Quebec - Belgique - Suisse - Afrique 

EN

VOIR

PLUS

Pirates des Caraïbes : la malédiction du Black Pearl  (2003)

Pirates Of The Caribbean: The Curse Of The Black Pearl

Walt Disney Records (2003) - 0:43:37 - en digital | Original Score [musique originale]


Klaus Badelt compose la musique du premier film de la saga Pirates des Caraïbes. Il est aidé dans sa tâche par plusieurs collaborateurs de Hans Zimmer rattachés au studio Media Ventures : Ramin Djawadi, Nick Glennie-Smith, Steve Jablonsky, Geoff Zanelli, Blake Neely (musiques additionnelles) et Zimmer lui-même qui esquisse le désormais célèbre thème de la saga, qu'il mettra en musique par la suite.

[© Texte : Cinezik]
Pirates des Caraïbes : la malédiction du Black Pearl

Tracklist

1. Fog Bound (02:16)
2. The Medallion calls (01:53)
3. The Black Pearl (02:16)
4. Will and Elizabeth (02:08)
5. Swords crossed (03:16)
6. Walk the Plank (01:59)
7. Barbossa is hungry (04:06)
8. Blood Ritual (03:32)
9. Moonlight Serenade (02:09)
10. To the Pirates' Cave! (03:31)
11. Skull and Crossbones (03:24)
12. Bootstrap's Bootstraps (02:38)
13. Underwater March (04:12)
14. One last Shot (04:47)
15. He's a Pirate (01:30)

Lien d'achat :

Nos articles sur cette BO

Dès le début de la post-production du film, Alan Silvestri avait été annoncé pour écrire le score de 'Pirates of The Carribean'. Apparemment, c'est Gore Verbinsky qui avait choisi de se tourner vers Silvestri après avoir collaboré avec lui sur 'Mouse Hunt' et 'The Mexican'. Le score de Silvestri s'annonçait prometteur, dans la lignée de 'The Mummy Returns' et 'Back To The Future'. Néanmoins, la production a décidé de rejeter sa musique et de faire appel à Hans Zimmer et son équipe de Media-Ventures, Zimmer ayant l'habitude de travailler sur les productions Bruckheimer, et ce depuis une dizaine d'années déjà. C'est donc à cause de Bruckheimer que Silvestri n'a pas pu mener à bien ce nouveau projet excitant, et malheureusement, au grand dam de ses fans, la musique de Klaus Badelt et de ses compagnons de chez Media-Ventures n'atteint pas le niveau de ce qu'aurait pu produire Silvestri sur ce film. Ceci s'explique surtout par le fait que Badelt a eu très peu de temps pour écrire la musique, et que l'écurie de Zimmer a du faire appel à pas moins de 8 compositeurs (et carrément 9 orchestrateurs!) pour écrire la musique additionnelle du score. Certes, Badelt a accompli l'exploit d'écrire sa musique en l'espace de quelques semaines, mais le compositeur n'a aucun mérite puisque les autres compositeurs (Ramin Djawadi, James Michael Dooley, Nick Glennie-Smith, Steve Jablonsky, James McKee Smith, Blake Neely, Geoff Zanelli et Mel Wesson pour le design de l'ambiance musicale) ont presque écrit plus de la moitié de la musique du film. N'oublions pas qu'en 1974, Jerry Goldmsith avait quand même écrit la musique de 'Chinatown' en seulement 10 jours, et pour se faire, il était tout seul!

Le score de 'Pirates of The Carribean' témoigne donc d'un cruel manque d'imagination de la part du jeune protégé de Zimmer qui signe là un score recyclant toutes les anciennes partitions d'action de Zimmer et Media-Ventures: à l'écoute du thème principal lié à Jack Sparrow, on pensera aisément à certains passages d'Armageddon, tandis que le thème d'action entendu lors de la découverte de l'équipage fantôme de Barbossa est honteusement repris du thème d'action de 'Black Hawk Down' de Zimmer. Quand au reste du score, il oscille de manière extrêmement flagrante entre 'The Rock', 'The Peacemaker', 'Drop Zone', 'The Man In The Iron Mask', 'Gladiator', 'Crimson Tide', etc. le score s'axe donc autour du thème principal héroïque lié à Jack Sparrow, suivi du sombre thème associé à Barbossa et ses hommes, très clairement inspiré du thème de Commode dans 'Gladiator', sans oublier le thème d'action repiqué de 'Black Hawk Down'. Confié à l'orchestre avec le flot habituel de synthé, percussions électriques et choeur d'hommes, la musique de 'Pirates of The Carribean' s'attache à créer une ambiance d'aventure survitaminée dans le film, après avoir débuté de manière plus sombre et mystérieuse pour le début du film ('Fog Bound').

