Quebec - Belgique - Suisse - Afrique 

EN

VOIR

PLUS

Les Rivières Pourpres (la Série)  (2018)

(novembre 2018) | 8 épisodes sur France 2


David Reyes signe la musique des 8 épisodes de cette série de France 2, nouvelle adaptation du roman de Jean-Christophe Grangé. 

[© Texte : Cinezik]
Les Rivières Pourpres (la Série)

Tracklist

Autour de cette BO

Note d'intention du compositeur

En lisant les scénarios de Grangé, j'ai été frappé par l'écriture très viscérale, organique même, de ce qui est décrit : il y a des cadavres éviscérés, dont le sang se mélange à la terre, d'autres avec des cailloux dans la bouche, il y a des fresques cachées dans les murs poussiéreux, de la cendre obtenue de manière très particulière... Bref, j'y ai ressenti quelque chose de sale, de physiologique, et j'avais envie de traduire ça dans la musique.
Pour moi, la musique de cette série doit être tout sauf lisse, je voulais du coup avoir une approche du son qui évite les synthés mais qui au contraire joue avec la matière, pour faire ressentir le point évoqué en amont.

C'est pourquoi dans mon écriture, j'ai pris le parti de faire des percussions avec uniquement des éléments naturels - on y trouve des bouts de bois, de l'eau, des feuilles, des cailloux, des tôles, car je voulais qu'on ressente la matière des objets. J'ai donc banni le plus possible les percussions synthétiques ou électroniques car je voulais qu'on entende un son âpre et brut pour coller avec le sujet ; mais je me suis également amusé avec d'autres éléments : ainsi, la première percussion qu'on entend dans le générique est obtenue en faisant un rythme de tic-tac avec des clefs de voiture, Niemans passant son temps en Volvo et ayant sans cesse la bougeotte...

Niemans, d'ailleurs, est un personnage sous tension, sur la corde raide, et du coup, j'ai opté d'un point de vue thématique pour un violoncelle soliste un peu trituré. En effet, la mélodie ne doit pas être jolie, je voulais qu'on sente le crin de l'archet pour obtenir ce côté « sale » qui personnalise son univers (il enquête quand même sur des crimes avec des corps mutilés !). Le violoncelle s'est imposé par sa sonorité très « boisée » (en rapport avec le début de la série) et plutôt grave, proche de la voix humaine.

Les autres protagonistes étant également plutôt torturés, fourbes, avec des choses à cacher (à l'image de Laura Von Geyersberg par exemple), j'ai appliqué le même principe à leurs thématiques : moins le son était joli, plus c'était juste psychologiquement... un violon un peu faux et tremblotant, par exemple, illustrait mieux selon moi la fragilité psychologique du personnage et fonctionnait mieux avec l'approche générale de la série. Au point que dans certains épisodes (5 et 6), les thématiques ne soient plus mélodiques, mais composées de sons produits en écrasant mon archet...

Pour terminer, j'avais envie de partager une petite anecdote sur ce projet qui me tient particulièrement à coeur.

En septembre, j'ai reçu un appel de Frédéric Bruneel et Sabine Barthélémy (producteurs) pour me dire qu'ils voulaient que je passe le casting pour faire la musique de la série. Après avoir reçu le scénario des premiers épisodes et un premier montage, j'ai composé pour quelques séquences, du 1er au 6 octobre.

Eva, ma fille, devait naître le 8 octobre.
J'ai eu envie d'utiliser le battement de son coeur dans la musique (je l'ai intégré comme rythmique de fond sur une scène de voiture - voir extrait ci-contre). Ce morceau revient, réadapté, dans tous les épisodes. Je pensais d'une part que c'était un son sympa, que ça allait bien avec la musique très "organique" que je voulais développer pour la série, et d'autre part, que ça serait une dédicace secrète et même un porte-bonheur.

Eva est finalement née le 17.
Dix jours plus tard, Fred et Sabine m'appellent pour me dire qu'ils ont aimé mes propositions et qu'ils veulent que je compose la série.
J'ai donc passé les 4 premiers mois de la vie d'Eva à composer des trucs un peu glauques en ayant un bébé tout neuf sur mon bras gauche, ou en l'ayant derrière moi avec sa maman sur le canapé-lit dans mon bureau. (Du moins jusqu'à ce qu'on déménage, puisqu'on a déménagé en janvier, soit en plein milieu! Ah oui, et je composais pour le film "Sauvages, au coeur des zoos humains" en même temps d'ailleurs, aussi un truc bien joyeux, le métier de compositeur est parfois bien schizophrène).

Un an plus tard, la série va enfin rencontrer le public via sa diffusion sur France 2 puis sa sortie en DVD.

Et dans cette musique, bat littéralement le coeur d'Eva!

David Reyes

 

Générique 

Nos articles sur cette BO

Autres BO du compositeur

Vos avis