Quebec - Belgique - Suisse - Afrique 

EN

VOIR

PLUS

La Chair et le Sang  (1985)

Flesh & Blood

Intrada (14 décembre 2010) | Réédition


Flesh & Blood marque en 1985 la première collaboration entre Paul Verhoeven et Basil Poledouris, collaboration qui grandira au fil du temps avec les partitions hautement mémorables, du violent Robocop (1987) jusqu'à l'épique Starship Troopers (1997) pour lequel le compositeur fit intervenir un effectif orchestral gigantesque.

[© Texte : Cinezik] •
La Chair et le Sang

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Main Title (2:33)
2. Siege of the City (3:25)
3. Courtship and Mandrake (4:08)
4. Wagon Attack (2:37)
5. Martin and Agnes Love Theme (1:25)
6. Castle Invasion (2:03)
7. Night Fires (2:22)
8. The Box (5:49)
9. Water (The Undoing) (1:41)
10. Arnolfini Assault (5:49)
11. Denouement / End Titles (7:43)

Bonus Tracks :

12. The Box (edited version) (4:34)
13. St. Martin Leads the Way (2:01)
14. Driven From the City (1:14)
15. Cask and St. Martin (2:36)
16. Agnes's Wagon (1:14)
17. Assault on Agnes (3:46)
18. The Feast (1:49)
19. The Locket (0:48)
20. Out of the Well (2:39)
21. Denouement / End Title (alternate version) (7:20)

Lien d'achat :

Nos articles sur cette BO

Pour Flesh & Blood, le compositeur de l'inoubliable Conan The Barbarian (1982) plongea dans l'univers musical du moyen-âge avec brio. Evidemment, la participation de Poledouris sur Conan a probablement favorisé son arrivée sur Flesh & Blood. Mais il serait vain d'essayer de rapprocher Conan The Barbarian de Flesh & Blood tant les deux partitions différent par le style employé. Effectivement, Conan utilisait des choeurs épiques avec un orchestre déchaîné tandis que Flesh & Blood est beaucoup plus calme tout en conservant le côté guerrier de Conan. La grosse différence est surtout sur le plan des harmonies, puisque la majorité du score de Flesh & Blood se base essentiellement autour d'un enchaînement de quintes à vides en parallèle, ce qui est particulièrement flagrant dès l'ouverture du film s'ouvrant sur le thème principal, mélodie modale forgée sur cette harmonie typiquement médiévale. Evidemment, c'est ici un cliché, mais à l'instar du fameux score de Trevor Jones pour Excalibur (1981) de John Boorman (qui montrait une connaissance et un respect rare et authentique du compositeur pour la musique du moyen-âge), la musique crée l'ambiance médiévale adéquate pour le film, même si le compositeur s'autorise quelques excursions vers un style symphonique parfois plus proche de Conan afin de ne pas être esclave du style moyen-âgeux et de développer le côté plus dramatique du film.

Avec l'aide du célèbre London Symphony Orchestra (doté ici d'une section de cuivres particulièrement puissante, surtout au niveau du pupitre des cors), Basil Poledouris restitue toute la barbarie guerrière du film avec un thème principal médiéval (qui semble être associé à Martin), un autre thème plus héroïque, plus noble (pour le personnage de Stephen) et un 'Love Theme' qui rappelle par moment le lyrisme de Conan. Pour beaucoup, le score médiéval et guerrier de Flesh & Blood renvoie très clairement aux grandes partitions épiques du Golden Age Hollywoodien et plus particulièrement aux partitions guerrières de Miklos Rosza qui adoptait souvent un style médiéval / épique similaire pour des grosses productions de ce genre (genre péplum à la Ben-Hur par exemple). L'ouverture développe donc le thème principal qui peut paraître un peu froid et décevant à la première écoute mais qui crée l'atmosphère moyen-âgeuse parfaite pour le film, sur un rythme ternaire entraînant avec les cordes et les cuivres (cors et trombones principalement) soutenu par de la percussion typique pour ce genre de musique (principalement un tambourin avec les timbales). On entre ensuite dans le vif du sujet avec le premier morceau d'action guerrier du score pour l'attaque de la ville au début du film, Poledouris continuant à développer le style épique et guerrier de son score avec un pupitre de cuivres toujours impressionnant et des cordes puissantes avec tout le reste de l'orchestre et des percussions. Dans un registre similaire, 'Wagon Attack' est dans le même ordre d'idée, développant toujours le thème médiéval associé à la brute épaisse qu'est Martin, pourtant considéré au début du film comme le héros de l'histoire (mais on change très vite d'avis à son sujet dans la suite de l'histoire puisque Martin devient réellement dans la dernière partie du film l'ennemi à abattre à tout prix !). A ce sujet, Poledouris a parfaitement joué le jeu et a suivi toute l'ambiguïté du film, ambiguïté qui est parfaitement retranscrite dans le 'Martin & Agnes Love Theme' qui évoque cette relation troublante et étrange entre ces deux individus finalement aussi pervers l'un que l'autre (on finit par se demander qui domine qui ? - voir aussi la scène dans le bain).

La séquence plus romantique de l'histoire qui se lie entre Stephen et Agnès (scène où cette dernière cueille la Mandragore et explique à son fiancé que s'ils mangent tout les deux cette plante, ils seront amoureux l'un de l'autre pour la vie) permet de développer un passage nettement plus romantique qui, comme nous l'avons déjà signalé plus haut, nous renvoie au lyrisme des passages romantiques de Conan : cordes plus intimes et harmonies plus de style 19ème siècle ; tout est déployé ici pour faire de ce passage une pièce plus tendre et plus "humaine" que tout le reste de la partition. Dans un registre similaire, on peut signaler le magnifique "Love Theme" typique de Poledouris dans 'Martin & Agnes Love Theme', thème de cordes poignant qui est à mon avis trop beau pour ces scènes entre Martin et Agnès (qui prétend aimer Martin alors que ce dernier l'a quand même violé et brutalisé avec ses copains, d'où le fait qu'oser associer un "Love Theme"à ces deux personnages peut paraître très choquant). De toute évidence, le "Love Theme" d'Agnès et Martin est l'autre grand point majeur du score qui contribue à apporter un peu d'émotion et de sentiment au sein de ce film bourrin au possible.

Un autre passage incontournable du score reste le superbe 'Castle Invasion', pour la scène de l'assaut de Stephen et Arnolfini contre le château où se réfugient Martin et ses sbires. Le morceau se développe progressivement autour d'un rythme ternaire (comme dans le 'Main Title') et de traits de cordes staccatos avant d'être vite rejoint par les vents et le reste de l'orchestre afin de restituer tout le côté héroïque et épique de cette attaque (même si le morceau apparaît un peu trop sautillant et léger au début de la scène). A noter que Poledouris continue toujours de développer les harmonies moyen-âgeuse surtout dans ses morceaux plus guerriers et épiques d'esprit dans un style qui nous renvoie toujours aux bonnes vieilles partitions des péplums fait à l'ancienne. 'Castle Invasion' prend véritablement une tournure épique assez héroïque (surtout lors de la séquence où Stephen déploie sa machine pour passer au dessus des remparts du château) et qui rappelle vaguement le style de ce que fera Poledouris sur Starship Troopers en 1997. 'Arnolfini Assault' évoque quand à lui l'assaut final d'Arnolfini et de ses hommes contre le château de Martin avec un excellent 'End Titles' pour le final du film.

Point noir à signaler concernant le montage de la musique dans le film : les transitions d'une séquence contenant de la musique à une autre (sans musique) se fait avec une coupure nette ('cut cut') et parfois trente secondes ou une minutes avant la fin du morceau. Une ou deux fois dans le film, ça peut passer, mais lorsqu'on entend cela quasi systématiquement dans le film, on est droit de se demander ce que le monteur de la musique a bien pu faire. Ces coupures maladroites tendent à amputer la partition de la fin (pourtant indispensable) de certains de ses morceaux et donne un côté maladroitement bancal au montage de la musique dans le film. Agir ainsi est d'ailleurs irrespectueux de la partition écrite par le compositeur et nous donne vraiment l'impression que le réalisateur n'a fait aucun effort pour présenter un peu mieux la musique de Poledouris dans le film (même si l'intégralité de la partition est bien respecté dans le film, ce qui n'est pas toujours le cas malheureusement). Malgré ce point négatif, la partition de Poledouris domine largement le film et reste une partition incontournable dans sa carrière bien avant les oeuvres colossales qu'il écrira pour les deux autres films de Verhoeven : Robocop et Starship Troopers. Moins épique et enlevant que Conan The Barbarian, Flesh & Blood n'en demeure pas moins une partition d'aventure guerrière épique faite à l'ancienne, nous renvoyant au bon vieux temps des scores péplums / romains de Miklos Rosza ou Mario Nascimbene, une autre référence pour situer le style du score de Flesh & Blood.

Quentin Billard

Bonus DVD

EDITION DVD ou BLU-RAY

Nouveau master haute définition
Interview de Paul Verhoeven
Un brûlot entre deux mondes : regards de critiques sur le film
Les apocalypses du Moyen-âge : un historien face à La chair et le Sang
Making of
Bande-annonce

Date de sortie du DVD : 18-09-2012

Au XVIème siècle, une bande de mercenaires, s'estimant lésés par un seigneur, enlèvent et violent la promise de son fils avant de semer la terreur dans son château.

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis