Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

The Dead Zone  (1984)

Milan Records (1994) | Original Score [musique originale]


 

Si Cronenberg travaille d'habitude avec le compositeur Howard Shore, c'est Michael Kamen qui a été choisi cette fois ci (la même année, Shore signait la sinistre musique électronique de Videodrome de Cronenberg), Kamen nous livrant ici un score à la fois dramatique, envoûtant, sombre et mystérieux.



[© Texte : Cinezik] • 3299039903223
The Dead Zone

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Opening Titles (4:20)
2. Coma (4:24)
3. Hospital Visit (1:09)
4. 1st Vision - 2nd Sight (1:33)
5. Lost Love (1:23)
6. Drowning Vision - Through The Ice (2:46)
7. School Days (2:14)
8. In The Snow - Hope (2:22)
9. Alone (3:57)
10. Political Death (2:27)
11. Really - Meet Your Local Candidate (3:52)
12. Realisation - Destiny (2:15)
13. Death Of A Visionary (2:12)
14. Civic Duty & Sacrifice (1:48)
15. The Dead Zone (2:39)
16. Coda To A Coma - The Balcony (2:25)

Nos articles sur cette BO

En 1983, Kamen en était encore au début de sa carrière. Certes, il avait déjà signé la musique de 'The Next Man', son premier long métrage en 1976 avant de composer pour quelques films méconnus à la fin des années 70. The Dead Zone est incontestablement LA première grande BO Hollywoodienne de Kamen, celle qui sortait alors du lot et commençait déjà à annoncer le grand Kamen des années 80/90 avec une écriture orchestrale toujours très dense et soignée et un style mélodique facilement reconnaissable.

Le score de The Dead Zone se concentre autour de deux motifs qui seront omniprésents tout au long du film. Le film s'ouvre donc avec l'Opening Titles qui annonce déjà la thématique du score: un premier motif de 6 notes (entendu avec une clarinette et des cordes) assez mystérieux évoquant plutôt le côté sombre du film et un second motif plus mélodique entendu avec une excellente combinaison cordes graves/basson avec des cordes toujours aussi sombres et des orchestrations plus amples et denses (à noter ce petit arpège d'accompagnement plus rythmique confié à une harpe avec quelques cordes). Kamen met très vite en place les différentes textures orchestrales qui feront tout l'intérêt de sa partition reposant sur une écriture symphonique remarquable pour un jeune compositeur qui débutait alors (il n'a que 35 ans à l'époque). La musique de Dead Zone est à la fois sombre et mélancolique, Kamen ayant parfaitement retranscrit le côté tragique de l'histoire de Johnny Smith et de son amour perdu que l'on retrouve parfaitement dans une pièce comme 'Coma' ou 'Lost Love', et ce grâce au thème plus mélancolique lui aussi très présent tout au long du film.

C'est '1st Vision/2nd Sight' qui fait intervenir le côté plus terrifiant de la musique de Kamen (comme dans 'Drowning Vision-Through The Ice' lorsque Smith voit l'enfant se noyer sous la glace), un élément qui apparaît nettement lors des scènes de vision qui apparaissent subitement de manière brutale. Afin de retranscrire l'apparition brutale et inattendue de ces étranges visions, Kamen utilise des sursauts de cordes souvent aiguës et stridents (renforcé par d'autres effets de cordes plutôt sinistres dans une écriture atonale remarquable), un élément troublant qui provoque sursaut et terreur (on retrouve aussi ce passage dans la scène où le tueur se suicide avec une paire de ciseau: Kamen utilise alors brièvement des cordes sinistres incroyablement stridentes pour cette scène); dans une anecdote racontée à l'intérieur du livret de l'album, Kamen parle du fait qu'à l'époque où il composait cette partie de sa musique sur son piano, il avait terrorisé ses voisins avec cette sombre musique. ..bien sûr, c'est un peu exagéré étant donné que ce n'est qu'une petite partie du score de The Dead Zone, néanmoins, je pense que ces propos non teintés d'humour permettent mieux de cerner l'une des caractéristiques du score de Kamen: les sursauts de terreur à la fois étrange et inquiétants, des sursauts finalement peu nombreux puisqu'ils n'interviennent que lors des scènes de vision. Certains ont très vite fait le rapprochement avec le style psychologique de Bernard Herrmann, et effectivement, l'influence de Herrmann est incontestable ici sans être écrasante: Kamen arrive parfaitement à véhiculer son style d'écriture et sa manière de composer des thèmes avec des orchestrations de qualité, un atout majeur pour bon nombre de ses partitions. (on retrouvera ce style orchestral sombre dans un score tel que 'Shining Through')

C'est le thème de six notes qui sera le plus présent tout au long du score, ce thème venant rappeler sans cesse le côté à la fois mystérieux et inquiétant des pouvoirs psychiques de Smith. Kamen nous proposera de nombreuses variantes orchestrales autour de ce thème qui s'adapte facilement au différent morceau, Kamen n'hésitant pas à retranscrire la gravité de certains moments avec des cordes toujours très sombres et parfois dramatiques ou mélancoliques, l'aspect atonal et terrifiant étant finalement assez restreint par rapport au reste de la partition, plus mystérieux et sombre que réellement terrifiant. Le compositeur installe une atmosphère tout au long du film, et c'est avec une maestria rare qu'il arrive à jongler avec ses deux motifs pour évoquer soit le côté tragique de l'histoire de Smith, soit le côté plus sombre et mystérieux de l'intrigue du film. La dernière partie du film permet à Kamen de nous faire ressentir la fatalité de l'issue tragique de Smith tout en faisant monter la tension de manière inexorable pour la scène finale, concluant la partition sur une apogée de la tension et du drame.

Moins connue que certaines partitions plus récentes du compositeur, The Dead Zone n'en reste pas moins un premier bel effort qui, grâce à l'édition de Milan Records nous permet finalement de redécouvrir ce Kamen méconnu, preuve du talent du compositeur lorsqu'il s'agit d'élaborer une musique orchestrale sombre et atmosphérique, en parfaite adéquation avec le film. Ne vous attendez pas à quelque chose d'inoubliable avec The Dead Zone. Ce score n'est certainement pas un chef d'oeuvre du compositeur, mais il serait tout de même assez injuste de le mettre de côté tant le compositeur a mis du coeur dans son premier grand ouvrage pour le cinéma. Les fans de Kamen ne pourront de toute évidence qu'apprécier ce score sombre, mélancolique et atmosphérique. Les autres devraient apprécier ce premier effort d'un compositeur particulièrement à l'aise avec son matériau orchestral.

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis