Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

Hostel - Chapitre II   (2007)

• Eli Roth • En salle le 11-07-2007

• Musique composée par Nathan Barr

Le compositeur Nathan Barr est de retour sur Hostel Part II avec une partition tour à tour sombre, macabre et lyrique, toujours interprétée par le Filmharmonic Orchestra de Prague. Barr réutiliser donc la même formation orchestrale avec toujours la présence de son instrument fétiche, le Glass Harmonica (harmonica de verre). Le compositeur associe cet instrument dans le film aux moments les plus sombres, comme pour personnifier le danger qui menace les jeunes femmes devenues des proies faciles.

[© Texte : Cinezik] •

Hostel - Chapitre II

Sortie de la BO

Varèse Sarabande (16 juillet 2007)

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Suite ("Amid A Crowd Of Stars") (6:33)
2. Beautiful Skin (2:22)
3. Train (1:45)
4. Paxton Meets Sasha (2:09)
5. Bidding War (2:44)
6. Portrait (2:16)
7. Montage (3:08)
8. The Kiss (0:55)
9. Stuart (2:26)
10. Boat Ride (1:37)
11. The Bath (3:39)
12. Elevator (1:54)
13. Escape (2:27)
14. Todd (2:14)
15. Turning Tables (3:57)
16. Snip (1:16)
17. Axelle (0:40)
Voir le calendrier des B.O

Autour de cette BO

Nos articles sur cette BO

Dans le film, la musique crée une atmosphère particulièrement inquiétante tout à fait similaire à celle entendue dans le premier opus. Seule ombre au tableau : certains morceaux écrits par le compositeur n'ont pas été utilisés dans le film. Du coup, Barr s'est retrouvé à écrire quelques ‘suites' pour l'album publié chez Varèse Sarabande afin de faire entendre sa musique dans sa quasi intégralité. A noter que dans le film, Roth a décidé d'utiliser beaucoup de source music et quelques musiques festives d'Europe du nord, apportant un humour noir complètement décalé au film comme cette dernière scène où les enfants jouent au foot avec la tête de la jeune femme décapitée. La scène où Todd et Stuart arrivent dans l'usine désaffectée des tortures est entièrement accompagnée par un chant lancinant d'Europe du nord, une autre très bonne idée qui apporte une émotion particulière à cette scène. Dommage là aussi que le morceau qu'avait prévu Nathan Barr à l'origine n'ait pas été retenu pour le film. A noter que le compositeur a fait ici appel à la chanteuse Lisbeth Scott qui interprète certaines vocalises hantantes de la partition de Hostel 2 comme cet intrigant et inquiétant ‘Montage' et cette voix orientale lointaine, morceau prévu à l'origine pour la scène de l'arrivée de Todd et Stuart et finalement abandonné. L'album débute sur une ‘Suite' non utilisée dans le film, baptisée ‘Amid A Crowd of Stars' et qui nous permet de découvrir le thème mélancolique associé à Axelle dans le film. Cette ‘Suite' s'avère être étonnamment classique, mélancolique, lyrique et apaisante. On y ressent un caractère de complainte influencée par un certain style de musique classique d'Europe de l'est. Nathan Barr utilise ici les cordes avec un hautbois solitaire qui joue le thème d'Axelle et une harpe pour arriver à ses fins, dans ce magnifique adagio poignant totalement inattendu dans le contexte macabre et oppressant de la musique du film. On sent d'ailleurs à quel point Nathan Barr s'est fait plaisir en écrivant ce morceau particulièrement émouvant.

Avec ‘Beautiful Skin', on entre enfin dans le vif du sujet avec son lot de cordes staccatos ascendantes, ses cuivres massifs et dissonants. On retrouve ici le style horrifique de Hostel, sans grande surprise. Même chose pour ‘Train' qui nous permet de retrouver le sinistre motif de 4 notes associé à l'hôtel de la torture. A noter une utilisation d'effets de glissandi/clusters de cordes dissonantes dans ‘Paxton Meets Sacha' pour l'une des premières scènes gores du film. On retrouve là aussi l'utilisation d'un langage avant-gardiste/atonal hérité de la musique orchestrale savante du 20ème siècle, sans grande surprise, quelque part entre Ligeti et Penderecki. Le motif de 4 notes revient dans ‘Bidding War' pour l'un des premiers morceaux impressionnants du score de Hostel Part II, durant la séquence des enchères, entièrement filmée en split-screen. Nathan Barr fait monter la tension tout au long de cette scène à travers un grand crescendo de cordes staccatos du plus bel effet, frénétique à souhait – suggérant, non sans ironie, la course aux enchères pour qui offrira le meilleur prix pour avoir le luxe de torturer la jeune américaine. Le thème de 4 notes est ici rendu plus puissant avec des cuivres massifs sur fond de cordes agitées et accelerando. Après quelques sursauts de terreur dans ‘Portrait', ‘Stuart' et ‘Boat Ride' (scène où Lorna est kidnappée), ‘The Bath' nous plonge dans l'horreur absolue avec la scène de la torture au bain de sang. Glass Harmonica mystérieux, cordes dissonantes, clusters, glissandi, gargouillis de pizzicati, percussions agressives et même effets sonores de cordes étranges et déroutants s'unissent pour créer un véritable magma sonore de terreur pour la scène de la torture, le morceau ne prenant jamais le pas sur la scène mais conserve néanmoins une certaine retenue angoissante, viscérale, suffocante (on est très proche ici de l'esthétique atonale/aléatoire de Penderecki). Idem pour ‘Elevator' et son atmosphère de panique lorsque Stuart se rend compte de ce qu'il vient de faire et tente de s'échapper mais en vain. ‘Escape' demeure similaire par son ambiance de terreur/course poursuite avec ses cordes staccatos effrénées qui rappellent moult partitions thriller de Bernard Herrmann, avec un classicisme d'écriture qui nous renvoie clairement aux musiques de film d'horreur orchestrales à l'ancienne. La partition atteint un climax de terreur avec ‘Turning Tables' où les rôles entre victime et bourreau s'inversent dangereusement, le morceau s'apparentant à 4 minutes de déchaînement orchestral pur particulièrement intense à l'écran. Enfin, ‘Axelle' conclut le film sur un dernier retour du thème d'Axelle confiée à un hautbois solitaire, et déjà exposé dans ‘Suite' au début de l'album.

La BO de Hostel Part II n'offre donc rien de bien neuf par rapport à la partition du premier épisode. Nathan Barr reprend donc ses formules orchestrales habituelles et nous offre une nouvelle symphonie de la terreur avec une ‘Suite' magnifique et un nouveau thème mélancolique de qualité pour la jolie Axelle. Néanmoins, le manque d'originalité et de surprise de cette nouvelle partition nous laisse un peu sur notre faim. L'ensemble demeure bien écrit et orchestré mais conserve un côté ‘bis repetita' un peu monotone, avec la sensation d'entendre la même chose que ce que l'on a déjà entendu sur le premier film. La musique fonctionne bien dans le film, apportant un souffle de suspense et de terreur rétro aux images du film d'Eli Roth. Néanmoins, le score de Nathan Barr ne laisse pas un souvenir impérissable et s'écoute correctement mais sans grande passion. A réserver donc aux amateurs du compositeurs et aux fans de la musique de Hostel !

Quentin Billard

Autres BO de Nathan Barr


Nathan Barr a signé la musique d'autres films de Eli Roth : Hostel (2006) • Hemlock Grove (2013) • La Prophétie de l’horloge (2018) •

Nathan Barr a également écrit la musique de : The Americans (2018) • Le Dernier exorcisme (2010) • True Blood - Saison 2 (2010) • Un grand mariage (2013) • Un voisin trop parfait (2015) • L’Expérience interdite - Flatliners (2017) • Uncle Frank (2020) • Carnival Row (Série) (2019) • The Hunt (2020) • Hollywood (Série) (2020) • The Great (2020) • The Devil's Light (2021) •

Vos avis