Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Ennio Morricone - Made in France  ()

Play Time (14 mars 2007) | Compilation



Entre thriller politique, vaudeville et comédie noire, Ennio Morricone Made in France s’appuie sur des images inoubliables : le trio mythique Gabin-Delon-Ventura soudé par une guimbarde au timbre inimitable, Jean-Louis Trintignant courant à perdre haleine, Michel Serrault en reine de music-hall, Belmondo affrontant son destin aux dernières images du Professionnel… Pour la première fois, les partitions françaises du Maestro italien sont réunies en un seul et même album, conçu avec sa collaboration.

[© Texte : Cinezik] •

Ennio Morricone - Made in France

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

La BO est en vente ici

1. Le Clan des Siciliens
2. Le Secret
3. Le Casse
4. Le Trio Infernal
5. Sans Mobile Apparent
6. René la Canne
7. L’Attentat
8. I comme Icare
9. La Cage aux Folles
10. Peur sur la Ville
11. Espion lève-toi
12. Le Serpent
13. Le Professionnel
14. Le Ruffian
15. La Banquière
16. Le Marginal

Autour de cette BO

CONCOURS CLOTURE

Deux réponses étaient possibles :
-Le premier film français (première oeuvre du réal) qu'a composé Morricone est LE TRIO INFERNAL de Francis Girod.
- Le premier film français (dans sa filmo de compo) qu'a composé Morricone est LA BATAILLE DE SAINT SEBASTIAN de Henri Verneuil.
...Les plus rapides gagnent le disque (vous avez été nombreux dés le premier jour à participer)

Votre mail: *
Votre Nom/Prenom : *
Adresse : (pour l'envoi du disque)
*
Pour quel réalisateur français Ennio Morricone composa t-il le premier film ? :
*
J'accepte la réception de la Newsletter de Cinezik.org
* champs obligatoires

Nos articles sur cette BO

Alternant thèmes célèbres et morceaux moins connus (davantage exigeants ou simplement beaux), la sélection de Stéphane Lerouge, une fois n'est pas coutume, est éclectique et traduit une réelle connaissance de l'oeuvre du Maestro pour le cinéma français. Ainsi, Le Secret pour le film de Robert Enrico (1974) révèle un magnifique thème ample et lyrique ("Le secret") mais aussi un morceau vocal mélancolique ("Dal mare"), qui succède aux célèbres guimbardes du Clan des Siciliens. Une piste plus "easy-listening" représente Le Casse et son thème malicieux, évoquant l'aspect plus "pop" de la musique de Morricone dans les années 70.

S'ensuivent quelques raretés : l'inquiétante musique du film Le Trio Infernal (1974), première réalisation du regretté Francis Girod qui eut l'occasion à trois reprises dans son début de carrière de collaborer avec le Maestro, suivie de René la Canne (1976) pour le même réalisateur, Sans Mobile Apparent pour Philippe Labrot (1971) et L'Attentat pour Yves Boisset (1973). "Requiem à l'acide sulfurique" tiré du Trio Infernal est une pièce étonnante mêlant musique baroque et voix féminines rythmées pendant 5 minutes de pure curiosité, où le savoir-faire de Morricone pour mélanger les genres et créer des musiques déroutantes et originales apparaît au grand jour (même chose avec le très ludique "René la Canne" et ses "ouin-ouin" électroniques). "L'Attentat" se fait en revanche beaucoup plus exigeant avec des cordes stridentes et des pizzicato qui provoquent le suspense...

Avec Henri Verneuil, Morricone expérimente encore plus et crée des musique dérangeantes proches de l'atonalité comme dans "Peur sur la ville" : c'est encore un aspect de la personalité musicale du Maestro qui est représenté ici, cette compilation ne se limitant pas aux thèmes les plus célèbres (même si "Chi Mai" tiré du Professionnel fait acte de présence). Dans le même esprit, Espion lève-toi pour le film d'Yves Boisset (1981) avec son thème entraînant et ses rythmes de batterie en devient un classique de la musique de thriller.

Pour finir, les néophytes pourront découvrir le générique de fin du film Le Professionnel (Georges Lautner, 1981), moins connu mais bien plus émouvant que "Chi Mai" qui illustra nombre de publicités... Deux morceaux du méconnu Le Ruffian (José Giovanni, 1983) permettent de découvrir un Morricone joyeux et un peu fou (où il parodie même ses propres musiques de western !).

"Dédicace" pour le film La Banquière de Francis Girod (1979) sonne quant à lui comme un morceau hommage au réalisateur récemment disparu (c'était son morceau préféré), mais aussi comme un clin d'oeil de Stéphane Lerouge qui permet à l'auditeur d'imaginer ici un hymne de Morricone envers le réalisateur français, qui signe d'ailleurs un émouvant témoignage écrit dans le livret, rappelant les propos qu'il a transmis au Maestro en vidéo au festival d'Auxerre 2006, auquel il ne pouvait être présent. C'était deux mois avant sa disparition.

Ce CD est la preuve que l'inspiration du compositeur italien n'a jamais décroît durant sa période française, puisque la qualité de ces musiques valent pour la plupart les autres chef d'oeuvre d'Ennio Morricone, où s'expriment ici tous les styles du Maestro (de la grande composition lyrique à la pièce la plus iconoclaste en passant par la plus dérangeante). Une énième compilation de Morricone... oui, mais une indispensable !

Sylvain Rivaud

Autres BO du compositeur

Vos avis