Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeur Répertoires Critiques de B.O ActusPodcasts

EN

VOIR

PLUS

Réalisateurs / Réalisatrices

Mamoru Oshii  
Né le 8 Août 1951 à Tokyo (Japon).

Mamoru Oshii

Cinéaste japonais hors normes et visionnaire, il est le réalisateur culte de Ghost in the Shell. Il introduit dans ses films d'intenses réflexions sur le réel et le virtuel, et dépeint des sociétés futuristes violentes gangrénées par le pouvoir. Mais où toujours un personnage, une réflexion, une pensée, élève l'esprit et atteint une forme de sagesse, de spiritualité, d'humanité.

Filmo

(liste non exhaustive, apparaissent les films présents dans notre base)

 The Sky Crawlers - - 2008 - BO : Kenji Kawaï

 Ghost In The Shell 2 : Innocence - - 2004 - BO : Kenji Kawaï

 Avalon - - 2001 - BO : Kenji Kawai

 Ghost In The Shell - - 1997 - BO : Kenji Kawai

Incontournables du réalisateur

Après avoir réalisé de nombreux épisode de dessins animés dans les années 80, Mamoru Oshii se distingue en 1984 avec Beautiful Dreamer puis en 1985 avec L'Oeuf de l'Ange, moyen-métrage d'animation étrange et fascinant, qui pose les jalons d'une oeuvre complexe qui bouscule toutes les conventions du dessin animé (Oshii y introduit une forme de lenteur à l'instar du cinéaste russe Tarkovski). Cette oeuvre méconnue deviendra plus tard culte au Japon puis au sein de la communauté de fans d'Oshii. En 1987 il réalisera son premier film en prise de vue réelles, Lunettes rouges, mis en musique par Kenji Kawaï, complice musical qui ne le quittera plus.

C'est surtout à partir de 1988 qu'il se révèle au grand public avec la série Patlabor, qui donnera naissance à deux long-métrages en 1990 et 1993. On peut y déceler déjà une passionnante réflexion sur la confrontation entre réel et faux-semblant, au sein d'un ville opulente et violente, où des policiers ont recours à des robots pour tenter de faire la loi. Malgré un intrigue politique complexe, Patlabor 2 ira encore plus loin dans cette réflexion avec un ton mélancolique propre aux grands oeuvres de SF.

Mais c'est en 1995 qu'il est consacré par la critique et le public mondial avec Ghost in the Shell, adaptation très libre du manga de Masamune Shirow. Il y dévoile un futur opressant où un androïde prend conscience de lui-même au risque de mettre en péril l'humanité. Avec ses décors d'une rare finesse et son rythme unique en son genre (et sa fabuleuse musique chorale et planante de Kenji Kawaï), ce film se hisse rapidement au panthéon des chefs d'oeuvre du cinéma d'animation, et même plus simplement du cinéma de science fiction. La légende veut que Stanley Kubrick lui-même, après avoir vu Ghost in the Shell, ait souhaité repousser son projet "Artificial Intelligence" car Mamuru Oshii avait presque déjà tout dit à ce sujet... Le film inspirera en tout cas nombre d'autres oeuvres cultes, tels que la saga Matrix...

Après avoir signé en 1998 le scénario du film d'animation Jin-Roh, la brigade des loups, fable humaniste se déroulant au sein d'une société totalitaire, et produit le moyen-métrage d'horreur Blood The Last Vampire en 2000, il réalise un nouveau long-métrage, mêlant prise de vue réelles et 3D, avec Avalon. Tourné en Pologne avec des comédiens inconnus et presque intégralement retouché par ordinateur, ce nouveau film est un choc visuel et émotionnel, évoquant la vie de joueurs de jeu-vidéo qui se projettent dans le virtuel au sein d'un monde lui-même iréel... Mêlant plusieurs couches de réalités, le film est très remarqué au Festival de Cannes, où il est présenté hors compétition en 2001. Oshii retrouve la croisette peu de temps après (en compétition cette fois-ci) avec la suite de Ghost in the Shell : Innocence (2004). Digne prolongement du premier film (avec seulement quelques personnages communs), Oshii pousse encore plus loin sa réflexion en étayant ses images (sublimes) de propos philosophiques. On peut trouver cela, au choix, pompeux ou passionnant. Le résultat est pourtant époustouflant de cohérence visuelle, réflexive, narrative et émotionnelle.

En 2006 il réalise un nouveau long-métrage hybride, mêlant vidéo, animation et 3D, intitulé Tachiguishi retsuden. Mais le projet est tellement barré qu'il ne trouve aucune distirbuteur européen, pas même en DVD. Ce film est inédit en France à ce jour. Il prépare actuellement un nouveau long-métrage d'animation, intitulé The Sky Crawlers.

Sylvain Rivaud

Vos avis