Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

La Légende de Zorro   (2005)

Legend of Zorro • Martin Campbell •

• Musique composée par James Horner

James Horner retrouve donc l’univers de Zorro après avoir signé en 1998 une excellente partition symphonique aux touches hispanisantes. C’est donc sans surprise que l’on retrouve une musique tout à fait similaire sur The Legend of Zorro, Horner ayant malheureusement pris un bon coup de vieux entre les deux films (sept ans d’écart tout de même!).

[© Texte : Cinezik] •

La Légende de Zorro

Sortie de la BO

Epic/Sony Music (25 octobre 2005) - 01:15:34

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Collecting the Ballots (3:25)
2. Stolen Votes (6:31)
3. To the Governor's... and then Elena (4:05)
4. "This is who I am" (3:05)
5. Classroom Justice (1:50)
6. The Cortez Ranch (6:35)
7. A Proposal with Pearls/Perilous Times (3:58)
8. Joaquin's Capture and Zorro's Rescue (5:00)
9. Jailbreak/Reunited (5:36)
10. A Dinner of Pigeon/Setting the Explosives (5:04)
11. Mad Dash/Zorro Unmasked (3:20)
12. Just One Drop of Nitro (2:40)
13. The Train (11:11)
14. Statehood Proclaimed (5:00)
15. "My Family Is My Life" (8:14)

Voir le calendrier des B.O

Autour de cette BO

Nos articles sur cette BO

Effectivement, une première écoute globale de la nouvelle partition de James Horner pour ‘The Legend of Zorro’ nous permettra immédiatement de nous rendre compte à quel point le compositeur se repose plus que jamais sur ses lauriers et ses acquis, recyclant continuellement ses recettes et ses formules toutes prêtes de façon parfois vraiment lamentable. Si vous vous attendiez à un peu de neuf sur ‘The Legend of Zorro’, vous risquez fort d’être très déçu, car le compositeur s’est tout simplement contenté de reprendre ses deux principaux thèmes pour son score pour ‘The Mask of Zorro’ sans se donner la peine d’écrire une nouvelle mélodie pour ce second épisode. Du coup, les deux partitions sont tout bonnement interchangeables d’un film à l’autre. Et pourtant, le fun est toujours là même s’il paraît bien consommé. On retrouve donc ici toutes les recettes héritées de la musique du premier opus, à savoir l’utilisation de rythmes flamenco endiablées, alternant castagnettes, claquettes/claquements de main et guitare, et ce dès le début du film, dans ‘Collecting the Ballots’ pour l’introduction du film débouchant sur ‘Stolen Votes’ où le thème très hispanisant de Zorro refait son apparition suivi du thème de trompettes ‘mariachi’ de Tornado, les deux thèmes principaux évoquant toujours autant certains passages du ‘El Cid’ de Miklos Rozsa (influence incontestable d’Horner sur ses deux partitions pour les aventures de Zorro avec certains passages clairement empruntés à un célèbre morceau aux touches hispanisantes du 'Carmen' de Bizet), sans oublier l'utilisation de ses solistes habituels avec la shakhuachi de Kazu Matsui et les rythmiques de flûtes ethniques de Tony Hinnigan (la traditionnelle marque de fabrique de la musique d'Horner!).

‘Stolen Votes’ nous permet d’entendre un premier morceau d’action aux rythmes trépidants, avec ses envolées héroïques et ses rythmes flamenco du plus bel effet. Idem pour ‘The Governor’s...and Then Elena’, qui reprend le joli ‘Love Theme’ aux cordes, associé à Elena et symbolisant plus dramatiquement ici sa rupture avec Alejandro. On appréciera à ce sujet quelques passages plus intimistes comme ‘This Is Who I Am’, tandis que ‘Classroom Justice’ nous fera quand à lui entendre une facette plus légère et enjouée du score pour la scène où Joaquin se rebelle en pleine classe et mène la vie dure à son professeur (à noter ici une reprise de l’éternel et entêtant motif de 4 notes qu’Horner utilise systématiquement dans ses musiques depuis près de 20 ans déjà!). ‘The Cortez Ranch’ s’avère être quand à lui bien plus sombre et dramatique avec cette écriture de cordes denses typiques du style plus dramatique du compositeur, pour la scène où McGivens se rend chez les Cortez et abat le paysan.

Plus on avance dans le film, et plus la musique devient plus massive, plus agitée. ‘Joaquin’s Capture & Zorro’s Rescue’ nous offre ainsi un beau morceau d’action pour la scène où Zorro fonce délivrer son fils kidnappé, à grand renfort de rythmes syncopés et de cuivres omniprésents, comme dans la scène de l’évasion de la prison dans ‘Jailbreak/Reunited’ où l’action domine là aussi sans grande surprise, Horner suivant un chemin routinier sans la moindre crevasse et autre nid de poule. Idem pour ‘A Dinner of Pigeon/Setting the Explosives’ lorsque Zorro place les charges explosives sous le train d’Armand, avec un bref passage de tension où l’on retrouve les formules d’ostinati rythmiques chères au compositeur, avec au passage quelques brefs rappels du thème principal (aux hautbois, principalement), comme dans ‘Mad Dash/Zorro Unmasked’ avec ses quelques envolées héroïques sur fond de rythmes flamenco. La partition atteint son climax dans l’énorme ‘The Train’ pour la longue confrontation finale dans le train d’Armand, 11 minutes d’action non-stop où Horner récapitule toutes les formules orchestrales et hispaniques indissociables de sa partition pour ‘The Legend of Zorro’ avant de déboucher sur le solennel ‘Statehood Proclaimed’ lorsque la Californie devient officiellement le 31e état de l’union, ‘My Family Is My Life’ servant de conclusion à cette partition sans grande surprise.

Il ne fait donc nul doute que le nouveau score de James Horner pour ‘The Legend of Zorro’ séduira les inconditionnels du compositeur, tandis que les autres en resteront sur leur faim, toujours déçu d’entendre le compositeur se répéter constamment et ne plus savoir quoi inventer sur tous les films pour lesquels il compose aujourd’hui. Il faut dire que depuis son oscar pour ‘Titanic’ en 1997, le compositeur a considérablement chuté dans l’opinion de ceux qui croyaient encore en lui malgré ses nombreuses et fameuses touches de malhonnêteté, et ce ne sont hélas pas des scores sans grand relief comme ‘Beyond Borders’, ‘The Forgotten’ ou ‘Troy’ qui viendront inverser la tendance (d’autant que pour le dernier film nommé, Horner signait – certes, dans la précipitation des délais qui lui ont été imparti) une partition symphonique lourde, médiocre et honteuse, totalement indigne de son talent. Si ‘The Legend of Zorro’ nous réserve malgré tout quelques bons moments, la magie n’opère plus, le compositeur n’est plus que l’ombre de lui-même. Où est donc passé le James Horner qui savait autrefois nous émerveiller avec des partitions fabuleuses comme ‘Legends of the Fall’ ou ‘Braveheart’? Cette période semble aujourd’hui bien loin. Sentiment de lassitude, compositeur vieillissant ou attentes trop élevées de la part des auditeurs? Chacun aura sans aucun doute sa réponse à ce sujet, mais force est de constater que la musique de ‘The Legend of Zorro’, somme toute très sympathique, n’a rien d’un nouveau grand Horner et ne peut que décevoir tant le compositeur, visiblement à court d’idée, s’est juste contenté de refaire un ‘The Mask of Zorro’ N°2 sans aucune once d’originalité ou d’inventivité, pas même avec un nouveau thème. Du coup, la partition s’avère être redondante par rapport à celle du premier opus, n’ajoutant absolument rien de nouveau aux aventures du cavalier masqué qui signe son nom d’un Z.

Quentin Billard

Autres BO de James Horner


James Horner a signé la musique d'autres films de Martin Campbell : Sans frontière (2003) •

James Horner a également écrit la musique de : Cocoon (1985) • Le Nom de la Rose (1986) • Titanic (1998) • Braveheart (1995) • Apollo 13 (1995) • Willow (1988) • Krull (1984) • Les Mercenaires de l'espace (1981) • Le Petit dinosaure et la vallée des merveilles (1989) • Aliens (1986) • Flightplan (2005) • Commando (1986) • Génération Rx (2004) • Mémoire effacée (2004) • Glory (1990) •

Vos avis