Quebec - Belgique - Suisse - Afrique 

EN

VOIR

PLUS

La Ligne Verte  (2002)

The Green Mile

Warner Bros. (1er décembre 1999) - 1:14:15 - En digital | Original Score [musique originale]


Thomas Newman retrouve Frank Darabont cinq ans après sa très belle partition pour The Shawshank Redemption (Les évadés). La musique de The Green Mile s'inscrit d'ailleurs parfaitement dans la continuité des partitions intimistes/dramatiques du compositeur. On y retrouve ce goût similaire pour des ambiances minimalistes, une instrumentation très soignée à base de solistes, et bien sur, un côté atmosphérique typique du style de Thomas Newman.

[© Texte : Cinezik]
La Ligne Verte

Tracklist

1. B.B. And Group - Old Alabama (0:59)
2. Monstrous Big (1:50)
3. The Two Dead Girls (3:02)
4. The Mouse On The Mile (1:30)
5. Foolishment (1:50)
6. Billy-Be-Frigged (2:08)
7. Coffey's Hands (1:58)
8. Fred Astaire : Cheek To Cheek (2:38)
9. Condemned Man (1:34)
10. Limp Noodle (1:03)
11. Scared Of The Dark (1:03)
12. Wild Bill (1:15)
13. Cigar Box (1:50)
14. Circus Mouse (1:29)
15. The Bad Death Of Eduard Delacroix (3:49)
16. Boy's Eye (0:55)
17. Two Run-Throughs (1:19)
18. Red Over Green (2:58)
19. Billie Holiday : I Can't Give You Anything But Love (3:27)
20. That's The Deal (1:37)
21. L'Homme Mauvais (2:21)
22. An Offense To The Heart (1:08)
23. Morphine & Cola (2:56)
24. Night Journey (2:12)
25. Danger Of Hell (2:27)
26. Done Tom Turkey (1:00)
27. Gene Austin : Did You Ever See A Dream Walking (2:52)
28. Trapingus Parish (0:51)
29. Boogeyman (3:26)
30. Shine My Knob (0:54)
31. Briar Ridge (0:42)
32. Coffey On The Mile (5:12)
33. Punishment (1:52)
34. Guy Lombardo : Charmaine (2:25)
35. Now Long Gone (1:08)
36. No Exceptions (0:57)
37. The Green Mile (3:38)

Lien d'achat :

Nos articles sur cette BO

Le morceau ‘Monstrous Big' est par exemple assez révélateur du style de Newman, avec des guitares country qui évoquent le lieu dans lequel se déroule l'histoire (le sud de l'Amérique des années 30), un piano, des cordes mystérieuses, un marimba, des pizzicati et quelques synthétiseurs ambiants. ‘The Two Dead Girls' crée à son tour un sentiment de trouble et de malaise pour la scène où l'on retrouve les deux petites filles assassinées dans les bras de John Coffey. Les nappes de synthétiseur créent ici une ambiance sombre et inquiétante, avec quelques notes de piano qui semblent mystérieusement flotter dans l'air – illustrant avec une retenue intense la tragédie de cette scène.

Thomas Newman s'amuse ensuite à varier les ambiances avec une certaine habileté. Si le début de sa partition paraît plutôt sombre et inquiétante, ‘The Mouse on the Mile' apporte une légèreté soudaine assez étonnante, mélangeant tout un jeu de pizzicati, de vibraphone et de marimba basse pour la scène de la souris. ‘Foolishment' apporte quand à lui une certaine émotion avec un magnifique thème de flûtes/cordes associé à Coffey, pour l'un des premiers morceaux émouvants de la partition de The Green Mile, illustrant la partie plus humaine et dramatique du film de Frank Darabont. Dans ‘Billy-Be-Frigged', Newman utilise les guitares/banjos country et les percussions typiquement ‘americana' d'esprit dans un style qui rappelle beaucoup sa partition pour American Buffalo (1996). ‘Coffey's Hands' change encore d'ambiance pour instaurer ici une atmosphère plus sombre et mystérieuse durant la scène où Coffey guérit mystérieusement l'infection urinaire de Paul. La tension de cette scène est relayée ici par une nappe de synthétiseur sombre et tendue, avec des cordes dissonantes et un piano lointain.