'The Medallion Calls' nous plonge dans le côté héroïque de la partition de Badelt au début du film, avec son rythme martial de caisse et ces choeurs à la 'The Rock'. 'The Medallion Calls' évoque le début de l'aventure avec son flot d'héroïsme personnifiant Sparrow et Turner, sauf que cette fois-ci, à l'inverse de 'The Rock', la recette est déjà bien éculée. L'action épique pointe le bout de son nez avec le synthétique 'The Black Pearl' très clairement inspiré de certains passages épiques de 'Gladiator'. Quand à 'Will & Elizabeth', il s'agit d'un nouveau dérivé du thème principal sous la forme d'un motif d'action héroïque lorsque Turner se lance à la poursuite des pirates de Barbossa. Le compositeur nous ressort tous les clichés habituels des musiques d'action de Media-Ventures, le Hollywood Studio Orchestra étant noyé sous des tonnes de synthétiseurs parfois inutiles et qui ne visent qu'à reproduire le son Media-Ventures afin d'appliquer les recettes traditionnelles du genre et satisfaire un Bruckheimer toujours en manque d'action. Avec l'excitant 'Swords Crossed', Badelt évoque une séquence d'affrontement à l'épée avec son motif d'action très clairement repiqué de 'Black Hawk Down', le morceau étant accompagné des percussions électroniques habituelles, des rythmes entendus des centaines de fois et de sons de guitare électriques un brin hardos qui ne font que renforcer le volume sonore généralement élevé dans ces morceaux d'action bien bruyants. Ici, pas d'idée épique dans les séquences de combat: seul l'action domine, avec tout le côté bruyant typique des grosses musiques d'action de chez Media-Ventures, sauf qu'ici, le côté épique de certains passages de 'The Rock' est délaissé au profit d'une atmosphère plus brutale voire 'fun'. En gros, c'est lourd, c'est bruyant, et ça ne pourra que satisfaire les irréductibles fans de Media-Ventures qui ne se lassent jamais d'écouter toujours la même chose!

Le reste du score est du même acabit: après un léger 'Walk The Plank' et son violon celtique (seule véritable signature musicale de cette musique de pirates), 'Barbossa Is Hungry' développe à nouveau l'ambiance héroïque de 'The Medallion Calls' avec ces rythmes action repris de 'Swords Crossed' tandis que 'Blood Ritual' évoque de manière tout à fait quelconque la séquence du rituel censé mettre fin à la malédiction (à noter le côté plus dramatique que prend la musique lorsque les pirates retrouvent leur forme humaine). 'Moonlight Serenade' apporte un peu de douceur dans cette musique d'action brutale avec quelques cordes plus lyriques inspirées de 'The Man In The Iron Mask' de Nick Glennie-Smith (auteur d'une partie de la musique additionnelle du film). Le thème d'action est repris dans 'To The Pirates'Cave' lorsque Sparrow et Turner accompagné des soldats anglais, foncent en direction de la caverne des pirates de Barbossa pour un affrontement final épique. Le thème héroïque fait un retour fracassant dans 'Skull and Crossbones', exprimant les exploits de Turner et Sparrow contre les pirates fantômes de leur ennemi commun, tandis que 'Bootstrap's Bootstraps' s'inspire quant à lui de 'The Peacemaker', mélangé à quelques ostinatos rythmiques repiqués une fois encore du célèbre 'Mars' des 'Planètes' de Gustav Holst, un cliché usé jusqu'à la moelle pour évoquer des scènes de batailles épiques, preuve du manque flagrant d'inspiration dans cette musique très 'fonctionnelle' en fin de compte. Après l'assez bon 'Underwater March' (Barbossa et ses hommes marchent sous l'eau), 'He's A Pirate' conclut le score sur une ultime touche d'héroïsme banale et sans prétention particulière.

Badelt et ses compagnons s'éloignent très clairement ici du style des partitions symphoniques traditionnelles pour les films de 'Swashbucklers' du genre à Korngold, Broughton ou Debney. Si vous avez aimé le 'Cutthroat Island' de Debney ou le 'Sea Hawk' de Korngold, il ne fait nul doute que ce 'Pirates of The Carribean' bien médiocre vous laissera sur votre faim. Ce score 'super-produit' par Hans Zimmer (une petite touche d'humour dans le livret du CD) n'est rien d'autre qu'une compilation des anciennes partitions d'action de Zimmer et Media-Ventures, chaque compositeur apportant sa pierre à l'édifice sans faire preuve d'une quelconque imagination ou d'une originalité particulière. La musique d'action de 'Pirates Of The Carribean' plaira une fois encore aux éternels amoureux des musiques de Media-Ventures et provoquera le mécontentement des autres béophiles lassés par ce style de musique totalement banalisé par le cinéma, les séries TV et autres téléfilms en tout genre d'aujourd'hui (tous les compositeurs de téléfilms ou de séries d'action modernes copient massivement le style de Media-Ventures). La musique de 'Pirates Of The Carribean' possède un côté industriel assez exécrable: certains sont même allés jusqu'à comparer cette musique avec du 'fast-food' façon MacDonald, et il est vrai qu'il y a un peu de cela ici: ce score est similaire à de la nourriture réchauffée et cuisinée à la va-vite, fade et sans âme, juste pour satisfaire "l'appétit" des irréductibles fans de Media-Ventures qui commencent finalement à se faire de moins en moins nombreux aujourd'hui. On est très loin ici de l'esprit d'une grande musique épique pour un film de pirates! Une gigantesque déception, toute à l'image du film de Verbinsky, surtout après le renvoi injuste d'Alan Silvestri. Quand à Klaus Badelt, gageons que ce musicien pourtant autrefois plus inspiré ('Invincible', 'The Time Machine' ou le superbe 'K-19') saura trouver dans le futur de bien meilleurs projets pour réussir à épanouir sa propre personnalité musicale, loin du fracas et du bruit des partitions d'action ultra stéréotypées de Media-Ventures.

Quentin Billard

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis