Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

EN

VOIR

PLUS

Le Transporteur II  ()

Recall (1er août 2005) - 0:58:44 | Original Score [musique originale]



Que représente la musique Le Transporteur 2 dans le paysage de la musique de film ? Tout d'abord une initiative de production ciblée pour un film d'action efficace, puis une initiative d'un amoureux de musique de film avec un patchwork d'influences hollywoodiennes.

[© Texte : Cinezik] •

Le Transporteur II

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1 - Naughty Girl (1:25)
2 - Parking Fight (1:41)
3 - Main Theme (4:06)
4 - Lonely Driver (2:26)
5 - Kendo (1:16)
6 - Sexy Nurse (9:13)
7 - Kidnaping (2:07)
8 - The Chase (4:11)
9 - Policeman (1:30)
10 - Frank's Calling (2:14)
11 - After The Flames (2:31)
12 - Chasing a Russian (4:47)
13 - Exchange (2:27)
14 - The Antidote (3:01)
15 - Frank (0:42)
16 - Saving Jack (2:55)
17 - D-day (1:01)
18 - Kill Bitch (2:25)
19 - Catching Gianni (2:47)
20 - Jet Boxing (2:19)
21 - Underwater (2:22)
22 - Good Bye Tarconi (1:15)

Nos articles sur cette BO

Autant le dire tout de suite : la musique du TRANSPORTEUR II, comme le film, est dénuée de toute subtilité. Car comme le film, justement, elle pastiche les musiques d'action / thriller hollywoodiennes avec insistance, ce qui aura vite pour effet chez certains amateurs de musiques de film américaines de trouver le résultat lassant. Et c'est en grande partie vraie : la musique d'Azaria est excessivement influencée de bout en bout, rendant difficile l'émergence d'un vrai style personnel dans cette bouillie électro-orchestrale efficace, mais déjà entendue maintes fois. Pour autant, si l'on part du principe que ce n'est que tu réchauffé, l'auditeur curieux appréciera certainement l'excellente maîtrise technique du compositeur, plutôt inspiré malgré tout.

Si les principaux thèmes de ce score rappellent beaucoup le style du compositeur américain Graeme Revell (THE CROW, PITCH BLACK, ASSAULT SUR LE CENTRAL 13...), ou encore celui de feu Mickael Kamen (DIE HARD, X-MEN...), Alexandre Azaria parvient à accoucher d'une musique cohérente sur la durée, variée, rythmée, et dans l'ensemble, inspirée, malgré les écueils déjà soulevés quant au style choisi (musique d'action / thriller à l'américaine)... L'ensemble comporte quelques belles mélodies (passages romantiques, atmosphériques) et quelques excellents morceaux d'action électro-symphoniques, très rythmés, où les cuivres rappellent les morceaux de bravoure du compositeur David Arnold sur les derniers James Bond. Et ce n'est pas rien.

Pour autant, arrivé à la fin du disque (après presque une heure de musique), on n'en retient pas grand chose. Si ce n'est qu'une fois encore, quand les français copient les américains, c'est peut-être efficace mais ça devient vite ennuyeux. Pour autant, si on considère le film lui-même comme un melting-pot qui condense (avec goût ou pas) de nombreuses références en matière de cinéma d'action / policier / thriller, à défaut de parodier ouvertement ces mêmes genres, la partition d'Alexandre Azaria suit le même courant : sans jamais parodier, elle s'inspire de ces mêmes références pour accoucher d'une musique efficace, qui exalte ouvertement l'amour du musicien pour la musique de film américaine (passion dont il ne s'est jamais caché). A défaut d'entendre quelque chose de nouveau, la musique du TRANSPORTEUR II apparaît donc comme un hommage certain au cinéma américain (comme le film) et à la musique hollywoodienne actuelle. En attendant un peu de style dans tout ça, Azaria nous permet déjà de patienter avec un plaisir non dissimulé...

Sylvain Rivaud

Bonus DVD

DVD Zone 2 - BONUS :

Documentaire : "Le Making-of du TRANSPORTEUR 2"
Durée : 26 min.

Documentaire : "La Musique du TRANSPORTEUR 2"
Durée : 21 min.

