Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

Elizabeth : l'Âge d'Or   (2007)

• Shekhar Kapur • En salle le 12-12-2007

• Musique composée par & A.R. Rahman

Craig Armstrong et A.R. Rahman (le John Williams de Bollywood) collaborent sur cette suite à Elizabeth, toujours avec Cate Blanchett dans le rôle titre.

[© Texte : Cinezik] •

Elizabeth : l'Âge d'Or

Sortie de la BO

Decca / Universal (3 décembre 2007)

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Opening (1:31)
2. Philip (1:51)
3. Now You Grow Dull (0:57)
4. Horseriding (1:38)
5. Immensities (2:41)
6. Bess and Raleigh Dance (2:34)
7. Mary's Beheading (3:22)
8. End Puddle / Possible Suitors (2:06)
9. War / Realisation (2:57)
10. Destiny Theme (2:31)
11. Smile Lines (1:15)
12. Bess to see Throckmorton (1:03)
13. Dr Dee Part 1 (3:18)
14. Horseback Address (2:26)
15. Battle (3:29)
16. Love Theme (2:51)
17. Divinity Theme (5:08)
18. Storm (3:00)
19. Walsingham Death Bed (1:51)
20. Closing (2:01)
Voir le calendrier des B.O

Autour de cette BO

Nos articles sur cette BO

Après le soporifique World Trade Center, l'écossais Craig Armstrong revient ici avec un score dramatique ambitieux et flamboyant, à l'image du film fastueux du réalisateur pakistanais Sherkhar Kapur, déjà à la caméra sur le premier film. Même si le piano cher à Armstrong est toujours présent, il se fait plus discret pour laisser la place à des cordes denses et enflammées et à des choeurs. Le "Golden Age" d'Elizabeth a aussi inspiré aux musiciens une partition digne du Golden Age hollywoodien, même si la richesse thématique et orchestrale des musiques du vieil hollywood ne sont ici qu'esquissées. Car finalement on ne retient pas grand chose de ce score qui est plus ambitieux dans ses apparences que dans sa maîtrise (Craig Armstrong reste un musicien pop avant tout). On retrouve ici et et là l'influence du Seigneur des Anneaux avec des choeurs grandioses et quelques voix solo aériennes et cristallines, qui séduisent néanmoins par leurs sonorités légèrement orientales dûe au A.K. Rahman, qui use aussi de son côté d'instuments indiens pour donner une couleur particulière à cette partition. Une musique agréable à l'écoute et qui provoque d'admiration par sa densité et son ambition, mais au développement dramatique un peu paresseux.

Sylvain Rivaud

Vos avis