La partition de The Green Mile alterne ainsi constamment diverses ambiances tout au long du film, la musique n'écrasant jamais les images du long-métrage de Darabont. Thomas Newman conserve ici une certaine retenue même si quelques morceaux paraissent plus massifs que d'autre. Des morceaux country comme ‘Limp Noodle' ou le très rythmé ‘Wild Bill' (scène brutale de l'arrivée de Wild Bill Wharton en prison) est typique du style ‘americana' de Newman, tandis que ‘Condemned Man' et ‘Scared of the Dark' installent une tension à l'écran liée aux mystères de John Coffey, mystères suggérés dans ‘Scared of the Dark' par une utilisation remarquable de quelques éléments synthétiques, des cordes et d'un piano qui répète constamment la même note. ‘Circus Mouse' est assez représentatif par exemple du talent de Thomas Newman à manipuler des éléments synthétiques de façon très inventive, reprenant ici les sonorités de ‘The Mouse on the Mile'. La séquence de son exécution tragique permet alors à Thomas Newman de nous offrir l'un des rares déchaînements orchestraux massifs de la partition de The Green Mile, illustrant l'horreur de l'exécution à l'aide de percussions agressives/martiales, de cuivres menaçants et de cordes déchaînées. A noter que Thomas Newman a rarement l'habitude d'écrire ce style de gros déchaînements orchestraux ‘action', lui qui préfère habituellement les ambiances plus retenues et intimes.

Puis, progressivement, c'est l'émotion qui prend petit à petit le dessus, avec des morceaux plus émouvants comme les très beaux ‘Cigar Box' lorsqu'Eduard Delacroix (Michael Jeter), sur le point d'être exécuté, passe un peu de temps avec la souris qu'il a adoptée en prison. Certains morceaux plus inquiétants viennent assombrir la musique comme ‘Red Over Green' où l'on retrouve le thème des pouvoirs magiques de Coffey avec des harmonies de cordes ambiguës et des mélodies lentes et douces comme Thomas Newman les affectionne tant. ‘Night Journey' nous permet quand à lui de découvrir un thème de flûte sur un rythme de sicilienne léger, durant la scène où Paul et ses collègues emmènent Coffey chez Hal Moores (James Cromwell) pour l'aider à guérir sa femme atteinte d'un cancer. ‘Night Journey' est typique de ce genre de morceau intime et émouvant comme Thomas Newman sait si bien les écrire. ‘Coffey On The Mile' reprend le thème émouvant de John Coffey avec sa mélodie de flûtes/cordes/piano poignante reprise de ‘Foolishment' pour l'une des scènes finales bouleversantes où Coffey révèle toute sa bonté d'âme à Paul et ses collègues. ‘Now Long Gone' nous amène au final mélancolique et amer du film, avec des harmonies de cordes tourmentées typique du compositeur et un The Green Mile poignant, idéal pour conclure l'histoire sur une ultime touche d'émotion.

Les fans de Thomas Newman devraient être pleinement séduit par sa nouvelle partition pour The Green Mile qui, à défaut d'innover d'une quelconque façon, confirme bel et bien le fait que Newman est l'un des meilleurs compositeurs officiant actuellement à Hollywood, décidément très à l'aise dans ce type de partition intime/dramatique où la retenue et l'émotion prime par dessus tout, avec la sensibilité habituelle du compositeur et une certaine inventivité dans l'utilisation de certains instruments. The Green Mile se rapproche ainsi beaucoup de la musique composée pour The Shawshank Redemption. Ce n'est donc pas un hasard si l'on y retrouve le même genre de mélodie vaporeuse, de synthétiseurs atmosphériques et de cordes douces et retenues. Thomas Newman crée une atmosphère à la fois sombre, légère et émouvante dans le film de Frank Darabont, illustrant chaque facette de l'histoire avec une maestria rare. Voilà en tout cas une BO à recommander chaleureusement à tous les fans de The Shawshank Redemption !

 

 

Quentin Billard

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis