Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

EN

VOIR

PLUS

Mission impossible 3  (2006)

Varese Sarabande (US : 9 mai 2006) - 01:04:17 | Original Score [musique originale]



Michael Giacchino retrouve J.J. Abrams après les séries TV Alias et Lost et renoue avec l'esprit de la série originelle avec les percussions et cuivres hérités du thème de Lalo Schifrin, jusqu'à en proposer une nouvelle version.

[© Texte : Cinezik] •

Mission impossible 3

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Mission: Impossible Theme (00:52)
Composed by Lalo Schifrin
2. Factory Rescue (04:14)
3. Evacuation (02:46)
4. Helluvacopter Chase (03:12)
5. Special Agent Lindsey Farris (02:45)
6. Ethan and Julia (01:23)
7. “Humpty Dumpty Sat On a Wall” (05:53)
8. Masking Agent (03:38)
9. Voice Capture (02:40)
10. “See You In The Sewer” (01:42)
11. Davian’s Brought In (02:04)
12. Bridge Battle (04:10)
13. Davian Gets The Girl (02:41)
14. IMF Escape (02:42)
15. Disguise The Limit (03:21)
16. Shang Way High (03:37)
17. The Chutist (01:58)
18. Hunting for Jules (03:53)
19. World’s Worst Last 4 Minutes To Live (04:08)
20. Reparations (03:33)
21. Schifrin and Variations‡ (03:05)

Nos articles sur cette BO

 

Michael Giacchino était un choix plus qu’évident sur la musique de MI3 puisque le compositeur avait déjà collaboré auparavant avec J.J. Abrams sur les séries TV Alias et Lost. Fort de cette collaboration fructueuse, le compositeur s’est payé le luxe d’écrire pour MI3 une grosse partition symphonique totalement survoltée, écrite pour un orchestre de 112 musiciens (un record, sans aucun doute !). Inutile de préciser qu’enregistrer avec un nombre aussi impressionnant de musiciens nécessita d’énormes moyens. Les musiciens étaient répartis par pupitres derrière des cloisons, les plus éloignés suivant le chef d’orchestre sur un téléviseur tandis que Tom Cruise en personne s’est amusé à diriger l’orchestre durant la reprise du célèbre thème de Lalo Schifrin composé pour la série TV d’origine. Le score de MI3 s’apparente donc à une grosse BO d’action reprenant le thème de "Mission Impossible" dans sa forme d’origine (exit les reprises hard-rock à la Hans Zimmer!) ainsi que le thème de ‘The Plot’, toujours écrit par Lalo Schifrin. Pour le reste, Giacchino nous offre deux nouveaux thèmes, un thème martial pour accompagner les interventions musclées de l’équipe de la FMI et un ‘Love Theme’ plus mélancolique et intimiste pour accompagner la relation entre Ethan et Julia. Evidemment, la partition s’ouvre au son d’une superbe reprise orchestrale du thème de Lalo Schifrin dans toute sa splendeur, toujours aussi majestueux et entraînant avec son rythme trépidant à 5 temps, suivi du premier morceau d’action du score, ‘Factory Rescue’ pour la séquence de la mission introductive à Berlin, où Ethan et son équipe tentent de sauver l’agent Lindsay Farris retenue prisonnière dans une usine. Le thème de la FMI est accompagnée par des rythmes de caisse claire militaire sur fond de cuivres, tandis que les cordes semblent tournoyer autour d’elle-même pour personnifier le danger et la montée de tension annonçant l’attaque imminente sur l’usine. On retrouve même des petits rythmes de bongo hérités de la musique de Lalo Schifrin (avec ses flûtes très ‘sixties’, parfois utilisées en ‘flatterzunge’, une technique consistant à faire rouler la langue pour obtenir un son plus particulier) et un fun orchestral qui paraît très vite évident. Malheureusement, la seconde partie du morceau pour l’attaque dans l’usine a été coupée sur l’album de Varèse – il faudra alors se contenter que des 4 premières minutes!

Avec ‘Evacuation’, les choses semblent s’emballer considérablement. Timbales, cordes survoltées, cuivres avec sourdine et percussions militaires s’associent pour créer à l’écran ce sentiment de tension, d’excitation et de danger. Le thème cuivré de la FMI est toujours présent et se transforme en véritable thème d’action. A noter l’écriture très marquée ici du pupitre des cuivres, les cors, trombones et trompettes s’en donnant ici à coeur joie dans un style d’écriture typique du style de Michael Giacchino. On ressent même par moment l’influence de John Williams dans la façon dont le compositeur écrit pour l’orchestre, Williams restant comme toujours une influence majeure chez le jeune compositeur. En tout cas, avec ‘Evacuation’, premier gros déchaînement orchestrale survolté de la partition, Giacchino prouve qu’il sait écrire de gros morceaux d’action pleinement maîtrisés avec un fun orchestral qui lui est propre. L’action se prolonge sur la poursuite en hélicoptère dans le spectaculaire ‘Helluvacopter Chase’, 3 minutes excitantes dans la lignée de ‘Evacuation’. A noter une utilisation très intéressante des percussions ici aux rythmes très soutenus, mélangeant timbales, caisse claire et tambours. La musique apporte une intensité assez prenante aux images du film, et ce du début jusqu’à la fin de l’histoire.

L’autre facette plus dramatique et émotionnelle de la partition de MI3 transparaît alors dans un morceau comme ‘Special Agent Lindsey Farris’, très belle mélodie poignante pour cor, cordes et harpe pour la scène de la mort de Lindsey vers le début du film. Le style plus mélancolique et amer du morceau rappelle d’ailleurs certains passages dramatiques du score de Lost du même Giacchino, preuve que le compositeur commence à avoir un style qui lui est propre, même s’il reste encore sous de nombreuses influences. On reste d’ailleurs dans l’émotion avec ‘Ethan and Julia’ dans lequel le compositeur nous dévoile son très beau ‘Love Theme’ confié à un piano sur fond de cordes, permettant à la musique de respirer un bon coup avant de futurs grands moments de bravoure. Justement, ‘Humpty Dumpty Sat On a Wall’ nous permet de repartir dans l’action pendant plus de 5 minutes durant la séquence particulièrement intense du Vatican, où Giacchino s’amuse à reprendre le thème de Lalo Schifrin et son thème de la FMI. Le morceau rythme la séquence de l’infiltration et des préparatifs de la mission avec un brio digne des anciennes partitions de Lalo Schifrin pour la série TV. Idem pour le très fun ‘Masking Agent’ et son atmosphère d’infiltration/montée de tension incessante et un orchestre assez coloré toujours accompagné des bongos et des flûtes ‘sixties’ à la Schifrin, suivi de ‘Voice Capture’ et ‘See You in the Sewer’ qui reprend le thème de "Mission Impossible", plus que fun que jamais, marquant la fin de la mission au Vatican. On continue avec divers morceaux d’action comme ‘Davian’s Brought In’, l’excitant et frénétique ‘Bridge Battle’ pour l’hallucinante séquence de l’affrontement sur le pont (4 minutes 13 de furie orchestrale pure, autant sur l’album que dans le film), le sombre et agressif ‘Davian Gets The Girl’, le tourmenté ‘IMF Escape’ et son ostinato de cordes obsédant suivi du thème d’action de la FMI, le très tendu ‘Shang Way High’ et le très intense ‘The Chutist’ pour l’incroyable scène du saut sur le toit de l’immeuble à Shanghai (le thème de la FMI restant toujours très présent), accompagné par une série de percussions sur un rythme excitant à 5 temps, inspiré du thème de Schifrin. En bonus, le compositeur nous offre quand même la démo qu’il avait enregistré un an auparavant dans ‘Schifrin & Variations’ où il nous propose une série de variations autour du thème de Lalo Schifrin, idéal pour conclure cette partition en beauté.

La musique de MI3 conserve ainsi ce même fun et cette énergie du début jusqu’à la fin du film, les excitants ‘Hunting for Jules’ (avec son motif tournoyant hypnotisant et intrigant se baladant d’un instrument à un autre) et ‘World’s Worst Last 4 Minutes to Live’ venant nous conforter dans l’idée que nous avons à faire ici à un score d’action totalement maîtrisé et d’une incroyable intensité, tout à l’image du film de J.J. Abrams. La taille démesurée de l’orchestre utilisé par Michael Giacchino a sans aucun doute largement contribué à apporter une telle puissance et une telle intensité aux nombreux morceaux d’action du score de MI3, qui n’ont rien à envier aux meilleurs passages d’action de la BO de Danny Elfman pour le premier opus de Brian De Palma. Incontestablement, Giacchino semble avoir pris un malin plaisir à écrire cette grosse partition orchestrale démesurée pour la troisième aventure d’Ethan Hunt et son équipe de "Force Mission Impossible". Si l’ensemble demeure toujours sous influence et pas très original en soi, la musique possède quand même suffisamment de qualité pour se hisser au dessus des productions musicales habituelles pour ce type de film. Exit ici les traditionnels synthétiseurs et effets électro à la mode. Giacchino se sert de l’orchestre symphonique dans son intégralité, privilégiant tous les pupitres avec une aisance toujours systématique et un fun constant, qui transparaît assez bien dans le film même si on regrettera une fois encore un mixage musical peu généreux qui tend à noyer le score sous des tonnes d’effets sonores.

Vous l’aurez donc compris, MI3 impose une fois encore Michael Giacchino comme un jeune talent d’Hollywood qui, s’il n’a pas encore acquérit une personnalité musicale forte et indéniable, continue de mener son petit bonhomme de chemin dans une industrie cinématographique toujours en panne de talent. Il faut croire que ses participations aux films de J.J. Abrams ont un effet bénéfique sur l’inspiration de Giacchino qui nous prouve que les gros scores d’action orchestraux à l’ancienne sont loin d’être mort ! Heureusement que des compositeurs comme Michael Giacchino sont encore là pour continuer d’alimenter un style orchestral plus authentique et classique à la John Williams à Hollywood.

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis