Quebec - Belgique - Suisse - Afrique 

EN

VOIR

PLUS

Joyeux Noël  (2005)

EMI/Virgin Classics (31 octobre 2005) - 1:13:18 | Original Score [musique originale]


Cordes lyriques, roulements de tambours, tendres choeurs d'enfant.. cette musique attrape notre coeur, par sa fibre émouvante et dramatique. Il ne faut pas oublier que le film se situe à une période tragique de notre histoire : c'est en 1914 que se noue l'intrigue de ce deuxième long métrage de Christian Carion, qui, comme son premier film, Une Hirondelle a fait le printemps, est composé par Philippe Rombi.

[© Texte : Cinezik]
Joyeux Noël

Tracklist

Disque 1 (CD audio) :
1. Ave Maria
2. Ouverture
3. Hymne des Fraternisés
4. Anna et Nikolaus
5. La Guerre
6. Enterrement des Soldats
7. Bist Du Bei Mir
8. Still Enacht
9. La Lettre de Jonathan
10. Les Souvenirs de Ponchel
11. Le Match de Football
12. Le Discours de L'Evêque
13. Le Courrier des Soldats
14. War Adagio
15. Thème de l'Abscence
16. Hymne des Fraternisés - "I'm Dreaming Of Home"
17. Adeste Fideles
18. Invitations - "I'm Dreaming Of Home"
19. Anna et Nikolaus
20. Aria pour Violon et Orchestre, d'àprès l'Ave Maria
21. Hymne des Fraternisés (murmure et vocalises)

Disque 2 (DVD vidéo) :
1. Making of de la musique (40 min)
2. Diaporama musical
3. Extraits du Films
4. Bande-Annonce

Autour de cette BO

Nos articles sur cette BO

Le compositeur a pu diriger l'orchestre mythique de Londres, le LSO, pour une partition lyrique tout en étant retenue et minimale, à l'image du simple thème au piano intitulé sobrement "Thème de l'absence" (piste 15) comme il a su parfaitement l'illustrer sur Sous le Sable. Nous retrouvons ainsi Rombi avec sa maitrise d'une émotion subtile, tout en s'appropriant magnifiquement un sujet d'envergure et d'ampleur.

 

Benoit Basirico

Disque 1 : le CD

Le film de Christian Carion s’inspire d’une histoire vraie et incroyable, qui s’est déroulée pendant la Grande Guerre de 14-18. Pour un soir, les deux armées qui la veille s’entretuaient ont déposé les armes en chantant, ont franchi les barbelés et ont fraternisé afin de fêter Noël ensemble.

On a attendu longtemps et avec impatience la musique de Philippe Rombi. Cinézik n’était pas en reste, depuis qu’en janvier, l’un de proches du compositeur (et devenu jeune talent Cinézik) nous avait parlé du projet. Le CD est à la hauteur de ce qui avait été annoncé : de l’émotion à l’état brut, telle est en quelques mots l’expression qui nous vient à l’esprit à l’écoute de la partition exceptionnelle qu’a composé pour ce film l’un des compositeurs français les plus doués de sa génération ; 73 minutes de bonheur et de frisson, et assurément la meilleure BOF française de l’année 2005.

La musique est dense et inspirée, l’écriture subtile et très maîtrisée, la mélodie sublime, sans jamais sombrer dans le pathos, l’orchestration toujours très riche et délicate. La partition fait communier les envolées lyriques, les cordes délicates ("Thème de l’absence") et les cuivres rageurs (Une "Ouverture" grandiose et le thème obsédant de "La Guerre" qui rappellent avec bonheur The Thin Red Line de Hans Zimmer), le recueillement des voix ("l'Ave Maria", une création qui ouvre le CD, morceau digne des plus grandes partitions de l’histoire de la musique religieuse), l’intimité touchante du piano (Philippe Rombi, avec la grâce et émotion qu’on lui connaît, dans "l‘Hymne des Fraternisés")…. Parfois quelques nappes synthétiques viennent très discrètement renforcer l’angoisse que le film suggère.

Afin de renforcer la thématique du film, Philippe Rombi a retranscrit musicalement l’idéal de la fraternité en utilisant quelques instruments folkloriques et en arrangeant "Bis Du Bei Mir et "Stille Nacht" (cette chanson de Noël est connue dans toutes les langues). Le thème qu’il a composé est, comme il le dit lui-même un « hymne », un refrain qui par la magie de l’écriture semble déjà avoir des racines très anciennes. Cette mélodie profonde, très inspirée, est comme une grande respiration, un souffle magnifique qui unit les contraires et les fait chanter d’une seule voix.

Non content de se suffire de sa plume, le compositeur de Swimming Pool invite à cette fresque sublime de très grandes pointures de la musique : la voix pure de la célèbre soprano Natalie Dessay, qui illumine à elle seule une grande partie de la partition, la voix envoûtante du ténor Rolando Villazon et le violon élégiaque de Carmine Lauri. Leur présence seule suffit à justifier une écoute attentive de la musique sur CD. Pour la partie symphonique, Philippe Rombi est servi aux studios mythiques d’Abbey Road par un interprète de choix : le London Symphony Orchestra, dont la cohésion sonore et la virtuosité sont devenues légendaires et qui ici a encore l’occasion de montrer à quelle point sa réputation est méritée. Enfin, cette partition est transcendée par la performance de la chorale Scala, qui a acquis une très grande renommée avec son disque Scala On The Rocks, (reprises de tubes rocks par un chœur féminin et un piano à quatre mains). Le timbre particulier, fragile et innoncent, de cet ensemble de jeunes filles sert admirablement des morceaux comme "I’m Dreaming of Home".

