Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Pulse  (2006)

Lakeshore Records (US : 5 septembre 2006) | Original Score [musique originale]


 

Elia Cmiral compose ce remake du film japonais réalisé par Kiyoshi Kurosawa, Kairo, et revient à son genre de prédilection, la musique de film d’horreur/thriller. Fidèle à ses expérimentations et ses mélanges orchestre/électronique, Cmiral nous livre un score sinistre et macabre aux accents horrifiques oppressants, idéal pour l’ambiance du film.


 Interview B.O : Elia Cmiral, de PULSE (2006) à TOOTH & NAIL (2008) & DEATHS OF IAN STONE (2009)


[© Texte : Cinezik] •
Pulse

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Goodness Of The Girl
Performed by Intercooler
2. Delay The Wait
Performed by Overnight Lows
3. Josh's Secret
4. Lost Soul in Library
5. Ghost in Bath
6. Computer Center
7. Izzy Deceased
8. Mattie Walks Home
9. Stone's Death
10. Alone with Ghosts
11. Suicide
12. Remembering Izzy
13. Video Diary
14. Mattie Has a Dream
15. Leaving
16. Mattie's Hallucination
17. Dancing Ghost
18. Sad and Scared
19. Phantoms Attack
20. Printer
21. Dexter Gets a Visitor
22. Crazy Ziegler
23. Wall of Pipes
24. Mattie's Nightmare
25. Escape
26. Not Over Yet
27. Esto Es Lo Que Hay
Performed by Los Amigos Invisibles

Nos articles sur cette BO

Pas de grande originalité à la clé, si ce n’est un design électronique savamment élaboré par le compositeur à l’aide d’une armée de programmeurs et de quelques orchestrateurs pour les parties symphoniques. A cela s’ajoute quelques percussions électroniques, un choeur lui aussi programmé par électronique et quelques voix supplémentaires en "live", les voix évoquant ici l’idée du monde maléfique. Autant dire de suite que ce voyage musical dans le monde infernal de Pulse s’avère être mouvementé, avec 38 minutes de musique atonale/dissonante terrifiante à souhait. Les chœurs renforcent le côté infernal de la musique, tandis que les textures sonores électroniques/orchestrales se mélangent pour ne former qu’une seule entité musicale, comme si le réel (le monde humain) et le virtuel (les ordinateurs, les fantômes) se rencontraient pour ne plus faire qu’un. Cmiral explique que le réalisateur l’a poussé à explorer chaque sonorité possible en passant par l’électronique, afin d’établir un cahier des charges précis concernant le design sonore de la musique dans le film. Il ne fait cependant nul doute que le mixage final du film ne mettra que partiellement en valeur le travail atmosphérique du compositeur, à écouter surtout sur l’album publié par Lakeshore Records (attention néanmoins à l’indigestion de musique atonale!).

Des passages comme ‘Stone’s Death’, ‘Alone with Ghosts’, ‘Sad and Scared’ sont autant de pièces à suspense incluant de beaux moments de terreur et de sursauts orchestraux avec une omniprésence de l’électronique comme pour rappeler l’univers informatique du film. Des pièces de terreur/action comme ‘Mattie’s Hallucination’, ‘Phantoms Attack’ ou ‘Escape’ sont tout à fait représentatif du style atmosphérique/expérimental d’Elia Cmiral, mélangeant orchestre/synthé avec une grande aisance, dans la lignée de ses précédents scores tels que Bones, They ou bien encore Six-Pack. La présence des fantômes est même brillamment suggérée dans ‘Dancing Ghost’ à travers un travail de sonorités électroniques assez viscéral. On trouvera même un peu de mélancolie dans des morceaux comme ‘Mattie Has a Dream’ ou ‘Leaving’, ce dernier incluant même une brève partie de piano éthérée, sans oublier l’impressionnante partie de chœur de ‘Mattie’s Nightmare’ qui traduit la descente aux enfers de l’héroïne du film interprétée par Kristen Bell. A noter que le score se conclut sur un dernier crescendo de terreur dans ‘Not Over Yet’ qui semble n’annoncer rien de bon.

Si vous avez aimé les travaux atonaux/expérimentaux d’Elia Cmiral sur Bones ou They, vous devriez apprécier Pulse, qui n’apporte rien de neuf à l’édifice du compositeur mais conforte le musicien dans son univers sonore personnel. Il est cependant regrettable que le score de Pulse délaisse complètement tout aspect thématique pour se concentrer uniquement sur de l’atmosphérique 100% alors qu’un thème aurait pourtant été la bienvenue, ne serait-ce que par rapport au film lui-même. On sent bien que Cmiral cherche ici à perdre l’auditeur dans les méandres d’une atmosphère sonore oppressante, macabre et déshumanisée. Reste que l’écoute sur CD est assez difficile et devient extrêmement répétitive et fastidieuse sur la longueur, malgré la durée relativement modeste du score (38 minutes), d’autant que l’ensemble n’apporte rien de neuf à l’horizon (même si le travail des textures électroniques est ici particulièrement intéressant et soigné). Pour les fans purs et durs donc!

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis