Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Hanna  (2011)

Masterworks (6 juin 2011) | Original Score [musique originale]



Après trois films avec Dario Marianelli, Joe Wright fait appel au groupe électro Chemical Brothers (et son leader Tom Rowlands) dont il s'agit de la première musique originale pour un film.

[© Texte : Cinezik] • 0886443073463

Hanna

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Hanna's theme
2. escape 700
3. chalice 1
4. the devil is in the details
5. map sounds / chalice 2
6. the forest
7. quayside synthesis
8. the sandman
9. Marissa flashback
10. bahnhof rumble
11. the devil is in the beats
12. car chase (arp worship)
13. interrogation / lonesome subway / Grimm's house
14. Hanna vs Marissa
15. sun collapse
16. special ops
17. escape wavefold
18. isolated howl
19. container park
20. Hanna's theme (vocal version)

Nos articles sur cette BO

Le duo de musique électronique anglais The Chemical Brothers signe ici, à l'instar des Daft Punk sur TRON LEGACY ou de Björk sur DANCER IN THE DARK, une musique de film qui fait office d'album. On retrouve leur style et leurs marques de fabrique, sans que les musiciens en oublient pour autant la dramaturgie, avec notamment l'écriture d'un thème pour le personnage d'Hanna, mélodie mouvante qui évoque l'innocence perdue, pour cette histoire de gamine élevée pour tuer, à l'instar du NIKITA de Besson. Une voix est convoquée à la fin de l'album, pour la reprise du thème.

L'ambiance du disque est dans l'ensemble plutôt calme et introspective, avec des boucles et des rythmes électros discrets, mais avec toujours une omniprésence de la mélodie, du motif rythmique, du gimmick. Les musiciens expérimentent des sonorités qui évoquent l'enfance, comme un souvenir qui disparaît (avec des sonorités proches du xylophone, par exemple). "Marissa flashback" est dans un registre plus mélancolique et poignant. Après, le problème des Chemical Brothers... c'est qu'ils font du Chemical Brothers depuis quinze ans, sans réelle évolution. Alors que le passage au cinéma aurait pu être une récréation salvatrice, le duo anglais évite les prises de risques et accouche de sonorités entendues mille fois avant (ailleurs ou chez eux). C'était déjà le problème de leurs derniers albums : on a l'impression d'entendre un disque de la fin des années 90... HANNA ne déroge pas à la règle et pèche par des sonorités qui semblent datées d'une dizaine d'année. Doit-on parler d'un effet nostalgie des nineties ou de ringardise ?

Sylvain Rivaud

Vos avis