Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Inception  (2010)

WaterTower Music (13 juillet 2010) - 0:49:20 | Original Score [musique originale]


 

Après avoir composé les deux BATMAN avec James Newton-Howard, Hans Zimmer retrouve seul Christopher Nolan, pour un score immersif, très présent dans le film, et qui a un rôle de première importance dans la narration et l'émotion. Sans doute le meilleur score de Zimmer depuis très longtemps.



[© Texte : Cinezik] •
Inception

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Half Remembered Dream (1:12)
2. We Built Our Own World (1:56)
3. Dream Is Collapsing (2:24)
4. Radical Notion (3:43)
5. Old Souls (7:44)
6. 528491 (2:24)
7. Mombasa (4:54)
8. One Simple Idea (2:28)
9. Dream Within A Dream (5:04)
10. Waiting For A Train (9:30)
11. Paradox (3:25)
12. Time (4:36)

Autour de cette BO

Tracklist

  • Non, je ne Regrette rien - Édith Piaf 
  • Time - Hans Zimmer 
  • Dream Is Collapsing - Hans Zimmer 
  • One Simple Idea - Hans Zimmer 
  • Radical Notion - Hans Zimmer 
  • Mombasa - Hans Zimmer 
  • We Built Our Own World - Hans Zimmer 
  • Aboun Salehoun - Amira Saqati 

Nos articles sur cette BO

Zimmer signe ici un score atmosphérique dans la lignée des "Batman" de Nolan mais qui rappelle aussi dans son approche athématique la musique de David Julyan sur LE PRESTIGE. Zimmer pousse le volume à fond pour envelopper le spectateur, et crée véritablement une musique à la fois épique et immersive, qui va dans le sens du film, liant rêves et réalité. L'ouverture captive dès les premières secondes avec une montée de cordes et surtout de cuivres qui impressionne littéralement. Mais le morceau "Dream is collapsing" est le réel tour de force de ce score, par sa progression dramatique et sonore, et rappelle les grands moments du Zimmer des années 2000 ("Chevalier de Sangreal" dans DA VINCI CODE, KING ARTHUR, etc). Après avoir été le patron des action movies des années 90 avec des thèmes cuivrés héroïques et emphatiques, Zimmer évolue depuis quelques années vers un style plus radical, peut-être plus simple aussi, vers une tendance atmosphérique / progressive dont INCEPTION est l'un des aboutissements, après les passages déjà quasi-expérimentaux de THE DARK KNIGHT (le très audacieux "Why so serious?"). Son approche d'INCEPTION rappelle ainsi le mélange électro-rock / synthés / violons de Clint Mansell sur THE FOUNTAIN d'Aronofsky (2006), l'un des pionniers de cette nouvelle musique de film immersive et progressive. L'utilisation de la guitare électrique de Johnny Marr (du groupe anglais des années 80 The Smiths) nous évoque cette référence.

Entre ces montées en puissances proprement vertigineuses, qui contribue à baffer littéralement le spectateur comme dans un état de transe liant l'image (ultra-spectaculaire) et la musique, Zimmer fait de l'underscore aux synthés, utilisant des sonorités qu'on croirait dépassées mais qui évoquent deux choses : d'une part, le style du début des années 90 du compositeur (des réminiscences des très atmosphériques PACIFIC HEIGHTS et BLACK RAIN) et d'autre part, la musique de Vangelis pour BLADE RUNNER de Ridley Scott, film culte de Christopher Nolan et chef d'oeuvre intemporel qui hante absolument tout INCEPTION. Le long morceau "Old Souls" fait ainsi explicitement référence aux sonorités mélancoliques du score de Vangelis, avec synthés planants et piano solo. On pense aussi au score de Kenji Kawaï pour GHOST IN THE SHELL. Il évoque les images furtives du passé de Cobb (DiCaprio), sa nostalgie, son bonheur perdu, un peu comme les souvenirs embrumés de Deckart (Harrisson Ford) dans le film de Ridley Scott. Zimmer y développe un motif qui évoque ces souvenirs, en rapport notamment avec le personnage de Marion Cotillard.

La musique de Zimmer se fait aussi parfois purement ludique, rythmant le film de percussions tonitruantes et de boucles électro à la limite de la saturation, rappelant ainsi son travail sur les films d'action DROP ZONE ou MISSION: IMPOSSIBLE 2. La fonction du score est aussi de captiver le spectacteur, de rythmer le film, lui-même entrecoupé de séquences spectaculaires divertissantes permettant de mieux relancer l'attention du spectateur par la suite. La musique permet accessoirement de matérialiser l'action qui est censée se passer dans un rêve : elle contribue ainsi à rendre palpable une action qui ne se déroule pas dans la réalité, et donc à rendre homogène les différentes strates de réalité de l'histoire, voire à brouiller les frontières entre rêve et réalité. C'est sa fonction affective.

Dans "Dream within a dream" Zimmer retrouve le motif épique de "Dream is collapsing" dans un déchaînement musical en crescendo assez vertigineux, en parfaite adéquation avec l'action à l'écran. Ainsi, bien qu'essentiellement atmosphérique, le score d'INCEPTION est néanmoins construit autour de motifs qui apparaissent puis reviennent à l'occasion, comme des réminiscences. Zimmer y introduit un autre thème qui sera développé dans le final. "Waiting for a train" est le second long morceau du disque, sorte de morceau jumeau de "Old Souls" où les enjeux sentimentaux esquissés auparavant trouvent ici une apothéose émotionnelle. Ainsi, les deux morceaux de fin ("Paradox" et "Time") sont les paiements émotionnels de tout ce qui a précédé, et pas seulement musicalement, mais aussi d'un point de vue narratif : dans le film, c'est la musique qui joue le rôle de liant émotionnel, et c'est pourquoi un motif qui apparaît sur une scène clé n'a rien d'anodin quant on l'a entendu avant sur une autre scène clé. Il est assez difficile de pouvoir affirmer qu'elle joue le rôle clé dans le scénario, mais une chose est sûre : son importance narrative est cruciale.

La musique a ainsi plusieurs fonctions, qui fonctionnent toutes à plusieurs niveaux et simultanément : en plus de celle d'homogénéiser le métrage, elle accru le suspense, participant ainsi à améliorer la narration, et elle suggère la mélancolie du personnage de DiCaprio, créant l'émotion de l'histoire. Zimmer se fond littéralement dans le enjeux du scénario, dans les personnages et dans le montage, et participe ainsi au succès du film. Hans Zimmer est parvenu à créer une musique d'une échelle comparable au film de Nolan : audacieuse et ludique, mentale et affective, qui a été construite sur le même modèle réflexif et conceptuel. Rarement on aura atteint un tel niveau de symbiose entre la démarche d'un compositeur et celle de son réalisateur, car il s'agit là d'une démarche réflexive très poussée. Malgré tout, la musique ne perd jamais de son impact émotionnel, et Zimmer prouve une fois de plus avec ce film qu'il sait faire, plus que jamais, une musique impliquant le spectateur. Ne jamais oublier le public, le prendre par la main, et le faire rêver, par tous les moyens possible, et au-delà de son imagination. INCEPTION est la plus belle réussite de cette ambition de cinéma.

Sylvain Rivaud

Autres BO du compositeur

Vos avis