Clip d'Anggun : "Cesse la Pluie"

Bande-Annonce

Date de sortie du DVD : 08-02-2006

Tandis que de plus en plus de compositeurs étrangers viennent créer en France (on pense par exemple à Joe Hisaishi pour LE PETIT POUCET ou Dario Marianelli pour SAUF LE RESPECT QUE JE VOUS DOIS), plusieurs compositeurs français s'exportent également, la fameuse "french-touch" étant de plus en plus appréciée, surtout outre-atlantique. C'est le cas cas du réalisateur Louis Leterrier et son compositeur Alexandre Azaria.

En effet, tandis qu'Alexandre Desplat compose autant (voire davantage) pour les Etats-Unis que pour la France, Alexandre Azaria combine également les possibilités de création entre la France et ses comédies populaires (FANFAN LA TULIPE, LA VIE EST A NOUS) et les Etats-Unis et ses superproductions, tel ce TRANSPORTEUR 2.

Force est de constater que présentement, le gouffre qualitatif entre les productions françaises et américaines (pour ce qui est des films mis en musique par Azaria) est important, tant LE TRANSPORTEUR 2, s'il brille parfois par ses ambitions visuelles, reste un produit de consommation destiné à un public américain moyen avide de blockbusters estivaux où reignent palmiers, jolies filles et grosses voitures. Il y a peu à sauver dans le film de Louis Leterrier, qu'on avait connu plus inspiré sur le pourtant médiocre DANNY THE DOG, les scènes d'actions tombant souvent à plat quand elles ne sont pas prévisibles et convenues. Qu'à cela ne tienne, si le maigre scénario de Luc Besson est sans nulle doute la source d'un tel désastre, reste la partition ambitieuse d'Alexandre Azaria qui s'est, à n'en pas douter, beaucoup amusé sur ce projet.

Difficile de faire très original sur un tel film, on s'en doute. L'intérêt est ailleurs : capturer l'essence de la musique d'action et de suspense pour rendre les images plus efficaces qu'elles ne le sont toutes seules (ce qui n'est pas une mince affaire). Pour ce faire, Alexandre s'attribue un grand orchestre (près de 70 musiciens), enregistre au studio Davout à Paris, et mixe les enregistrements avec des sonorités électroniques percuttantes qui ne sont pas sans rappeler l'efficace mélange électro-orchestral de David Arnold pour les derniers James Bond (et c'est rudement plaisant à entendre).

Dans les bonus de ce DVD, on trouve (outre le making-of promotionnel de rigueur) un important documentaire sur la musique du film, de la phase d'enregistrement à la phase de mixage. Alexandre Azaria et Louis Leterrier y exposent leurs intentions, mais très vite, la parole est donnée aux précieux collaborateurs du compositeur, à savoir Etienne Colin (ingénieur du son), Jérôme Lateur (producteur de la musique) ou encore Samuel Potin (monteur musique), tandis qu'on aperçoit au travail Jean Gobinet (orchestrateur) et Gisèle Gérard-Tolin (chef d'orchestreur et co-orchestrateur). Mention spéciale pour cette dernière, la direction d'orchestre étant rarement attribuée à une femme !

Ce documentaire retrace donc les différentes étapes de la création de la musique, jusqu'à la fin de la post-production (montage et mixage avec le film à "Digital Factory", les studios de production de Luc Besson).

Pour changer un peu, on appréciera particulièrement la qualité de la réalisation du documentaire, qui mêle agréablement entretiens avec les acteurs de la musique, scènes des sessions d'enregistrement et passages du film, le tout savamment dosé. Mention spéciale à la séquence de la poursuite du film, montée avec des volets en parallèle de la séquence de l'enregistrement avec l'orchestre, très réussie.

Si on ne retiendra rien du film, il était néanmoins important de préciser que la production de la musique est enfin de plus en plus reconnue, notamment dans les bonus DVD d'un film, même mineur. On saluera à cette occasion le professionnalisme des équipes de Luc Besson qui font un excellent travail sur les musiques (le label Recall avait fait l'effort d'éditer deux disques pour LE TRANSPORTEUR 2, un pour les chansons, et un pour le score d'Azaria, l'un ne parasitant jamais l'autre).

Sylvain Rivaud

Vos avis