Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

EN

VOIR

PLUS

Le Cercle des poètes disparus  (1990)

Dead Poets Society

Milan Music (23 septembre 2013) - CD et Digital | Réédition



Troisième collaboration entre le compositeur français Maurice Jarre et le réalisateur australien Peter Weir après "Witness" et "L’année de tous les dangers". Le cinéaste a demandé à Maurice Jarre de composer une musique électronique, comme il l'avait déjà fait sur 'Witness'.

[© Texte : Cinezik] •

Le Cercle des poètes disparus

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

Inclus : "Witness" et "L’année de tous les dangers" :

Dead Poets Society (Peter Weir, 1989)

1. Carpe Diem (4:47)
2. Neal (3:16)
3. To the Cave (2:35)
4. Keating's Triumph (5:59)
5. Football Training (Beethoven : Ode to Joy - excerpt) (5:04)

Witness (Peter Weir, 1985)

6. Building the Barn (orchestral version) (5:04)

The Year of Living Dangerously (Peter Weir, 1982)

7. Prelude (2:17)
8. Death of a Child (5:07)
9. Kwan (7:06)
10. Kwan's Sacrifice (7:57)

Lien d'achat :

Nos articles sur cette BO

Un thème aux accents irlandais est entendu dans 'Carpe Diem' ("saisi l'instant présent"), une mélodie joué par l'EVI (Electronic Valve Instrument) et une harpe celtique. Cette mélodie repose sur un bourdon rappelant les airs folkloriques traditionnels celtiques. Le thème de 'Carpe Diem' est lent, très doux et décrit la joie de vivre et l'épanouissement des étudiants, stimulé par les sages conseils de leur professeur. Maurice Jarre a parfaitement comprit le sens du film à travers sa musique, et on ne peut que l'en féliciter.

Il est assez intéressant de voir la manière dont Jarre a construit sa partition: d'un côté, on trouve la musique électronique (un brin datée), une pure musique d'ambiance assez fonctionnelle. Jarre est particulièrement doué dans ce genre de musique (il a l'habitude d'utiliser le synthétiseur depuis le film de Peter Weir, 'Year of Living Dangerously' en 1984) et sa musique électronique offre un charme particulier aux images, notamment pour 'To the Cave' dans scène où les étudiants traversent un bois, la nuit, pour se retrouver dans une petite caverne, là où ils vont former 'Le cercle des poètes disparus'. La musique est mystérieuse, ondulante et rappelle parfaitement ce que Jarre a écrit pour 'Witness'. Autour de cela, 'Neal' décrit le personnage de Neal Perry, jeune étudiant tourmenté par son père qui refuse de voir son fils devenir un acteur de théâtre, alors que le théâtre est tout pour lui, ce qui provoquera finalement son suicide à la fin de l'histoire. Le morceau de synthé soulignant ce passage dramatique du film n'a malheureusement pas été retenu dans le CD.

Il est proprement impossible de passer à côté de 'Keating's Triumph', le morceau clé de toute la partition de 'Dead Poets Society', superbe conclusion musicale venant illuminer la scène finale du film. Pour cette séquence, Peter Weir avait demandé à Jarre de composer une musique qui déclencherait l'enthousiasme des gens, pour la scène où Keating quitte l'école. Les élèves se lèvent et défient leur nouveau prof (une tête de mule!) en montant sur leurs bureaux et en rendant hommage à Mr.Keating, le professeur qui leur a fait découvrir les vraies valeurs de la vie. Criant tous en unisson "O capitaine, mon capitaine", cette magnifique scène rend un hommage triomphant à Keating et la musique de Jarre s'envole et atteint des sommets glorieux avec l'apparition de la cornemuse et de l'orchestre s'apparentant ici à une sorte de marche irlandaise sur l'air de 'Carpe Diem' solennel et triomphant. La musique de cette scène clôt à merveille le film et ne peut que déclencher l'enthousiasme des spectateurs. C'est aussi une brillante manière de mettre en avant la musique de son film, car, à la toute dernière seconde de la séquence, la musique prend le dessus sur les paroles des personnages et rend aussi à son tour hommage non seulement au courage des étudiants qui n'ont pas peur d'affirmer leurs opinions, mais aussi à Mr.Keating, un homme qui a eu le courage de faire réagir ses élèves contre les dangers du conformisme et des idées préconçues.

'Dead Poets Society' reste donc une BO incontournable de Maurice Jarre, une musique électronique utilisant aussi des instruments acoustiques comme la harpe celtique dans 'Carpe Diem' et la cornemuse écossaise dans 'Keating's Triumph' (sans oublier l'utilisation de l'EVI). Cette partition nous montre aussi que l'on n'a certainement pas attendu James Horner et co. pour voir apparaître la beauté de la musique celtique dans la musique de film. En tout cas, 'Dead Poets Society' est une grande oeuvre aussi bien cinématographique que musicale. Excellent, tout simplement!

Quentin Billard

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis