. Les Herbes Couchées (Flûte) (1:33)
28. La Dose (Early Demo) (2:09)
29. Contaminé (Early Demo) (0:51)
30. Contaminé Bis (Early Demo) (1:29)
31. La Dose (Early Baroque Demo) (1:17)

 

Lien d'achat :

Autour de cette BO

Propos de la réalisatrice sur la musique :

J'ai abordé la partition musicale du film de manière toujours aussi cruciale, narrative et cardiaque, comme Rob sait la composer entre deux tournées avec le groupe Phoenix. J'ai à nouveau fait appel à lui. Il y avait trois grands espaces dans le film, à définir par la musique : la centrale, le terrain sur lequel le groupe vit et le saloon. J'ai demandé à Rob de collaborer avec un musicien qu'il ne connaissait pas, un saxophoniste américain, Colin Stetson, dont le travail solo et la technique de respiration circulaire m'avaient ensorcelée : ça évoquait parfaitement la couleur qu'on souhaitait donner à la centrale nucléaire. Nous manquait alors la part amoureuse du film, qui se vit en plein air, dans une nature luxuriante, chaude et nocturne. On a beaucoup écouté le travail de Johnny Greenwood dans THE MASTER de Paul Thomas Anderson, qui est du lyrisme étrange, pas univoque, et placé à des endroits inattendus. La musique est réussie pour moi quand on n'arrive pas à en identifier immédiatement le grand sentiment. Pour le saloon enfin, j'ai fait appel à Jeremy Jay, avec qui Rob et moi avions déjà travaillé pour BELLE EPINE. On a utilisé la moitié de son nouvel album, pas encore mixé, une splendeur. Au fond donc très peu de musiques additionnelles, rien qui ne soit pas composé pour le film, quasiment. Dans des économies fragiles, la question des droits musicaux se pose vraiment et doit se résoudre par le haut, dans un choix fort de cohérence musicale composée en partenariat entre tous les musiciens mis à contribution. C'est comme un scénario souterrain. J'avais d'ailleurs l'idée, je le ferai peut-être un jour, de demander une bande originale pour le scénario, qui nous servirait au tournage, et une autre une fois le film fait. Le film rêvé, puis le film contrarié, réel.

Rebecca Zlotowski.

Nos articles sur cette BO

Video

Interview de ROB - Musique de GRAND CENTRAL

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis