Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

There Will Be Blood   (2008)

• Paul Thomas Anderson • En salle le 27-02-2008

• Musique composée par Jonny Greenwood

Jonny Greenwood, guitariste de Radiohead, compose sa seconde BO après celle du documentaire Bodysong de Simon Pummell (2003). Il collabore ici avec Paul Thomas Anderson, succédant à Jon Brion (compositeur lui aussi issu de la pop).

[© Texte : Cinezik] • 0075597995770

There Will Be Blood

Sortie de la BO

Nonesuch Records (UK : 18 décembre 2007,
25 février 2008)

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Open Spaces (4:00)
2. Future Markets (2:44)
3. Prospectors Arrive (4:40)
4. Eat Him By His Own Light (3:36)
5. Henry Plainview (4:14)
6. There Will Be Blood (2:08)
7. Oil (3:04)
8. Proven Lands (4:49)
9. HW/Hope Of New Fields (2:29)
10. Stranded The Line (2:20)
11. Prospectors Quartet (2:56)

Voir le calendrier des B.O

Autour de cette BO


Nos articles sur cette BO

Des cordes stridentes sur un plan de montagne déserte. Volume à fond. Violons et altos montent en crescendo, se répondent puis se désaccordent. A l'image, une sensation curieuse de vibration, d'air chaud troublant, de menace lourde et pesante. Sous la montagne, au frais, l'or noir attends son heure de gloire, tandis que des hommes risquent leur vie pour tout gagner. C'est ainsi que commence There will be blood ("Henry Plainview") avec la musique pour le moins ahurissante de Jonny Greenwood, tel une ouverture kubrickienne digne de Shining et son thème obsédant au-dessus des montagnes rocheuses. "Future Markets" est une étonnante pièce de pizzicatos de cordes (frottées) évoquant le grignotement de terrain (et l'ascension sociale) de Plainview (Daniel Day-Lewis), tout en suggérant en filigrane sa mégalomanie et sa rage intérieure. Sans mélodie, Greenwood signe pourtant là un motif qui fait figure de thème pour le personnage. Motif développé plus tard dans "Proven Lands", pièce rythmique faite de cordes pincées et de sons d'archers cognés : ambiance schizo assurée (qui rappelle les curieux rythmes de la musique de Punch-Drunk Love de Jon Brion pour le précédent film de P.T. Anderson - d'où une certaine continuité stylistique d'un musicien à l'autre pour le même réalisateur).

"Prospectors Arrive" est l'occasion pour le musicien de développer une mélodie plus lancinante et mélancolique, bouleversante de sensibilité, aux cordes hésitantes et au piano divaguant. Greenwood est au coeur du film mais sa musique est tellement forte et présente qu'elle frôle souvent le hors-sujet, prenant à l'occasion davantage de place que l'image (pourtant superbe). Malgré cela, l'ensemble est bien dosé et à l'instar de l'excellent L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford (Andrew Dominik, 2007), la musique se fait tantôt lyrique, tantôt troublante, tantôt crépusculaire, très présente à l'image mais jamais trop pour l'enrober totalement. Visiblement, Greenwood se sert du film comme d'un espace de liberté musicale sans limites, composant davantage sur le sujet qu'en synchronisation avec les images. D'où un certain décalage image/musique à l'occasion qui peut faire décrocher le spectateur. C'est l'immense qualité mais aussi la limite (si tant est qu'il y en ait une) de ce score grandiose, décalé et surprenant.

Avec ce score un peu fou proche de la musique contemporaine (glissandis et dissonances y sont fréquents), Jonny Greenwood confirme sa grande intelligence de musicien par une composition étonnante et géniale, à la fois inattendue et immense, par son sujet, son traitement et sa démesure. Un score rare pour un film rare (bien qu'imparfait), dont la radicalité et les parti-pris constamment audacieux en troubleront plus d'un (donc joie !). Vision du film conseillée avant l'écoute du CD, court (30 minutes) mais éprouvant et impressionnant. A savourer en plusieurs écoutes pour se remettre de la fois précédente.

 

Sylvain Rivaud

Autres BO de Jonny Greenwood


Jonny Greenwood a signé la musique d'autres films de Paul Thomas Anderson : The Master (2013) • Inherent Vice (2015) • Junun (2015) • Phantom Thread (2018) •

Jonny Greenwood a également écrit la musique de : La Ballade de l'impossible (2011) • We Need to Talk About Kevin (2011) • A Beautiful Day (2017) •

Vos avis