// Lolo (2015) - la BO • Musique de Mathieu Lamboley • Soundtrack • :: Cinezik.fr

Lolo   (2015)

• Julie Delpy • • Au cinéma le 28-10-2015 ★★★  •

• Musique originale composée par Mathieu Lamboley

• Schmooze (supervision musicale)

En faisant appel à Mathieu Lamboley, Julie Delpy (qui a signé elle-même la musique de ses précédents films : 2 Days in Paris, The Countess, Skylab, 2 Days in New York) travaille pour la première fois avec un compositeur. Julie Delpy : "Parce que je n’avais pas réussi à trouver un compositeur avec lequel j’avais envie de travailler... et qui voulait bien travailler avec moi ! Mathieu Lamboley a fait un travail superbe. C’est un compositeur très jeune, très à l’écoute. Il a tout de suite compris ce que je voulais." Auparavant, Alexandre Desplat était attaché au projet. 

 Interview Mathieu Lamboley : une musique enjouée pour la comédie LOLO

[© Texte : Cinezik] •

Lolo

Autour de cette BO

Tracklist

"Music to Watch Girls By" - Andy Williams

"A summer Place" -

"Plum Nuts" - Etta James

Cinezik Radio

Interview Mathieu Lamboley : une musique enjouée pour la comédie LOLO

Le Film

Réalisé par Julie Delpy

Sortie au cinéma: 28-10-2015 (France) -

Calendrier des Films & Séries

Mathieu Lamboley


Mathieu Lamboley a également écrit la musique de : Sigmund Freud, un juif sans Dieu (David Teboul, 2020) • La Pièce rapportée (Antonin Peretjatko, 2021) • Le Tigre et le président (Jean-Marc Peyrefitte, 2022) • Jack Mimoun et les secrets de Val Verde (Malik Bentalha, Ludovic Colbeau-Justin, 2022) • Minuscule - Les Mandibules du bout du monde (Thomas Szabo, Hélène Giraud, 2019) • Le Discours (Laurent Tirard, 2021) • L’Art du crime (Angèle Herry-Leclerc, Pierre-Yves Mora, 2022) • L'Autre continent (Romain Cogitore, 2019) • Nos résistances (Romain Cogitore, 2011) • L'Apparition de la Joconde (François Lunel, 2011) • Pour Djamila (Caroline Huppert, 2012) • Macadam baby (Patrick Bossard, 2014) • Bardot, La méprise (David Teboul, 2013) • Libre et assoupi (Benjamin Guedj, 2014) • Toute première fois (Noémie Saglio, Maxime Govare, 2015) •



Vos avis