Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

La Colline a des Yeux   (2006)

The Hills Have Eyes • Alexandre Aja •

• Musique composée par Tomandandy

La musique apporte évidemment son lot de terreur et de frisson au film d'Alexandre Aja, personnifiant à merveille le sentiment d'oppression, de menace et de barbarie. On appréciera incontestablement le côté expérimental et parfois étonnant de la partition mais on regrettera le fait qu’en dehors du film, la musique semble s’essouffler et avoir bien du mal à s’apprécier en soi.

[© Texte : Cinezik] •

La Colline a des Yeux

Sortie de la BO

Lakeshore Records (US : 21 mars 2006)

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Leave the Broken Hearts (The Finalist)
2. Blue Eyes Woman (The Go)
3. Highway Kind (Moot Davis)
4. Summers Gonna Be My Girl (The Go)
5. More And More (Webb Pierce)
6. The Walls (Vault)
7. In The Valley Of The Sun (Buddy Stuart)
8. Daisy (Wires On Fire)
9. California Dreamin’ (The Bald Eagles)
10. Forbidden Zone
11. Gas Haven
12. Out House
13. Praying
14. Beauty
15. Ravens
16. Daddy Daddy
17. Beast Finds Beauty
18. Trailer
19. Aftermath
20. Ethel’s Death
21. Next Morning
22. Mine
23. Village Test
24. Breakfast Time
25. Play With Us
26. The Quest I
27. The Quest II
28. Sacrifice
29. It’s Over?

Voir le calendrier des B.O

Autour de cette BO

Nos articles sur cette BO

La musique de La Colline a des Yeux (The Hills Have Eyes) a été confiée à Tomandandy, duo électro constitué de deux musiciens new-yorkais, Andy Milburn et Thomas Hajdu. Crée à la fin des années 80, le duo opère déjà depuis quelques temps sur le cinéma et les films publicitaires, ayant écrit entre autre les musiques de The Rules of Attraction, Arlington Road, The Mothman Prophecies ou bien encore le récent Mean Creek. Le score de The Hills Have Eyes est absolument typique du style habituel de Tomandandy, constitué essentiellement de sonorités électro étranges et inquiétantes et de samples trafiqués, sans oublier des sonorités de guitares électriques déformées et quelques sons de cordes lugubres qui agrémentent parfaitement l’ensemble. L’utilisation de sons déformés est d’ailleurs assez astucieuse puisqu’elle renvoie à la présence dans le film des mutants dégénérés. 'Forbidden Zone' ouvre le film au son de guitares électriques sombres et de nappes sonores électroniques inquiétantes qui créent une atmosphère musicale atonale lourde et pesante dès le début du film, avec un soupçon d’expérimentation parfait pour le film. 'Gas Haven’ développe alors le thème principal joué aux cordes sur fond de sonorités électroniques inquiétantes, durant la scène où les Carter arrivent à la station service. Ici aussi, Tomandandy crée un véritable design sonore particulièrement efficace bien que sans grande surprise, les cordes étant bien mises en avant ici sur fond de nappes électro macabres, exprimant un fort sentiment de danger et d’oppression. La tension ne cesse alors de monter tout au long des morceaux de la première partie du film, comme dans le très menaçant 'Beauty’ et son magma sonore inquiétant pour la scène où l’un des deux chiens de Bobby s’échappe dans les collines avant de se faire mystérieusement tuer par un individu qui rôde dans le coin. Ici aussi, le duo continue d’expérimenter sur ses différentes sonorités électro/acoustiques avec une certaine maîtrise, très éloigné des habituels scores orchestraux que l’on entend traditionnellement dans les productions horrifiques hollywoodiennes. Il ne fait nul doute qu’un morceau aussi efficace que 'Beauty’ devrait séduire pleinement les fans d’atmosphères électro expérimentales! Idem pour le sinistre 'Ravens’ et son atmosphère de cauchemar qui continue de faire monter la tension et de personnifier musicalement le danger qui guette la famille Carter. A noter que le thème principal est toujours présent, une sorte de leitmotiv inquiétant associé dans le film aux méfaits des mutants.

‘Daddy Daddy’ se distingue des autres morceaux par son aspect rythmique nettement plus prononcé, Tomandandy utilisant ici différentes sonorités de percussions déformées, que ce soit des sons de chaînes métalliques ou de tambours graves, sans oublier des textures sonores elles aussi déformées, qui continuent de renforcer l’atmosphère oppressante de la musique et de personnifier musicalement la présence des mutants dans les environs. L’utilisation d’un mélange très pesant basse/guitares électriques dans 'Beast Finds Beauty’ permet de relancer la tension (scène du viol dans la caravane), tandis que 'Trailer’ nous propose un passage répétitif, brutal et hypnotisant à l’aide de sonorités techno répétées de façon quasi abrutissante. On monte ici d’un cran dans l’expérimentation, alors que le motif de 2 notes répétées de basse présent dès le début du morceau réapparaît ici pour évoquer le danger au cours de la première scène d’attaque des mutants. Avec 'Next Morning’, qui accompagne la séquence du lendemain après l’attaque extrêmement brutale des mutants sur la caravane en pleine nuit, Tomandandy continue d’expérimenter en mélangeant ici aussi diverses sonorités de percussion et quelques touches orchestrales (cordes et cors principalement). 'Village Test’ met même en avant une guitare avec quelques cordes/flûtes et des nappes synthétiques brumeuses pour la scène où Doug part dans le village test pour récupérer son bébé capturé par les mutants. La tension vient ici de la superposition des sonorités orchestrales/électroniques et de la présence des guitares (mélangeant différentes sonorités de guitares électriques), aboutissant à un 'Breakfast Time’ particulièrement agressif pour la séquence de l’affrontement entre Doug et les mutants dans la maison du village test.

Sonorités déformées, clusters de cordes et textures sonores techno continuent de se chevaucher pour former un magma sonore particulièrement brutal et macabre à l’écran. A noter une utilisation inattendue de samples de choeurs à la fin du morceau, qui se conclut d’une façon quasi épique lorsque Doug tue les mutants, la musique exprimant à la fois un sentiment de victoire amère et la transformation de Doug en machine à tuer (d’où la morale de l’histoire, qui montre des personnes ordinaires obligés de sombrer à leur tour dans la barbarie pour pouvoir survivre). Cette atmosphère grandiose et sombre se prolonge dans 'Play With Us’ pour accompagner la suite de l’affrontement entre Doug et les mutants, bien décidés à ne pas le laisser partir avec son bébé. Dès lors, la musique devient plus rythmée, plus agressive, les parties orchestrales devenant aussi plus présentes et toujours bien mixées avec les sonorités électroniques macabres et défigurées. 'The Quest I’ et 'The Quest II’ sont ainsi très représentatifs de ces atmosphères brutales qui accompagnent parfaitement la confrontation finale, tandis que 'The Quest II’ aboutit de façon inattendue à un final orchestral de cordes/cuivres/guitares grandiose pour la victoire finale de Doug, un morceau qui paraît presque un peu exagéré et surdimensionné sur les images de cette scène et qui porte un certain second degré inattendu et fort bienvenue. Le calme revient enfin dans 'Sacrifice’ avec sa guitare plus mélodique tandis que 'It’s Over?’ conclut la partition de façon grandiose, à l’image de 'The Quest II’, le morceau faisant parfois penser à certaines musiques western à l’ancienne (les décors désertiques du film aidant!), majestueux et sombre à la fois, idéal pour parachever la partition de The Hills Have Eyes en beauté.

Tomandandy continue ainsi de mener son petit bonhomme de chemin dans la musique de film hollywoodienne, le duo semblant préférer depuis quelques temps les thrillers et autres films d’horreur lui permettant d’expérimenter d’une façon toujours assez libre et décomplexée. Décidément, les producteurs de la Fox auront bel et bien donné carte blanche au réalisateur et au compositeur du film, les deux partis semblant avoir opéré sur ce film avec une certaine aisance rare de nos jours à Hollywood. La musique apporte évidemment son lot de terreur et de frisson au film d'Alexandre Aja, personnifiant à merveille le sentiment d'oppression, de menace et de barbarie. Hélas, ce n’est pas pour autant que la musique de The Hills Have Eyes est un grand chef-d’oeuvre du genre! On appréciera incontestablement le côté expérimental et parfois étonnant de la partition mais on regrettera le fait qu’en dehors du film, la musique semble s’essouffler et avoir bien du mal à s’apprécier en soi. La facette parfois répétitive de la première partie plus atmosphérique du score empêche d’ailleurs l’écoute de décoller vraiment, alors qu’il faut attendre la dernière partie pour enfin entendre le duo se lâcher au cours des longues séquences barbares/gores de la fin du film. Dommage, car la BO de The Hills Have Eyes possède pourtant une qualité qui fait défaut à la plupart des compositeurs hollywoodiens d’aujourd’hui: une certaine inventivité !

Quentin Billard

Autres BO de Tomandandy


Tomandandy a également écrit la musique de : Le Pacte du Sang (2006) • 2eme sous-sol (P2) (2008) • Resident Evil : Afterlife 3D (2010) • Fastest (2013) • Resident Evil: Retribution (2012) • Apparition (2013) • Tueurs nés (1994) • Girlhouse (2016) • Sinister 2 (2015) • I Wish : Faites un voeu (2017) • Le Chant du loup (2019) • The Silence (2019) • Lucky Day (2019) • 47 Meters Down: Uncaged (2019) •

Vos avis