Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurRépertoiresCritiques de B.O ActusPodcasts

EN

VOIR

PLUS

Répertoires

Ouvrage

Ennio Morricone - Entre émotion et raison
Jean-Christophe Manuceau

Camion blanc - 938 pages -
- 30 /11 /2020

Liens d'achat :



Plus grande « star » de la musique de film, capable de déplacer les foules à ses concerts dans le monde entier, auteur d'un nombre incroyable de bandes originales de films et d'oeuvres pour la salle de concert, Ennio Morricone a passé toute sa vie à retranscrire sur le papier les musiques qu'il entendait dans sa tête. En passant en revue ses grandes collaborations avec réalisateurs et musiciens, en analysant ses musiques de film, en donnant la parole à ses collaborations et à ses admirateurs, « Entre émotion et raison » cherche à peindre le tableau le plus fidèle et le plus riche possible du Maestro, dont l'empreinte sur la musique du XXe et du XXIe siècle est incontestable.



Ennio Morricone : entre émotion et raison vise à établir une cartographie du travail du compositeur en se basant sur son travail de composition pour le cinéma. Auteur de quelque 430 bandes-originales et de 130 œuvres pour la salle de concert, Morricone fait pour toujours partie des géants de la musique au cinéma et de la musique tout court. Au même titre que John Williams, Lalo Schifrin, John Barry, Maurice Jarre, Michel Legrand et d'autres, il a donné à la musique à l'écran ses lettres de noblesse et l'a élevée au rang d'œuvre d'art à part entière.

Le livre contient des entretiens inédits avec des réalisateurs, dont Dario Argento, Philippe Labro, Roland Joffé et Yves Boisset, des musiciens, dont Edda Dell'Orso, Marianne Eckstein, Enrico Pieranunzi et Giorgio Carnini, et des admirateurs comme Christopher Frayling, Thierry Jousse, Stéphane Lerouge et Jean- François Giré. Le livre est préfacé par Jean A. Gili, spécialiste du cinéma italien.

L'auteur s'est focalisé sur ses grandes collaborations avec de nombreux réalisateurs italiens, mais aussi américains ou français : Pasolini, Bertolucci, Tornatore, Petri, Leone, Argento, Bellochio, De Palma, Joffé, Beatty, Verneuil, Girod, etc. Le livre contient aussi deux chapitres sur des périodes importantes de la carrière du compositeur : sa période française (de 1968 à 1985) et sa période américaine (1977 à 2002), l'occasion de revenir en détail sur des films et BO importantes, comme celle de White Dog de Samuel Fuller, Days of Heaven de Terrence Malick, ou bien entendu Le Clan des Siciliens d'Henri Verneuil.

En début d'ouvrage, l'auteur fait un focus sur la période et le contexte dans lesquels Morricone est apparu, et donne au lecteur des pistes pour comprendre comment la musique de cinéma est conçue (au niveau technique et artistique) ainsi que le lexique utilisé.

Indispensable à ce type d'ouvrage, Jean-Christophe Manuceau revient aussi en détail sur l'enfance et la formation du compositeur, ainsi que son travail d'arrangeur à la RCA avant d'entamer sa carrière cinématographique. Il aborde aussi ses œuvres composées pour l'orchestre, une part importante et méconnue de son travail, et détaille sa méthode de travail et ses sources d'inspiration.

Le livre contient aussi d'autres rubriques qui reviennent sur l'étendue quasi infinie de l'œuvre du compositeur italien :
-       Quinze BO incontournables : analyse détaillée des plus grandes BO du compositeur, en choisissant bien entendu des œuvres connues de tous (Mission, Les Incorruptibles), mais aussi en faisant découvrir d'autres plus obscures (Il Prato, Il Ladrone, Nostromo, La Tenda Rossa, Metti una sera a cena...) ;
-       Une vaste sélection de pépites : dans une discographie aussi vaste, on tombe forcément sur des morceaux géniaux que l'on a envie de partager, en voici une vaste sélection piochée de-ci, de-là ;
-       Des focus sur des genres dont Morricone a fait les bonnes heures : le Giallo, le western italien, le poliziottesco ;
-       Ses collaborateurs réguliers : si Morricone a été fidèle aux réalisateurs, il l'a aussi été avec les musiciens auxquels il a fait appel et qui l'ont aidé à façonner le « son » morriconien : Alessandro Alessandroni (guitare et sifflement), Franco de Gemini (harmonica), Giorgio Carnini (orgue), Edda dell'Orso (chant), Marianne Eckstein (flûte), Bruno Nicolai (chef d'orchestre) ;
-       Son travail important dans le domaine de l'expérimentation musicale avec le Gruppo di Improvvisazione Nuovo Consonanza qu'il a cofondé dans les années 1960 ;
-       Les concerts, une part conséquente de son activité dès 2001 ;
-       Les récompenses ;
-       Les hommages qui lui ont été rendus par une pléiade de musiciens ;
-       Ses collaborations avec des chanteurs ou autres musiciens ;
-       Ses bandes-originales qui ont été rejetées par les réalisateurs ;

(éléments promotionnels)

Nos Articles sur ce sujet

Vos avis