Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

The Reaping  (2007)

Varèse Sarabande (16 avril 2007) | Original Score [musique originale]


 

John Frizzell revient au film d'horreur après Stay Alive et The Woods (inédit en CD) pour ce film de Stephen Hopkins avec Hilary Swank. Une musique de thriller de plus pour ce compositeur qui reste dans son genre de prédilection (sans prise de risque), mais qui développe cependant une nouveauté : l'utilisation de choeurs en Gaëlique au sein de sa partition. Etonnant.

[© Texte : Cinezik] •

The Reaping

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. The Incident In Chile (1:54)
2. The Call From Costigan (2:15)
3. Trip To Haven (2:47)
4. River Of Blood (2:00)
5. Katherine Encounters Lauren (2:09)
6. Plague Of Flies (3:48)
7. Katherine’s Story (2:36)
8. Katherine’s Faith (2:36)
9. Katherine Reaches For Lauren (1:23)
10. Why Not? (1:59)
11. Livestock (1:07)
12. Katherine Believes / Costigan Burns (4:33)
13. The Sacrifice Room (1:58)
14. Flowing Blood (1:56)
15. Locusts (1:55)
16. Ben Is Dead / The Confrontation (1:59)
17. The Darkness (1:48)
18. God Intervenes (2:52)
19. The Boy (4:45)
20. The Reaping Title Sequence (1:57)

Autour de cette BO

Lire notre reportage sur les sessions d'enregistrement de cette BO

Nos articles sur cette BO

Comme le duo Stephen Hopkins / Joel Silver s'est reformé sur The Reaping, on aurait pu s'attendre à retrouver le grand Alan Silvestri à la musique du film. Mais c'est finalement John Frizzell qui a été choisi pour mettre en musique ce nouveau long-métrage à suspense. Pour The Reaping, Frizzell a décidé d'utiliser l'orchestre symphonique de 80 musiciens agrémenté de synthétiseurs et d'un choeur de 60 voix.

Rien de bien neuf pourrait-on dire, sauf que les choeurs ne chantent pas ici dans le latin traditionnel que l'on entend souvent dans ce type de thriller religieux mais en Gaëlique, un ancien dialecte qui était parlée dans le nord de l'Ecosse et que l'on considère comme l'une des plus vieilles langues d'Europe. Les sonorités particulières du Gaëlique confèrent aux choeurs un côté étrange, étonnant et fort bienvenue pour le film. Le score de The Reaping se structure autour de trois thèmes principaux majeurs, tout d'eux joué au piano, instrument soliste principal de la partition de Frizzell. La scène de l'incident au Chili (‘The Incident in Chile') permet au compositeur de dévoiler le premier motif de quelques notes jouées par un piano, motif mystérieux qui évoque l'enquête de Katherine et Ben. A noter ici l'utilisation d'une guitare pour évoquer les paysages du Chili, avec l'orchestre habituel. ‘The Call from Costigan' dévoile le second thème, plus ample, toujours joué au piano. Ce second thème possède lui aussi un côté sombre et mystérieux qui évoque les fléaux de Haven. A noter une partie finale clairement atmosphérique et sombre où Frizzell utilise une partie plus électronique et inquiétante. Cette partie électronique restera d'ailleurs omniprésente tout au long du film, Frizzell ayant réussi à créer un véritable design sonore en compagnie de son complice Frederik Wiedmann. Enfin, un thème plus intime et mélancolique d'esprit apparaît dans ‘Trip to Haven', lui aussi joué au piano. Cette mélodie évoque de façon plus ambiguë les souvenirs douloureux du passé de Katherine.

La première illustration musicale d'un fléau de Haven est faite dans ‘River of Blood' où Frizzell mélange effets de cordes dissonantes, piano et sonorités électroniques sombres et étranges, alors que les personnages découvrent pour la première fois la rivière de sang. On retrouve dans ce passage le style ‘thriller' atmosphérique habituel cher au compositeur, avec un piano décidément omniprésent. Idem pour ‘Katherine Encounters Lauren' qui reprend le motif mystérieux de piano de ‘The Incident in Chile', lors de sa toute première rencontre avec Lauren, la fillette sauvageonne des bois. Ce motif se retrouve ensuite juxtaposé à celui de Katherine, malmené par des sonorités électroniques sinistres et plus inquiétantes. Frizzell installe dans le film une véritable atmosphère de mystère, de suspense et de tension, comme il sait si bien le faire. On notera l'ostinato rythmique plus entêtant et menaçant de ‘Plague of Flies' pour la scène du fléau des sauterelles. L'orchestre devient ici plus massif et instaure un climat de terreur et de suspense. Le thème du fléau est repris au piano, entre deux passages plus atmosphériques. Frizzell calme le jeu avec ‘Katherine's Story' lorsque l'héroïne se remémore son passé en compagnie de Doug. L'ambiance devient ici plus chaleureuse et intime avec des cordes émouvantes et retenues. Mais il s'agit bien évidemment d'une petite pause très brève qui nous permet de mieux repartir dans la tension et le mystère avec le sinistre ‘Katherine's Faith' qui se distingue par ses sonorités électroniques glauques dans la lignée du score de ‘Stay Alive'. La tension monte encore d'un cran lorsque Katherine vient faire un tour chez Lauren et rencontre sa très intrigante mère (‘Why Not?'). A noter que le choeur apparaît dans ‘Livestock', interprétant ici un autre thème mystérieux du score, toujours associé à l'énigme des fléaux d'Haven. Le chœur reste présent dans ‘Katherine Believes/Costigan Burns' où les choses semblent se précipiter vers une conclusion apocalyptique. A noter la reprise massive du motif mystérieux lors de la séquence où le père Costigan brûle, rythmé par un choeur aux sonorités sataniques du plus bel effet – sans aucun doute l'un des premiers passages mémorables du score de The Reaping.

La tension explose enfin dans ‘Flowing Blood' avec sursauts de terreur, choeurs, clusters et dissonances à l'appui. Enfin, le climax de la partition est atteint dans ‘Locusts', morceau où le choeur interprète en Gaëlique une véritable danse satanique massive durant la scène où Lauren déchaîne les fléaux autour d'elle. Seule ombre au tableau, ‘Locusts' semble avoir été indubitablement inspiré par un morceau similaire entendu dans le score de House on Haunted Hill de Don Davis (influence des temp-tracks probablement, comme d'habitude pourrait-on dire d'ailleurs). L'affrontement final se décompose alors en 4 morceaux : le sombre ‘Ben is Dead/The Confrontation' où culminent des chœurs grandioses, ‘The Darkness', où l'on retrouve le motif mystérieux joué aux cordes avec un rythme scandé brutal (à noter comment progressivement Frizzell abandonne l'usage du piano au fur et à mesure que Katherine se rapproche de la vérité, comme si le piano était associé à ses convictions et son rationalisme). Enfin, ‘God Intervenes' reprend le thème du fléau dans une reprise chorale grandiose, massive et de toute beauté, quasi religieuse d'esprit. Idem pour ‘The Boy' qui conclut le film sur une dernière touche de noirceur et de tension. Frizzell nous offre ensuite en bonus le morceau qu'il a écrit pour la première partie du générique de fin du film, ‘The Reaping Title Sequence', qui se trouve être un remix du thème du fléau et du motif mystérieux sur fond de sonorités électro/techno du plus bel effet, particulièrement efficace alors que l'on observe à l'écran de nombreuses images furtives en rapport avec les fléaux bibliques.

Soyons honnête pour finir : il est clair qu'avec The Reaping, John Frizzell ne renoue pas avec le véritable exploit créatif que représenté le score de Stay Alive dans une catégorie similaire. The Reaping suit tous les codes de la musique de thriller sans jamais tenter la moindre audace ni prise de risque. La seule véritable originalité du score de Frizzell demeure l'utilisation du Gaëlique pour les choeurs, mais en dehors de cela, pas grand chose de neuf à la clé. La musique s'avère être très prenante à l'écran sans pour autant constituer une écoute puissante qui hante l'esprit comme on aurait pourtant été en droit de s'attendre étant donné le sujet du film. Néanmoins, force est de constater que John Frizzell se maintient dans un paysage hollywoodien de plus en plus accidenté. Le compositeur semble posséder un appétit sur pour l'expérimentation et les recherches sonores, mais hélas, certains de ses projets ne lui permettent pas toujours de s'exprimer pleinement, même si avec le récent Stay Alive il a prouvé à quel point il aimait travailler le son en profondeur. The Reaping fait donc partie d'une catégorie de musique efficace dans le film mais plus conventionnelle sur le fond, un résultat musical satisfaisant mais au bilan mitigé de la part d'un jeune compositeur qui possède pourtant un véritable potentiel et qui ne demande qu'à éclore sur des projets vraiment plus artistiques et ambitieux.

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis