Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS


Accédez à notre page dédiée au Festival de Cannes avec tous nos contenus. 

 

Critiques BO

BO des Palmes d'Or #7 : PARIS TEXAS (1984), une guitare contemplative et spectrale
Paris, Texas (Ry Cooder)

par Benoit Basirico - Publié le 11-05-2019
paris_texas,@,cooder, - BO des Palmes d'Or #7 : PARIS TEXAS (1984), une guitare contemplative et spectrale


Voici le 7e épisode de notre série consacrée aux B.O des Palmes D'Or dans l'histoire du Festival de Cannes, avec celle de PARIS TEXAS (1984) de Wim Wenders.

Le guitariste Ry Cooder était le compositeur régulier du cinéaste Walter Hill, mais c'est avec cette première collaboration pour le réalisateur allemand Wim Wenders qu'il entre dans la légende de la musique de film. Cette partition s'est faite remarquer grâce à l'espace que lui attribue le film. Elle se déploie dans la durée et magnifie les paysages texans désertiques. Nous ne sommes pas loin d'un western contemplatif et intime. Le choix de la guitare participe à l'analogie avec ce genre codifié du cinéma américain. Harry Dean Stanton est comme un cowboy sur le retour. Et au lieu d'un harmonica, les cordes pincées attribuent au personnage son caractère.

De plus, la dimension mythique de cette partition repose moins sur son écriture, assez sommaire, que sur son interprétation. Le musicien choisit une guitare à résonateur, de la marque Dobro, proposant des effets d'échos que l'on retrouve dans le blues, style qu'affectionne Cooder. Le thème inoubliable joué ainsi confère au film un son unique, et par son caractère plaintif contribue à la mélancolie. Cette musique sait aussi ménager les silences, entreprend des pauses pour revenir hanter le récit, comme un personnage spectral, permettant de penser que le héros n'est que l'ombre de lui-même. De la contemplation solaire, l'oeuvre devient alors crépusculaire.

Tous les épisodes : 

BO des Palmes d'Or #1 : LE TROISIÈME HOMME (1949), la cithare alter ego du héros

BO des Palmes d'Or #2 : LA DOLCE VITA (1960), une ritournelle qui mène à l'ivresse 

BO des Palmes d'Or #3 : LES PARAPLUIES DE CHERBOURG (1964), un film chanté

BO des Palmes d'Or #4 : UN HOMME ET UNE FEMME (1966), quand la musique embrasse le visuel 

BO des Palmes d'Or #5 : CONVERSATION SECRÈTE (1974), le dénuement du piano

BO des Palmes d'Or #6 : TAXI DRIVER (1976), le saxophone de la nuit

BO des Palmes d'Or #7 : PARIS TEXAS (1984), une guitare contemplative et spectrale

BO des Palmes d'Or #8 : MISSION (1986), réconcilier les antagonismes

BO des Palmes d'Or #9 : BARTON FINK (1991), le chemin de l'inspiration

BO des Palmes d'Or #10 : LA LEÇON DE PIANO (1993), l'instrument d'une expression 

BO des Palmes d'Or #11 : L'ETERNITE ET UN JOUR (1998), un thème romanesque et nostalgique

BO des Palmes d'Or #12 : LA CHAMBRE DU FILS (2001), sur le fil de l'émotion 

par Benoit Basirico - Publié le 11-05-2019

Vos avis