Quebec - Belgique - Suisse - Afrique 

EN

VOIR

PLUS

Infos

 

Annoncé le 18 mai 2018

Cannes 2018 : Prix de la meilleure création sonore • BORDER lauréat & Interview Aloïse Sauvage (Jury)
#Cannes2018 #LaSemaineDuSon

- Publié le 03-05-2018
,@, - Cannes 2018 : Prix de la meilleure création sonore • BORDER lauréat & Interview Aloïse Sauvage (Jury)

 Accédez à notre espace dédié du Festival de Cannes 2018



Pour la 2ème année consécutive, La Semaine du Son remet le prix de la Meilleure Création Sonore, dans le cadre de la sélection officielle « Un Certain Regard ». Ce prix créé en 2017 en accord avec le Festival de Cannes récompense un réalisateur pour l’excellence sonore de son film. Le lauréat annoncé le 18 mai 2018 succède à "La Belle et la Meute" de Kaouther Ben Hania sacré l'année dernière. En vidéo : Aloïse Sauvage, dans le jury, nous présente ce Prix et la place de la musique et du son dans ses activités de danseuse, circassienne, actrice et chanteuse.

Lauréat : 

BORDER de Ali Abbasi 
Musique : Christopher Berg, Martin Dirkov 

Le compositeur danois Martin Dirkov retrouve le réalisateur Ali Abbasi sur ce thriller suédois après "Shelley" (2016).

 

Le Jury

Jury du Prix de la meilleure création sonore 2018
Régis Wargnier - Cinéaste, président du jury 2018
Jean-Claude Casadesus - Chef d'orchestre
Dr Claude Fugain - Phoniâtre
Aloïse Sauvage - Comédienne
Janine Langlois-Glandier - Présidente du Forum Médias Mobiles
Christian Hugonnet - Acousticien, ingénieur du son et président fondateur de La Semaine du Son

Interview Aloïse Sauvage : 

Danseuse et circassienne (elle continue de se produire sur divers spectacles), actrice (à Cannes l'année dernière avec 120 BATTEMENTS PAR MINUTE) et chanteuse (récente activité avec quelques titres de rap relayés sur la toile avant un premier EP à venir), la musique tient plus place particulière dans les activités de Aloïse Sauvage. 

Présentez-nous ce prix ?

Aloïse Sauvage : Le Prix de la Création Sonore à Un Certain Regard, il a son importance, il est là pour récompenser un réalisateur (et non pas un technicien du son) pour ses choix, pour l'excellence sonore de son film. Ce prix distingue le son dans son ensemble, pas forcément que l'aspect musical justement. On a eu des débats, un film nous plaisait beaucoup, on avait apprécié sa bande-son, mais au niveau de la créativité sonore ça manquait. On doit se demander comment les ambiances, les effets spéciaux, l'intensité des voix... participent à la narration du film. Bien qu'on soit sensibles aux sons, moi-même écoutant beaucoup de musique, c'est finalement l'image qui m'engloutit quand je vois un film. La difficulté ici était donc de se mettre en recul par rapport à l'image et de faire attention au son.

Quelle relation avez-vous avec la musique dans vos diverses activités ? (danse, spectacle, cinéma).

A.S : Je suis danseuse et circassienne, donc mon corps s'exprime en lien avec les émotions que provoque le sonore. Je travaille souvent pour les spectacles à partir de musiques. Au cinéma, la musique est là pour ressentir des émotions. Je vais m'immerger dans une bulle musicale avant certaines scènes, cela va complètement m'aider à me créer des images pour m'emmener où je veux pour le personnage.

Pratiquez-vous un instrument ?

A.S : J'ai commencé à 7/8 ans au conservatoire de ma ville comme activité extra-scolaire et j'ai poursuivi pendant 10 ans. J'ai pratiqué trois instruments de musique, la flûte traversière, la batterie et le saxophone, j'ai fait du jazz, du baroque, du classique. Je peux déchiffrer une partition au piano, je peux apprendre un morceau au Ukulele, mais mon instrument de prédilection reste la flûte traversière.

Vous savez également écrire la musique, notamment pour vos projets musicaux ?

A.S : Je co-compose avec plusieurs personnes qui sont au centre de la composition. Je veux avoir une place dans la composition mais je n'ai pas du tout le talent et la prétention de composer.

Quel lien faites-vous entre votre travail d'actrice et celui de chanteuse ?

A.S : Au cinéma, on interprète des rôles, on se transforme, on devient quelqu'un d'autre, tout en gardant un aspect de nous-même. Dans la musique, on est peut-être davantage nous-même. Quand je suis sur la scène, c'est une facette de moi. J'ai l'impression d'être un caméléon et cela me va très bien. Je m'adapte à l'environnement dans lequel je suis pour essayer d'être libre et changeante. Je ne joue pas un rôle dans la musique, mais j'ai l'impression parfois que cela me dépasse.

Ecoutez-vous des musiques de films ?

A.S : J'adore les musiques de films. Etant jeune, je n'avais pas le support musical pour accompagner mes écrits, j'écrivais beaucoup sur des musiques de films, des choses très amples qui laissent la place aux mots, et qui en même temps soulèvent le propos.

 

Voir notre focus sur les B.O de Cannes dont celles d'Un Certain Regard en lice pour ce prix.

- Publié le 03-05-2018

 Accédez à notre espace dédié du Festival de Cannes 2018

Vos avis