Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

 

Critiques BO

PRINCE NOIR (1994), les grands espaces et la quête de liberté
Prince Noir (Danny Elfman)

Benoit Basirico - Publié le 12-09-2019
black_beauty,@,elfman, - PRINCE NOIR (1994), les grands espaces et la quête de liberté


B.O de Danny Elfman : PRINCE NOIR / BLACK BEAUTY (1994) de Caroline Thompson.



Cet article figure dans ces dossiers :  

• Liste B.O : Focus sur quelques musiques de Danny Elfman des années 1990



Danny Elfman signe la musique de la première réalisation de Caroline Thompson (qui était alors sa compagne) qu'il retrouve artistiquement après "Edward aux mains d'argent" et "L'Etrange Noël de Mr Jack" dont elle a écrit les scénarios. C'est après s'être fâché avec Tim Burton suite à ce dernier film (et qui lui vala de ne pas faire "Ed Wood") qu'il se lança dans ce projet. Malgré l'absence de Burton, le compositeur renoue avec son univers familier, merveilleux, gothique et poétique.

Pour illustrer les aventures du magnifique étalon noir, galopant de la campagne anglaise jusqu'aux rues de Londres, se déroulant dans l'Angleterre victorienne, Elfman empreinte au folklore britannique de cette époque par quelques sonorités celtiques, incorporant des instruments traditionnels irlandais à l'ensemble orchestral. Emprunte d'aspects bucoliques, la partition est aussi aérienne et illustre par ses envolées lyriques les grands espaces naturels traversés.

Ce lyrisme est associé au désir de liberté du cheval. En effet, la musique de Danny Elfman joue aussi son rôle dans la caractérisation du personnage, épousant sa fuite en avant. Un thème lui est justement associé, omniprésent et décliné sous différentes formes (du piano à la flûte), et alternant l'énergie de l'évasion avec des instants plus mélancoliques, marquant ainsi sa solitude profonde. Cette partition, souvent considérée comme la plus belle de son auteur, parvient totalement à représenter la géographie du film, son climat, et fait exister l'animal, lui attribue une émotion, ajoutant ce film au bestiaire du compositeur (de "Frankenweenie" à "Dumbo").



Cet article figure dans ces dossiers :  

• Liste B.O : Focus sur quelques musiques de Danny Elfman des années 1990



Benoit Basirico - Publié le 12-09-2019

Vos avis