Disque 2 : le DVD

Le DVD offert dans l’édition spéciale (Nord-Ouest Production / Virgin Classics) contient un diaporama musical (avec des musiques parfois mises à nu), des extraits et une bande-annonce du film et, bonheur ultime, un Making Of d’une quarantaine de minutes, « Musique et chant sur le No Man’s Land » où l’on peut voir Philippe Rombi à toutes les étapes de l’enregistrement de Joyeux Noël : avec les comédiens sur le tournage, au studio Davout avec Natalie Dessay et Rolando Villazon, avec les 70 jeunes filles intimidantes de Scala, puis avec le LSO à Abbey Road. Par deux fois, on verra Philippe s’effondrer en larmes, terrassé par l’émotion que lui offre ses interprètes prestigieux. On le comprend : quelques jours avant son arrivée à Abbey Road, où tant de "grands" se sont succédés (cet "air" qu’on respire en entrant dans la cabine), John Williams venait d’achever avec le même orchestre l’épisode III de Star Wars.

Mais l’humilité lui fait oublier que c’est aussi son incommensurable talent qui inconsciemment le bouleverse.. Et dans ce trouble magnifique, dans cette vibration de l’âme qui a guidé sa plume, sa musique nous emporte vers les plus hautes sphères, à l’image de cette note suspendue, frémissement ultime, caresse céleste et pure, par laquelle Natalie Dessay achève "l’ Ave Maria". Joyeux Noël fait partie de ses expériences musicales indicibles et poignantes qui n’arrivent que trop rarement…

Damien Deshayes

Bonus DVD

Sommaire du DVD bonus

1. Making of de la musique (40 min)
2. Diaporama musical
3. Extraits du Films
4. Bande-Annonce

Documentaire : "Musique et chants sur le No Man's Land"

Réalisation : David Dessites.
Production : Nord-Ouest.

(EMI/Virgin Classics)

Date de sortie du DVD : 31-10-2005

 

Chose rarissime dans le petit monde de la musique de film : la présence d'un documentaire complet sur l'élaboration et l'enregistrement de la musique de Joyeux Noël, intégré à l'édition digipack collector de la bande originale dans un DVD bonus.

Si on est déjà habitué à voir ce type de documentaire au sein des nombreux bonus des éditions DVD de certains films étrangers récents, il en est tout autrement pour la plupart des films français, qui oublient généreusement le compositeur (voire l'ensemble de la post-production), au profit des acteurs, du tournage et bien sûr du réalisateur-roi. Avec Joyeux Noël, non seulement on se voit gratifié d'un documentaire de près de quarante minutes sur le sujet, mais en plus (et c'est un fait unique), celui-ci est présenté sur un DVD au sein d'une prestigieuse édition digipack, vendu avec le CD audio de la bande originale, plusieurs jours avant la sortie du film. Le documentaire s'intitule Musique et chants sur le No Man's Land, et a été généreusement acclamé lors du dernier festival Musique et Cinéma d'Auxerre, le 15 octobre 2005, lors de la remise des prix consacrés aux documentaires sur la musique pour l'image.

Philippe Rombi est donc présent tout au long du documentaire, décrivant avidement ses idées et ses envies sur le film, délivrant quatre anecdotes à la minutes avec des yeux tout brillants, le plus souvent devant son piano favori. Si l'homme demeure timide et réservé en dehors des heures de travail, on découvre un musicien littéralement passionné par la tâche à accomplir dès lors qu'il se retrouve sur un film, et qui n'hésite pas à proposer à son réalisateur tout un tas de "morceaux bonus", pas forcément nécessaires au film, mais qui lui donnent l'occasion, tantôt de composer un Ave Maria, tantôt une aria pour violon et orchestre, tantôt un air traditionnel écossais, avec toujours le même amusement de l'homme passionné par son métier qui attrape la moindre occasion de faire ce qu'il n'a jamais eu l'occasion de faire.

Parmis les plus grand rêves de Philippe Rombi, celui de faire jouer sa propre musique par le plus prestigieux des orchestre du monde : le London Symphony Orchestra. Grâce à la production, franco-anglaise, son rêve devient réalité avec Joyeux Noël. Et c'est donc non sans émotion que l'on voit le petit compositeur français arriver aux studios Abbey Road de Londres, et contempler, le regard rempli de bonheur, le studio 1 où, quelques semaines auparavant, John Williams enregistrait la musique de La Revanche des Sith avec les mêmes musiciens.

Parmi les séquences les plus étonnantes, entre deux entretiens du compositeur et du producteur (le réalisateur étant curieusement quasi-absent de ce documentaire), la scène où Christian Carion et Philippe Rombi dirigent les acteurs interprétant les soldats écossais, au beau milieu de l'hiver roumain, qui poussent la chansonnette dans les tranchées avec quelques cornemuses. La prise de son est directe, et c'est les pieds dans la boue que Philippe Rombi agite ses bras, donnant le tempo aux acteurs, frigorifiés ! On retiendra aussi ce moment où, après avoir enregistré avec les 80 musiciens chevronnés du London Symphony Orchestra, Philippe Rombi verse une petite larme d'émotion à l'écoute du choeur Scala, en Belgique, composé d'une quarantaine de jeunes filles... Comme quoi, même après tout ça, le compositeur lui-même n'est pas à l'abri de l'émotion de sa propre musique, qu'il s'agisse d'un grand mouvement orchestral ou d'un simple choeur a capella. Et si c'était simplement ça, la musique de Philippe Rombi ?

Sylvain Rivaud

Autres BO du compositeur

Vos avis