Quebec - Belgique - Suisse - Afrique 

EN

VOIR

PLUS

Le Clan des Siciliens  (1969)

CAM (1996) - 0:30:32 | Réédition


Le Clan des Siciliens est typique des musiques que Ennio Morricone a écrit dans les années 60/70 pour le cinéma français. Ce polar avec Jean Gabin, Alain Delon et Lino Ventura marque la seconde collaboration entre le maestro italien et Henri Verneuil après "La Bataille de Saint Sebastian" (1968). Morricone emploie pour cette partition des guitares, une batterie, une guimbarde (réminiscence de ses musiques de western) et un orchestre. Deux thèmes se juxtaposent pour le titre principal : celui constitué des quatre notes de guitare et celui joué par des cordes amples qui embrassent le tout. 

[© Texte : Cinezik]
Le Clan des Siciliens

Tracklist

1. Il Clan Dei Siciliani (3:36)
2. Snack Bar (2:24)
3. Mostra Dei Gioielli (2:50)
4. Dialogo N. 1 (3:16)
5. Jeanne E La Spiaggia (3:15)
6. Dialogo N. 2 (3:21)
7. Tema Per Le Goff (3:11)
8. Per Nazzari E Delon (2:22)
9. Tema Italiano N. 2 (1:31)
10. Francobolli (2:23)
11. Il Clan Dei Siciliani (Finale) (2:23)

Lien d'achat :

Nos articles sur cette BO

Le Clan des Siciliens fait partie de ces films de référence que l'on cite lorsque l'on aborde un genre particulier, ici le polar français. Le regretté Henri Verneuil a crée un film policier typique du genre avec ses bandits, ses intrigues et ses poursuites. Alain Delon, Lino Ventura et Jean Gabin campent avec brio leurs personnages respectifs, Delon en bandit à la gâchette facile, Ventura en commissaire qui s'est juré de retrouver Sartet (Delon) et Gabin dans le rôle de Vittorio Manalese, un membre d'une famille de la Mafia Sicilienne. Petite mention à la séquence du détournement de l'avion qui est très réussie (elle est d'ailleurs très souvent citée). Un bon petit polar à la française!

Pour ce film, Morricone a utilisé des guitares, une batterie, un orchestre à cordes, une guimbarde (réminiscence de ses musiques de western des années 60) et la mélodie du thème principal est sifflée par un homme, comme dans certaines de ses musiques pour des westerns-spaghettis des années 60. D'une manière générale, la BO de ce film sonne très musique de polar français années 60. Avec son thème principal, Morricone guide l'histoire du film en proposant différentes variantes instrumentales de ce thème qui sonne assez dramatique (surtout sur l'harmonie mineure descendante qui joue beaucoup sur l'aspect dramatique du thème) et dont la mélodie est sifflée (on pense par exemple à 'Farewell To The Cheyenne' de C'era une volta il West) avec un côté très italien d'esprit (du pur Morricone en fin de compte, ce qui explique sûrement la popularité de ce thème parmi les partitions françaises du compositeur italien à cette époque, au côté du Marginal, du Professionnel, etc.) On pense souvent que Morricone a fait le rapprochement de ce thème avec une certaine forme de nostalgie évoquant la Sicile (puisqu'il en est question dans ce film) et c'est en tout cas un aspect que le compositeur italien a privilégié durant tout le film et à travers les différentes variations qu'il propose sur ce thème.

L'autre thème est celui du commissaire Le Goff, un thème que l'on pourrait aussi considérer comme étant le thème de poursuite/action avec sa batterie, ses cordes, son ostinato rythmique et son côté entêté et obsédant (à noter le rythme totalement en contretemps par rapport à la rythmique de la percussion, un effet très intéressant et que Morricone exploite à fond dans ces passages). Le thème apparaît pour la première fois lorsque le commissaire est sur le point d'attraper Sartet dans un hôtel avant que ce dernier ne s'échappe par la fenêtre. On retrouvera le thème plus loin mais sans aucun développement, Morricone tenant toujours à conserver l'aspect entêté de ce thème.

La musique de Morricone s'affirme par moment plus sombre, et ce malgré les petites touches de légèreté offert par la guimbarde ou la guitare très sixties. A quelques rares moments un peu plus violente, la musique garde toujours ce ton dramatique et rythmé sans oublier le côté très musique de polar à la française vu par le compositeur italien des années 60/70. En fin de compte, de toutes les musiques qu'a composé Ennio Morricone pour les films d'Henri Verneuil, Le Clan des Siciliens reste à ce jour son oeuvre française la plus populaire. La grande force émotionnelle qui se dégage de cette musique au sein du film est indéniable. Il est aussi indiscutable d'affirmer que le film ne vaudrait certainement pas grand chose sans la superbe partition du maestro italien!

Quentin Billard

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis