Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Quantum of Solace  (2008)

J-Records (27 octobre 2008) - CD et Digital | Original Score [musique originale]


 

David Arnold retrouve la série des James Bond pour la 5e fois, deux ans après Casino Royale. La chanson titre est interprétée par Alicia Keys (après que Amy Winehouse ait initialement été annoncée).



[© Texte : Cinezik] •
Quantum of Solace

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Time To Get Out

2. The Palio

3. Inside Man

4. Bond In Haiti

5. Somebody Wants To Kill You

6. Greene & Camille

7. Pursuit At Port Au Prince

8. No Interest In Dominic Greene

9. Night At The Opera

10. Restrict Bond's Movements

11. Talamone

12. What's Keeping You Awake

13. Bolivian Taxi Ride

14. Field Trip

15. Forgive Yourself

16. DC3

17. Target Terminated

18. Camille's Story

19. Oil Fields

20. Have You Ever Killed Someone?

21. Perla De Las Dunas

22. The Dead Don't Care About Vengeance

23. I Never Left

24. Another Way To Die (Jack White & Alicia Keys)

Lien d'achat :

Autour de cette BO

Nos notes sur la BO

Amy Winehouse étant dans l'incapacité de chanter, ce sont Alicia Keys et Jack White qui sont en charge de la chanson générique : "Another Way To Die". C'est Jack White, fan de la saga, qui approche la production et propose un son plus "brut" que sur les autres opus. La revanche de 007 suite à la mort de Vesper est dans l'air. Comme Madonna, Jack White n'est pas intéressé par une collaboration avec le compositeur David Arnold. En conséquence, la chanson ne figure pas sur le disque du film. Elle obtiendra un Satellite Awards en 2008. Chanson beaucoup moins intéressante que d'autres, elle n'obtient pas une bonne place dans les classements. Même David Arnold ne la goûte guère...

Un motif de six notes revient régulièrement tout au long des pistes. On l'entend dans le percutant "Time To Get Out" (2,57 aux cors). Avec ce morceau initial, on est, une fois encore dans la pure excitation bondienne.

On le retrouve à l'identique dans "Talamone" (0'09), "Green And Camille" (1'48) et "I Never Left" (dès l'entrée, aux cordes et mêlé au thème de Vesper). Il y a, dans ce motif, quelque chose de fataliste, comme une résignation de Bond à accepter son trauma qui fait de lui 007. Les autres pistes d'action sont dans la veine habituelle notamment "Target Terminated" et "Have You Ever Killed Someone". Le tout culmine avec "Perla De Las Dunas".

Le motif de Vesper, déjà présent dans Casino Royale, est repris dans une très belle "version mélancolique et intime pour piano et cordes ("Whats Keeping You Awake"). Bond se souvient de la femme qu'il a aimé et tente de camoufler son chagrin derrière la violence de ses actes et sa détermination obstinée à retrouve ses assassins coûte que coûte. "

On trouve également un "thème mystère" qui revient massivement tout au long de cette musique. On l'entend très nettement joué à la flûte dès le début de "Inside Man".

L'importance de ces thèmes prouve la volonté de David Arnold de s'éloigner de l'héritage de John Barry. Pour autant, les mélodies du compositeur sont dans la même veine romantique et triste que celles de son illustre prédécesseur. Par ailleurs, les thèmes historiques sont toujours, de façon plus discrète. Ainsi, on entend le "motif chromatique" et le "James Bond theme" dans "Field Trip" et, de façon évidente, dans le "End Credits". Ce dernier titre, disponible en téléchargement uniquement, comporte une reprise électronique des thèmes du film par Four Tet. Un travail remarquable qui vaut à David Arnold, un énième BMI Film & TV Award en 2009.

François Faucon

 

Nos articles sur cette BO

David Arnold revient à la musique d'un James Bond pour la cinquième fois après « Tomorrow Never Dies », « The World is Not Enough », « Die Another Day » et « Casino Royale ». Sa partition musicale pour « Quantum of Solace » s'affirme donc en toute logique dans la continuité directe de celle de « Casino Royale ». Ainsi, Arnold reprend certains éléments mélodiques du précédent opus pour les amplifier ici en créant de nouveaux thèmes et motifs. « Time To Get Out » annonce d'entrée de jeu la couleur, en démarrant subitement sur les chapeaux de roue pour la poursuite en voiture qui fait office de traditionnel pré-générique. Rythmes électroniques, orchestre survolté (dominé par des cuivres massifs, chers à la saga James Bond), Arnold renoue avec le style musical Bond pour notre plus grand plaisir. Premier morceau d'action de « Quantum of Solace », « Time To Get Out » apporte une excitation et une frénésie assez impressionnante à cette introduction agitée. Mais alors qu'on croit que l'ouverture est finie, Arnold remet ça avec le déchaîné « The Palio » pour la poursuite en Italie dans les souterrains. A noter la façon dont le compositeur fait monter progressivement la tension tout au long de la poursuite, que ce soit à travers l'utilisation de ses sempiternelles percussions électroniques ou de ses rythmes orchestraux déchaînés. Cordes et cuivres sont ici à l'honneur, avec au passage, un motif de 6 notes associé aux exploits de James Bond tout au long du film, et qui illustre sa détermination à accomplir sa mission jusqu'au bout. On notera comme d'habitude le soin tout particulier apporté aux orchestrations (on retrouve une fois encore Nicholas Dodd aux orchestrations !), la musique résonnant de façon ample et massive autant dans le film que sur l'album. Ici, pas de place à la subtilité : l'action domine avant tout ! On appréciera enfin l'accélération rythmique saisissante qui conclut « The Palio » avec une violence rare, et qui n'est pas sans rappeler « Stairwell Fight » de « Casino Royale ».

Avec « Bond In Haiti », « Bolivian Taxi Ride » et « Somebody Wants To Kill You », Arnold se fait plaisir en utilisant quelques touches hispanisantes/Amérique du Sud à l'aide d'une guitare et de quelques percussions exotiques lorsque James Bond arrive à Haïti. On découvre ensuite un motif de flûte exotique associé au bad guy dans « Greene & Camille » où Arnold en profite pour développer une sorte de motif d'infiltration qui reviendra pendant une bonne partie de la partition de « Quantum of Solace ». Mais la partition atteint un premier climax d'action avec l'anthologique « Pursuit At Port au Prince », énième séquence de poursuite (en bateau, cette fois-ci) dans laquelle Arnold va même encore plus loin en nous proposant carrément des rythmes rock à grand coup de batterie/guitares électriques, une idée intéressante qui rend le morceau particulièrement intense et excitant - sans aucun doute l'un des morceaux clé du score de « Quantum of Solace ». On n'est d'ailleurs guère loin par moment du style Media-Ventures avec « Pursuit At Port au Prince », mais avec la classe « David Arnold » en plus : redoutablement efficace, qu'il s'agisse du film ou du morceau sur le CD ! Si certains morceaux comme « No Interest in Dominic Green » ou « Restrict Bond's Movement » paraissent moins intéressants, le score se veut plus nuancé mais tout aussi captivant dans « Night At The Opera », où pendant plus de 3 minutes, Arnold développe l'intriguant motif d'infiltration de façon envoûtante durant la scène où Bond espionne les conspirateurs à l'opéra. A noter ici l'utilisation des synthétiseurs qui apportent un côté mystérieux impressionnant au morceau.

Le célèbre thème de Monty Norman revient à quelques reprises dans des formes camouflées (« Field Trip »), Arnold ayant tenu à éviter le plus possible de rendre le thème trop reconnaissable, préférant privilégier ses propres thèmes. Ainsi, « What's Keeping You Awake » reprend le thème de Vesper repris de « Casino Royale » dans une très belle version mélancolique et intime pour cordes et piano. Bond se souvient de la femme qu'il a aimé et tente de camoufler son chagrin derrière la violence de ses actes et sa détermination obstinée à retrouve ses assassins coûte que coûte. Idem pour « Forgive Yourself » qui reprend le thème de Vesper, tout comme le très beau « Camille's Story » lorsque la jeune Camille raconte son histoire à Bond dans la caverne où ils se cachent pour échapper à une attaque ennemie. A noter ici l'utilisation de quelques nappes synthétiques qui apportent une couleur particulière au morceau. On ressent ici la haine de Camille pour l'homme qui a assassiné sa famille, ainsi que la colère et la tristesse de Bond, prêt à tout pour atteindre son objectif : venger la mort de Vesper. C'est pourquoi, après un peu d'intimité, l'action reprend enfin le dessus avec le déchaîné « Target Terminated » (poursuite en avion) et « Have You Ever Killed Someone ? » et ses percussions endiablées, lorsque Bond et Camille arrivent à l'hôtel des méchants pour se préparer à la bataille finale, qui trouve son aboutissement dans le très intense « Perla De Las Dunas », 8 minutes d'action pure et dure. A noter pour finir une ultime reprise du thème de Vesper avec cordes et piano dans le poignant « I Never Left », où la mélodie cohabite avec le célèbre motif de James Bond, comme pour rappeler que l'agent 007 a accompli sa mission et peut enfin partir en paix. Niveau chanson, c'est Alicia Keys et Jack White (chanteur et guitariste du groupe "White Stripes") qui nous offre le nouveau tube de la saga Bond, « Another Way To Die », une chanson d'une qualité hélas quelconque, bien en dessous du potentiel habituel des chansons de la saga ! Pour l'histoire, on raconte qu'Amy Winehouse avait été pressentie un temps pour interpréter la chanson du film, mais que tout fut annulé au dernier moment, obligeant finalement Arnold à se rabattre sur la démo d'Alicia Keys, chanson que le compositeur qualifie lui-même de "sale et sexy".

La bande originale de « Quantum of Solace » nous propose ainsi un nouveau cocktail détonnant d'action, de tension, d'émotion et de touches exotiques. On regrettera le côté extrêmement discret du thème de Monty Norman qui aurait gagné à être plus présent tout au long de la partition, mais on appréciera la grande cohésion musicale du score qui suit logiquement celui de « Casino Royale » avec une efficacité redoutable. Si vous avez aimé les envolées massives et tonitruantes de « Casino Royale », il ne fait nul doute que « Quantum of Solace » devrait vous ravir pleinement, même si l'on regrettera l'absence des traditionnelles touches jazzy à la John Barry qui faisaient le charme des productions 007 d'antan.

Quentin Billard

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis