Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Mademoiselle C  (2013)

(Octobre 2013) |



The Shoes, duo d'électro-rock français (Guillaume Brière et Benjamin Lebeau) originaire de Reims signe la musique du nouveau documentaire de Fabien Constant.

[© Texte : Cinezik] •

Mademoiselle C

Autour de cette BO

Propos du réalisateur sur la musique

La musique est essentielle pour moi. Certains réalisateurs montent sans et demandent ensuite au compositeur de la glisser à la fin. Moi, j'en suis incapable. Ma musique n'illustre pas, elle est partie intégrante de la narration. J'ai choisi «The shoes» car je suis fan du groupe. J'aime que leur musique tire dans tous les sens, sans chapelle. Comme leur image d'ailleurs et notamment leur clip de «Time to dance» avec Jake Gyllenhaal que je trouve vraiment gonflé visuellement. Guillaume l'un des deux acolytes du groupe est venu en salle de montage avec un énorme disque dur de tout ce qu'il avait fait ces trois dernières années en me disant «prends ce que tu veux». La moitié n'était jamais sortie et n'avait jamais été entendue par qui que ce soit.
En plus des inédits, j'ai pu piocher dans leur catalogue de morceaux déjà sortis et j'ai joué sur les déclinaisons en utilisant des remixes: on peut ainsi réentendre le morceau d'introduction dans une version complètement différente sur le passage au Japon puis en cover-ballade très smooth pendant la réunion finale de l'équipe de Carine à la fin du film. Si on se sent bien dans cette séquence, c'est aussi parce qu'inconsciemment, on a déjà entendu cette chanson avant dans des versions différentes.

J'ai en plus utilisé de la musique additionnelle car j'aime les cassures et les clashs: que soudain on entende des chants moyenâgeux, des chœurs d'église ou du clavecin... J'adore Couperin et l'idée de marier l'un de ses morceaux à des images de Kate Upton en robe Dorothy du Magicien d'Oz m'obsédait. Pour moi, la musique est aussi une forme de slaptsick dont je me sers pour jouer le gag, comme lorsque j'utilise quelques notes de pipeau sur des images de chiots à Miami. Selon la façon dont vous l'arrêtez ou le prolongez, un morceau de musique peut vous faire rire ou vous surprendre. Enfin, j'aime les luttes de musique, des morceaux qui se mélangent et se superposent, des moments ou la musique prend le pas sur la bonne compréhension des voix. Des choses qui ne se font pas ordinairement au cinéma mais qui donnent à la musique tout son statut pour moi.

Fabien Constant

Nos articles sur cette BO

Vos avis