Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

La Môme  (2007)

EMI (5 février 2007) | Album


 

Olivier Dahan collabore à nouveau avec un compositeur étranger pour ce film sur Edith Piaf : après le japonais Joe Hisaishi pour Le Petit Poucet et l'anglais Colin Towns pour Les Rivières Pourpres 2, le score de son film est signé cette fois-ci par Christopher Gunning, prolifique compositeur britannique oeuvrant pour la télévision.



[© Texte : Cinezik] •
La Môme

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. - 11. Chansons Restaurées, interprétées par Edith Piaf

12. - 20. Musique originale de Christopher Gunning

21. - 27. Chansons additionnelles (Jil Aigrot, Maya Barsoni, Mistinguett)

Nos articles sur cette BO

Pour ce film événement (qui pour une fois mérite le tabac médiatique dont a bénéficié la production), EMI a mis les grands moyen avec cette édition prestige qui propose pour commencer onze chansons restaurées d'Edith Piaf, à la prise de son quasi-cristalline (difficile de penser que les enregistrements ont plus de cinquante ans !). Les chansons proposées (la plupart entendues dans le film) alternent entre légèreté et mélancolie, définissant en quelques morceaux seulement le style d'Edith Piaf. Une bonne compilation, en somme.

S'ensuit le score de Christopher Gunning (qui totalise 19 minutes sur le CD), avec pour commencer une mélodie légère qui évoque l'enfance d'Edith ("L'éveil") et le Paris des années 20 (harpe, voix féminines, accordéon, etc). Rien de très original pour l'instant : c'est précisément ce à quoi on s'attendait. Mais la musique se fait plus introspective et plus intimiste dans "Lisieux", avec un piano solo ensuite doublé de cordes, qui développe le thème principal (très poignant sur les images), un motif descendant de cordes fébriles et fragiles, délicates et bourrées de sensibilité, particulièrement émouvantes sur les images d'une Marion Cotillard incarnant Edith Piaf fatiguée et mourante. Après des passages plus sombres de cordes, dramatiques mais assez classiques ("La Mort de Leplee", "L'Arrestation"), le thème revient, assez mystérieux, dans "Apparition", avec des choeurs discrets. L'orchestration est dense, belle et sombre : on apprécie une telle qualité sur un film français. Après une valse enjouée qui rappelle les musiques des chansons d'Edith Piaf pour les scènes avec Marcel Cerdan ("L'Idylle"), Christopher Gunning nous offre un morceau de 7 min qui clôt le film ("Dernière Nuit"), reprenant tous les thèmes introduit précédemment avec émotion et délicatesse : les nappes de cordes (sublimes) et le thème triste revient ici de manière particulièrement adéquat, d'abord doux puis grandiose, marquant définitivement les esprits. On n'avait pas entendu de nappes de cordes aussi vibrantes depuis celles d'Alexandre Desplat pour un Audiard.

Le disque se clôt enfin par plusieurs chansons inspirées du film, donc plusieurs ré-enregistrements de chansons de Piaf par Jil Aigrot (les enregistrements d'origine étant perdus ou de trop mauvaise qualité).

Mêlant agréablement tristesse, mélancolie et douce euphorie, la musique est à l'image du film : sans en faire trop, elle délivre la bonne dose d'émotion nécessaire en soutenant les images, parfois en sublimant une scène (la chanson finale, non entendue, est remplacée par du score tout en atmosphères sur les images de Cotillard/Piaf sur scène). En ce sens l'utilisation du son dans le film et de la musique est brillante de bout en bout, car même les chansons d'Edith Piaf gardent une place secondaire et ne débordent pas dans le film.

Sylvain Rivaud

Autres BO du compositeur

Vos avis