Quebec - Belgique - Suisse - Afrique 

EN

VOIR

PLUS

Astérix : le Domaine des Dieux 3D  (2014)

Cristal Records / Boriginal (24 novembre 2014) | Original Score [musique originale]


Louis Clichy (animateur de chez Pixar) s'associe à Alexandre Astier (le comédien-réalisateur) pour ce nouvel épisode de la saga animé d'Asterix et propose à Philippe Rombi d'en écrire la musique. L'environnement réaliste a permis à Philippe Rombi de composer une musique aussi large et nette qu'un film en prise de vue réelle avec les même codes qu'un péplum ou qu'un film fantastique/médiéval. L'exercice était aussi, bien évidemment, d'accompagner les baffes et la prise de potion magique des personnages.

[© Texte : Cinezik]
Astérix : le Domaine des Dieux 3D

Tracklist

Lien d'achat :

Autour de cette BO

Propos du compositeur

Je ne savais pas du tout ce qu'on allait me demander. Je savais que les deux réalisateurs recherchaient une partition originale et qu'ils avaient pas mal d'exigences, car ils ont un goût prononcé pour la musique de film : non seulement Louis Clichy est un vrai béophile et joue également du piano, mais Alexandre Astier a de plus une formation de musicien classique. Autant dire que j'allais avoir des interlocuteurs avertis ! En définitive, je ne suis pas arrivé sur ce projet avec des idées préconçues : je voulais savoir à qui j'avais affaire et connaître la "couleur" de cet Astérix. Et on s'est découvert, Louis, Alexandre et moi, des affinités sur les intentions et les pièges à éviter. On rêvait de musique tous les trois et on se rejoignait sur des héritages, des styles et des compositeurs. J'ai pu apprécier les premières illustrations de Louis, j'aimais le ton d'Alexandre, bref l'aventure pouvait commencer !

D'emblée, on voulait éviter une musique trop enfantine : ce n'est pas parce qu'on travaillait sur un film d'animation qu'on devait forcément avoir une musique illustrative ou "cartoonesque". On voulait considérer la musique comme s'il s'agissait d'un film d'aventures, avec de l'action, de l'émotion, de l'humour... On souhaitait donc une partition plus ample et, dans les rêves de gosses de Louis et d'Alexandre, on allait pouvoir se référer à John Williams, Jerry Goldsmith ou Alan Silvestri, -- autrement dit, une musique symphonique issue de l'héritage de Ravel, Tchaïkovski, Prokofiev ou encore Stravinski. Ayant souvent eu l'occasion de composer pour de grandes formations symphoniques, cela faisait aussi partie de mon univers, de certaines couleurs de ma palette, et nous n'avons pas eu de mal à nous comprendre sur la tonalité à adopter.

J'ai d'abord eu un animatique entre les mains. Contrairement à d'autres films où la musique se compose dans un délai court, le processus s'est ici étalé par étapes sur un an. J'ai même eu plusieurs versions de l'animatique : au départ, c'étaient des cartons qui s'enchaînaient, davantage que des images qui s'animaient. On entendait les dialogues enregistrés et en fermant les yeux, on pouvait imaginer le film. Très vite, le thème d'Astérix a été le plus déterminant : j'ai composé des variations autour de lui, en favorisant la dimension épique, émotionnelle ou parfois folklorique du
village gaulois. Ensuite, j'ai demandé à Louis s'il y avait des séquences prioritaires qui pouvaient influer sur le tempo ou le rythme de l'animation : il m'a montré la scène où les esclaves se passent des pierres pour construire l'édifice puis une première version du générique début. J'ai composé ces morceaux qui nous ont permis de créer nos premières interactions entre musique et images.

Progressivement, j'ai voulu avancer dans l'ordre du film : j'aime bien que d'un morceau à l'autre, on ait une cohérence d'harmonies et de modulations. La difficulté, en effet, était de trouver une unité à l'ensemble du film qui emprunte à divers registres et de passer par exemple d'une bataille épique avec 90 musiciens à la bossanova présente au domaine des Dieux que j'ai baptisée "Bossastérix " et qui fait appel à une formation différente et à un style décalé. D'autre part, les intentions de Louis et d'Alexandre pouvaient parfois contraster sur le ton ou l'humeur à donner à un passage d'une séquence. Donc, nous en parlions ensemble et il s'agissait ensuite d'harmoniser nos trois points de vue.

Philippe Rombi

 

Nos articles sur cette BO

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis