Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

Les Incontournables

Voici par catégorie une sélection de nos BO préférées

Nos incontournables : Western

La Mission

James Newton Howard

James Newton Howard fait la rencontre de Paul Greengrass, lequel faisait appel auparavant à John Powell (saga Jason Bourne, Green Zone, Vol 93). 

Ecouter/Acheter

Dead Man

Neil Young

Jim Jarmusch propose un western crépusculaire, avec Johnny Depp dans la peau d'un comptable à l'agonie, en fuite avec une balle logée près du cœur. Il fait appel au guitariste Neil Young qui improvise sa musique muni de sa guitare face aux images. Son approche est instinctive pour une partition obsédante. La musique aux accords saturés révèle une douleur, une violence, associant au noir et blanc des paysages une profondeur macabre. Les notes dissonantes de la guitare résonnent avec la voix off du héros mourant, comme provenant d’outre-tombe. 

Ecouter/Acheter

Le Dernier des Mohicans

Trevor Jones, Randy Edelman

Trevor Jones et Randy Edelman se partagent le Score de ce western de Michael Mann.

Ecouter/Acheter

Impitoyable

Lennie Niehaus, Clint Eastwood (Claudia's theme)

Lennie Niehaus conçoit la partition du film tandis que Clint Eastwood joue un thème mélancolique à la guitare.

Ecouter/Acheter

Danse avec les loups

John Barry

Ce western marque la dernière grande partition de John Barry. Il débuta la composition peu après s’être fait opéré d’une rupture de l'oesophage (l'album ainsi que l'oscar remporté pour cette BO sont dédiés aux médecins qui lui ont sauvés la vie). Probablement inspiré par son "retour" à la vie, John Barry signe une musique élégiaque, sensible et nostalgique, avec un thème lyrique qui se déploie avec sérénité et illustre à merveille les paysages de l'Ouest américain. 

Ecouter/Acheter

La Porte du paradis

David Mansfield

Première collaboration avec La Porte du paradis entre le compositeur David Mansfield et le réalisateur Michael Ciminoqui se retrouveront 5 ans plus tard sur L'Année du dragon (1985).

Ecouter/Acheter

Mon Nom est Personne

Ennio Morricone

Le grand maestro italien signe une fois de plus un petit chef-d’oeuvre pour Mon Nom est Personne. Visiblement très inspiré par l’émotion et l’humour du film de Tonino Valerii (mais écrit par Sergio Leone), Morricone nous propose une partition fraîche, drôle, inventive, lyrique et poignante, avec pas moins de trois thèmes majeurs tout aussi mémorables les uns que les autres.

Ecouter/Acheter

Il était une fois la révolution

Ennio Morricone

Ennio Morricone retrouve Sergio Leone sur un western après "Il était une fois dans l'Ouest" (1968).

Ecouter/Acheter

Rio Lobo

Jerry Goldsmith

Jerry Goldsmith écrit une musique pour le dernier film de Howard Hawks, son ultime western après RIO BRAVO (musique de Dimitri Tiomkin) ou encore EL DORADO (musique de Nelson Riddle).

Ecouter/Acheter

Il était une fois dans l'Ouest

Ennio Morricone

Ennio Morricone et Sergio Leone se retrouvent après la trilogie des dollars ("Pour une poignée de dollars" - 1964, "Et pour quelques dollars de plus" - 1965, "Le Bon, la brute et le truand" - 1966) avec une partition thématique où le choix instrumental est guidé par les personnages, avec l'homme à l'harmonica (Charles Bronson), qui apparait après quinze premières minutes inaugurales sans musique, présenté ainsi d'abord par la musique avant même de découvrir son visage. Le personnage de Cheyenne est aussi affublé de son motif, plus claudiquant. Au-delà des personnages, la partition illustre les tensions et rivalités, elle ajoute des cordes pour magnifier l'immensité d’un paysage, ou encore elle soutient la romance.

Ecouter/Acheter

True Grit

Elmer Bernstein

Elmer Bernstein retrouve le western, John Wayne et le réalisateur Henry Hathaway après "The Sons of Katie Elder" (1965).

Ecouter/Acheter

La Horde sauvage

Jerry Fielding

Première collaboration de Jerry Fielding avec Sam Peckinpah avant de se retrouver sur quatre autres films en 4 ans, de "Straw Dogs" (1971) à "The Killer Elite" (1975).

Ecouter/Acheter

Le Bon, la brute et le truand

Ennio Morricone

Des trois westerns spaghettis de Sergio Leone, « Il Buono, Il Bruto, Il Cattivo » est de loin la partition la plus populaire d'Ennio Morricone et aussi la plus aboutie. Qui n'a jamais entendu le célébrissime thème d'ouverture du film, sur un balancement de deux notes auxquelles répondent trois autres notes, un pur moment de bonheur pour tous bon béophile qui se respecte ! Malgré sa très grande popularité, la partition de Morricone pour le chef-d'oeuvre de Sergio Leone reste assez énigmatique dans le fond. L'originalité et l'audace de cette partition reste toujours aussi forte, 40 ans après, une musique moderne, très en avance sur son temps.

Ecouter/Acheter

Le Grand silence

Ennio Morricone

Le compositeur italien Ennio Morricone retrouve son compatriote sur un nouveau western après "Navajo Joe" (1966), "Les cruels" (1967) et "El mercenario" (1968). Ils se retrouveront pour "Companeros" (1970), "Far West Story" (1972) et "Mais qu'est-ce que je viens foutre au milieu de cette révolution?" (1972).

Ecouter/Acheter

Django

Luis Bacalov

Septième et dernière collaboration entre le compositeur Luis Bacalov et le cinéaste Sergio Corbucci avant que ce dernier entame une collaboration avec un autre italien : Ennio Morricone.

Ecouter/Acheter

Pour une poignée de dollars

Ennio Morricone

Sur cette première collaboration avec Sergio Leone, Ennio Morricone réinvente le genre du western en élaborant une instrumentation atypique qui va faire référence. Il emploie la guimbarde, la guitare électrique, un siffleur, des sons de fouets et de revolver, ainsi qu'une voix humaine qui crie un texte inaudible. Il signe aussi un thème d'une gravité déchirante à la trompette.

Ecouter/Acheter

Charge de la huitième Brigade

Max Steiner

La collaboration entre le compositeur Max Steiner et le réalisateur Raoul Walsh n'en n'est pas à son premier essai. Max Steiner illustre ce western tardif (1964) de Raoul Walsh dont c'est le dernier film en convoquant les codes classiques du genre. Il emploie les tambours et les cuivres de la cavalerie. Le thème sautillant et joyeux amène un aspect épique et féerique aux combats entre les indiens et les cowboys.

La Conquête de l'Ouest

Alfred Newman

En 1962, Alfred Newman en est à la fin de sa carrière, a brassé depuis les années 30 tous les genres, a collaboré avec les plus grands, et a obtenu 8 Oscars (il en remportera un 9e en 1968). Le compositeur travaille également sur des chansons - "How the West Was Won" - en collaboration fidèle avec Ken Darby pour les paroles et la voix.

Ecouter/Acheter

Les Sept Mercenaires

Elmer Bernstein

Le compositeur Elmer Bernstein et le réalisateur John Sturges ont l'habitude de travailler ensemble et signent ici leur sixième collaboration. Elmer Bernstein s'inscrit dans la grande tradition américaine du western. Dés l'ouverture, le thème majestueux et plein d'entrain apparaît. La mélodie jouée par l'orchestre est rythmée par des cordes syncopées. Le lyrisme est soutenu par une rythmique, accompagnant ainsi les protagonistes dans leur chevauchée. Puis des cuivres graves ne tardent pas à intervenir pour nuancer l‘optimisme du thème.

Ecouter/Acheter

Alamo

Dimitri Tiomkin

Dimitri Tiomkin signe la musique de l'unique réalisation (en solo) de John Wayne, et retrouve le western après "Rio Bravo" (1959), avec un arrangement de l'air traditionnel "El Degüello", et quelques chansons interprétées par un choeur. 

Rio Bravo

Dimitri Tiomkin

Il s'agit de la dernière collaboration entre le réalisateur Howard Hawks et le compositeur Dmitri Tiomkin qui avaient déjà travaillé ensemble sur cinq films dont deux autres westerns, "La Rivière rouge" (1948) et "La Captive aux yeux clairs" (1952). Le compositeur retrouve un genre qu'il a beaucoup pratiqué depuis "Le Cavalier du désert" (William Wyler, 1940). Il le retrouvera l'année suivante, toujours avec l'acteur John Wayne, cette fois-ci également réalisateur sur "Alamo" (1960). Pour illustrer l'autorité du shérif et les grands espaces, Dmitri Tiomkin reprend la trompette, instrument régulier du genre, évoquant l'imagerie de la conquête de l'ouest dans sa façon de ponctuer avec détermination les chevauchées. Il arrange pour les besoins du film un air militaire, "El Degüello", un appel de clairon mexicain, qu'il décline dans de multiples variations, et dont il reprend la trompette triomphante pour le reste de sa partition. Un contrepoint festif et folklorique est assuré avec quelques chansons interprétées par les acteurs du film, Dean Martin et Ricky Nelson, également chanteurs.

Ecouter/Acheter

Règlement de comptes à O.K. Corral

Dimitri Tiomkin

Dimitri Tiomkin retrouve John Sturges sur ce western après le film noir "Jeopardy" (1953), et se retrouvent sur "Le vieil homme et la mer" (1958) et "Le dernier train de Gun Hill" (1959).

Ecouter/Acheter

L'Homme du Kentucky

Bernard Herrmann

Le compositeur Bernard Herrmann, trois ans avant "Vertigo" d'Alfred Hitchcock, signe son unique partition pour l'acteur Burt Lancaster qui réalise son premier film (il attendra vingt ans avant de retrouver la mise en scène avec "Le Flic se rebiffe", cette fois mis en musique par Dave Grusin). Il retrouve une deuxième fois le western après "Le Jardin du diable" (1954, Henry Hathaway, avec Gary Cooper), une genre qu'il n'a pratiqué que deux autres fois par la suite, pour "Le Trésor du pendu" (John Sturges, 1958) et "Le Tueur au visage d'ange" (Gordon Douglas, 1958). C'est l'histoire d'un fermier du Kentucky qui s'isole avec son fils au Texas pour échapper à la violence. Face à ce western du replis, Bernard Herrmann joue l'apaisement avec une partition à la fois mélancolique et fougueuse, complétant le cadre naturel bucolique et l'aspiration des personnages à mener une vie simple isolée des chasseurs. A cet effet, l'emploi d'un cor de chasse dominant au sein de l'orchestre permet de rappeler la condition de chasseur du père et la transmission à son fils. Le compositeur s'attache à décrire une vision positive de l'Amérique avec son thème optimiste. Il s'avère ainsi inhabituellement
léger et lumineux.

Le Train sifflera trois fois

Dimitri Tiomkin

Dimitri Tiomkin retrouve Fred Zinnemann sur ce western après "C'étaient des hommes!" (1950) et avant "Les horizons sans frontières" (1960). 

La flèche brisée

Hugo Friedhofer

Unique collaboration pour ce western de Hugo Friedhofer et Delmer Daves, lequel a surtout travaillé avec Franz Waxman (mais aussi Max Steiner et  Miklós Rózsa).