Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

L'île aux Trésors  (2007)

Movie Score Media (22 janvier 2008) - 0:42:32 | Import


 

Après Renaissance en 2006, l'anglais Nicholas Dodd compose une nouvelle fois pour un film français, avec ici un score orchestral hollywoodien massif.



[© Texte : Cinezik] •
L'île aux Trésors

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Main Title (2:09)
2. The Treasure and Jim's Heart (2:29)
3. Jim Land (1:18)
4. Confession and Chase (1:53)
5. The Baroness (0:45)
6. The Ship (1:25)
7. The Map (2:45)
8. Fight, Recognition and Spaniards (2:15)
9. The Baroness' Nightmare (1:50)
10. Hypnotizing Jim (2:26)
11. Duel and Escape (1:44)
12. Landing on the Island (2:26)
13. The Sailor Gets It (2:49)
14. The Chase and Ben Gunn (1:36)
15. Pirates Cave (2:06)
16. Spanish Fight (3:17)
17. Finding the Treasure (1:58)
18. Final Fight and Explosion (1:17)
19. Save the Gold (1:56)
20. Finale: Treasured Island (4:08)

CD en édition limitée à 500 ex.

En téléchargement à 9,99 $

Autour de cette BO

Nicholas Dodd sur un film français ?

« Très réticent à l'idée de choisir un compositeur anglais pour s'occuper de la bande originale de son film, Alain Berbérian c'est tout de même laisser séduire par Nicholas Dodd, qu'il a découvert en regardant Renaissance. Ce-dernier a été chargé de composer des mélodies mêlant un style classique au rythme des percussions. "Ce fut un vrai plaisir de travailler avec lui. J'ai trouvé le seul compositeur anglais capable de réveiller en moi des émotions !", précise le réalisateur. »

Nos articles sur cette BO

De construction classique (ouverture, présentation des personnage, thème d'amour, passages d'action, générique de fin), cette musique captive tout de même l'auditeur grâce à sa maîtrise technique (Nicholas Dodd est avant tout connu comme l'orchestrateur atitré de David Arnold, de Independance Day à Casino Royale). Le bonhomme connaît donc se métier sur le bout des doigts et nous offre de savoureux moments de déchaînements orchestraux digne des films d'action hollywoodiens les plus démesurés. Face à ce flot symphonique, Dodd oublie cependant l'émotion et la subtilité (ses thèmes sont passe-partout), la faute à un film dénué de tout intérêt.

Avec ce deuxième score en solo, Nicholas Dodd prouve deux choses : d'une part que c'est un excellent technicien à l'aise dans tous les genres, qui fait honneur à la tradition symphonique héritée du Golden Age hollywoodien. Mais aussi que ce n'est pour l'instant "que" un technicien sans réelle idées pour s'affirmer encore compositeur. En ce sens il fait partie de cette génération de musiciens qui connaît bien la musique de film mais n'a pas vraiment d'idées pour la renouveller ou même ne serait-ce que lui apporter une vraie densité, un semblant de profondeur. Peut-être qu'un prochain film plus ambitieux sera l'occasion pour lui de prouver qu'il a des choses à dire, car pour le moment ce n'est pas le cas.

Sylvain Rivaud

Autres BO du compositeur

Vos avis