Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O Actus Podcasts

EN

VOIR

PLUS

Tirez la langue mademoiselle  (2013)



Le compositeur Benjamin Esdraffo signe la musique du second film d'Axelle Ropert après avoir travaillé sur LA FRANCE de Serge Bozon dont elle a écrit le scénario.

[© Texte : Cinezik] •

Tirez la langue mademoiselle

Autour de cette BO

Propos du compositeur 

Avant que j'écrive la musique de son film, Axelle Ropert m'a donné quelques consignes. Elle souhaitait que les harmonies entretiennent un lien secret avec la chanson pop-folk de Tim Hardin que l'on entend au générique d'ouverture - ce fut la partie la plus simple. Elle voulait que cette musique soit orchestrale - ce fut la partie la plus compliquée. Ma première intention avait été d'aller du côté d'une musique électronique minimale, plutôt atmosphérique. Il fallait au contraire que ce soit orchestral, que ça aille dans le sens du film, et en même temps, consigne subsidiaire, que ça ne sonne pas trop « grande musique », que ce ne paraisse pas trop compliqué (trop « compliqué pour rien », une tentation à laquelle il est parfois difficile de résister). Axelle ne voulait rien de solennel, privilégiant au contraire un sentiment romanesque assez immédiat : sans doute s'agissait-il de retrouver une forme de simplicité, d'évidence propre à certains morceaux de folk ou de pop. A côté de ces airs « d'orchestre sans orchestre », attachés aux trois personnages principaux ou à des moments clés de l'histoire (nous avons ainsi fait résonner le désarroi de Dimitri avec celui, plus tardif, de Boris), Axelle m'a passé commande d'une rengaine entêtante à l'orgue de barbarie (durant la déclaration d'amour de Dimitri), ainsi que de deux morceaux plus « pop » censés être diffusés dans un restaurant et une boutique de bubble tea. Faire ce grand écart-là fut très plaisant : composer d'un côté une musique « sérieuse », de l'autre des airs plus légers, amusants, quasi clichés, qui je l'espère apportent un certain ancrage, voire une ironie aux scènes concernées.

Benjamin Esdraffo 

Tracklist

"How Can We Hang On To A Dream" - Tim Hardin
(Ouverture)

"Ouais ouais ouais ouais" - Barbara Carlotti
(Le personnage de Louise Bourguoin, serveuse, l'entend dans le bar)

"Mon Dieu mon amour" - Barbara Carlotti (en duo avec Katerine)

Nos articles sur cette BO

Autres BO du compositeur

Vos avis