Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Alien vs. Predator - Requiem  (2008)

Varèse Sarabande (11 décembre 2007) | Original Score [musique originale]



Après un score fonctionnel et totalement dispensable signé Harald Kloser sur le premier opus, c'est le jeune Brian Tyler qui a été choisi pour écrire la musique de Aliens vs. Predator Requiem.

[© Texte : Cinezik] •

Alien vs. Predator - Requiem

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Aliens vs. Predator - Requiem (1:30)
2. Opening Titles (3:04)
3. Decimation Proclamation (7:40)
4. Requiem Epilogue (3:12)
5. National Guard Part 1 (5:45)
6. National Guard Part 2 (2:56)
7. Taking Sides (13:04)
8. Predicide (1:31)
9. Kelly Returns Home (1:19)
10. Coprocloakia (5:32)
11. Power Struggle (4:02)
12. Skinned and Hanged (2:48)
13. Down To Earth (2:36)
14. Predator Arrival (3:37)
15. Special Delivery (2:32)
16. Alien Awakening (2:07)
17. Striptease (1:31)
18. Buddy’s New Buddy (1:59)
19. Searching the Poolhouse (3:11)
20. Gutless and Autosurgiosis (2:43)
21. Outnumbered (4:38)

Nos articles sur cette BO

Le film des frères Strause a ainsi représenté pour le compositeur une grande occasion de rendre hommage – à son tour – aux musiques des deux franchises, multipliant ainsi tout au long de sa partitions les clins d'œil aux partitions de Alien (Goldsmith), Aliens (Horner), Alien 3 (Goldenthal), Alien Resurrection (Frizzell) et Predator (Silvestri). Pas moins de cinq compositeurs sont ainsi cités tout au long de la partition de Aliens vs. Predator Requiem, le tout mélangé au style orchestral habituel de Tyler, qui ne cesse de s'affirmer au fil des années.

Le score s'articule autour d'une série de thèmes et motifs, avec pour commencer le ‘Aliens vs. Predator Requiem Theme', avec ses rythmes martiaux/guerriers scandés à la manière du ‘Mars' des Planètes de Gustav Holst et son thème de cuivres massifs évoquant le duel entre les aliens et le predator tout au long du film. La seconde partie du morceau dévoile un rythme guerrier plus sobre associé tout au long du film au predator, et qui fait bien évidemment ici référence aux rythmes martelés du Predator d'Alan Silvestri. A noter l'utilisation brève mais néanmoins efficace de quelques percussions tribales, un élément curieusement assez peu présent dans la partition de Brian Tyler. Le thème de AVP-R possède donc un côté guerrier et martial qui illustre parfaitement cette idée de confrontation au sommet entre les deux créatures. Seule ombre au tableau : le côté peu inspiré du dit thème et un motif d'accompagnement de deux notes aux cordes qui rappelle beaucoup le thème principal de ‘Come See the Paradise' de Randy Edelman (coïncidence ?). Avec le ‘Opening Titles', Tyler donne le ton de la partition en oscillant entre suspense et sursaut orchestral déchaîné suivi du premier morceau incontournable de la partition de AVP-R (et qui illustre en réalité le duel final du film), l'excitant ‘Decimation Proclamation', déchaînement orchestral intense de plus de sept minutes de frénésie musicale pure et dure. Brian Tyler rappelle à quel point il maîtrise l'art du déchaînement orchestral, tout en multipliant les références au Aliens de Horner (et plus particulièrement aux célèbres rythmes accélérés conclusifs de ‘Bishop's Countdown') et au style personnel du compositeur (on retrouve ici le style action de Timeline, The Hunted ou War). A noter que les aliens sont représentés musicalement par des clusters stridents de trompettes, tandis que le predator est accompagné continuellement par des rythmes scandés guerriers à la Silvestri. On appréciera tout au long du morceau la façon dont Tyler rebondit sur chaque phrase rythmique afin de relancer continuellement le sentiment d'action et de confrontation totale. On regrettera néanmoins le recours souvent facile aux nombreux effets orchestraux à la limite du cacophonique (clusters de cuivres, amoncellement de dissonances stridentes, glissandi de cordes, etc.), l'ensemble manquant finalement un brin de contrepoint et d'écriture – on est bien loin ici du brio du Aliens de Horner ou de la maîtrise orchestrale incroyable du ‘Alien Resurrection' de John Frizzell.

La musique, relativement bien mixée dans le film, apporte un véritable sentiment d'excitation et de frénésie aux images hélas bien laborieuses du film des frères Strause. Toujours dans le jeu des citations, Tyler fait aussi un bref clin d'œil à un motif ascendant du Predator d'Alan Silvestri vers le milieu de ‘Coprocloakia', un morceau somme toute chargé en citations musicales et qui devrait faire la joie des fans des musiques des deux sagas (seule ombre au tableau : des allusions souvent trop évidentes et faciles, comme dans le film, et qui trahissent le manque de recul d'un compositeur assommé de temp-track tout au long du film !). Niveau thématique, l'ensemble évolue sans surprise dans un morceau comme ‘Predicide', qui met en parallèle le thème principal (la confrontation contre les aliens) et le thème guerrier du predator. Tyler met néanmoins au placard ses thèmes pendant une bonne partie du score afin de se concentrer davantage sur une illustration musicale très premier degré des différentes scènes d'action/suspense du film.

La partition de Aliens vs. Predator Requiem nous offre au final une bonne dose d'action et de suspense, le tout baignant dans un style orchestral qui multiplie les allusions musicales aux scores des deux franchises de la 20th Century Fox, un exercice périlleux dans lequel Brian Tyler s'en tire à peu près bien même si l'on déplorera le côté souvent très facile et trop évident des nombreuses citations qui parsèment l'ensemble du score de Tyler. Sa musique reflète parfaitement la sensation de chaos absolu et de carnage décrite dans le film, même si le tout flirte bien souvent dangereusement avec la cacophonie pure. Hélas, Brian Tyler n'a ni le talent d'un James Horner, d'un John Frizzell ou d'un Alan Silvestri et encore moins le génie d'un Elliot Goldenthal ou d'un Jerry Goldsmith. Sa musique demeure somme toute très fonctionnelle de bout en bout et pas toujours très inspirée, et ce même si certains morceaux apportent une puissance redoutable aux images (‘Decimation Proclamation', ‘National Guard Part 2', ‘Coprocloakia', etc.). Malgré tous les efforts déployés par le compositeur, on se serait quand même attendu à une musique un brin plus inspirée pour le long-métrage des frères Strause. Néanmoins, Brian Tyler remplit parfaitement le cahier des charges et apporte au film sont lot d'action, de chaos et de brutalité à travers une partition orchestrale frénétique, guerrière et totalement déchaînée, qui devrait satisfaire les fans du genre et les inconditionnels des musiques des sagas Alien et Predator !

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis