Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Nikita  (1990)

Wagram (13 février 2012) | Réédition



Après une plongée dans les abysses, Nikita nous plonge dans l’enfer urbain. C’est un changement de registre radical pour le tandem Serra/Besson. Mais là où la mise en scène se surpasse, la musique, elle, laisse un léger goût de rendez-vous manqué. Prolongement du Grand Bleu dans l’exploration synthétique, Nikita n’en retrouve pas la force.

[© Texte : Cinezik] • 3596972545993

Nikita

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

01. Rico's Gang Suicide (3:13)
02. Playing On Saucepans (1:28)
03. As Cold As Ice (:43)
04. The Sentence (1:24)
05. Paradise ? (1:10)
06. Failed Escape (3:37)
07. Learning Time (4:08)
08. A Smile (1:18)
09. Fancy Face (1:47)
10. First Night Out (4:00)
11. NPOKMOP (4:01)
12. The Last Time I Kiss You (:58)
13. The Free Side (3:41)
14. I Am On Duty! (2:25)
15. Josephine And The Big Dealer (:48)
16. Mission In Venice (4:37)
17. Fall (2:41)
18. Let's Welcome Victor (1:10)
19. Last Mission (2:14)
20. We Will Miss You (2:56)
21. The Dark Side Of Time (4:23)

Nos articles sur cette BO

Autant Le Grand Bleu était étiré, planant et feutré, autant Nikita est scandé, agressif et métallique. C’était certes le bon choix à faire pour épouser l’image de cette femme fragile entourée d’armes. Et quand Serra transcende ses ensembles de percussions par des accords synthétiques désespérés, limite pathétiques ("Failed Escape" ou le superbe "Dark Side Of Time"), il transcrit parfaitement le destin quasi sans issue du personnage. Serra évoque également la sensualité féminine avec goût ("A Smile"), et donne aux rares moments optimistes une résonance tragique du plus bel effet ("The Free Side").

Malheureusement, ces instants sont trop peu nombreux et contrebalancent difficilement l’aspect "remplissage" de beaucoup de plages ("Mission in Venice", "Last Mission"). Les ambiances synthétiques ne réussissent pas à nous englober mais ne font que souligner des images de manière discrète, trop pour une écoute seule. Ce sentiment est par ailleurs renforcé par l’aspect souvent naïf des synthés (comme dans "Fall" qui évoque Subway mais l’inspiration en moins) aux sonorités très datées, bien plus que dans Le Grand Bleu qui est pourtant antérieur. On dirait que Serra ne sait plus aller plus loin avec ses sons électroniques, et qu’il a envie de passer à autre chose : le symphonique. Et Atlantis confirmera cette hypothèse.

David Reyes

Autres BO du compositeur

Vos avis