Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Le Renard et l'enfant  (2007)

V2 music (26 novembre 2007) | Original Score [musique originale]



Après Emilie Simon sur La Marche de l'Empereur, Alice Lewis, Evgueni Galpérine et David Reyes ont imaginé et composé la musique du nouveau film de Luc Jacquet. Cette musique est le fruit du travail de trois jeunes talents issus d’origines musicales différentes. L'album édité par V2 et la musique entendue dans le film sont deux approches différentes : par souci d'équilibre entre le travail des trois musiciens, le disque présente à part égale les compositions d'Evgueni Galperine, d'Alice Lewis et de David Reyes, avec des morceaux pas forcéments intégrés au film.

 Interview B.O : Evgueni Galperine, Alice Lewis et David Reyes (LE RENARD ET L'ENFANT)

[© Texte : Cinezik] •

Le Renard et l'enfant

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1 Après la pluie
(Alice Lewis – Olivier Forest / Alice Lewis – arrangement orchestre Ronan Maillard et Hervé Jamet)
Interprétée par Alice Lewis

2 Le réveil de la forêt
(Evgueni Galperine)

3 Au sommet d’une montagne
(Evgueni Galperine – arrangement Evgueni Galperine et Hervé Jamet)

4 La chambre
(Alice Lewis)

5 Le printemps
(Evgueni Galperine)

6 La marche des petits renards
(Evgueni Galperine)

7 L’échelle
(Alice Lewis – arrangement Hervé Jamet)

8 La chambre 2
(Alice Lewis – arrangement Alice Lewis et Hervé Jamet)

9 La comptine patte à pattes
(Luc Jacquet – Valérie Vivancos / Alice Lewis)
Interprétée par Bertille Noël-Bruneau
Choeur, flûte et harpe russe par Alice Lewis

10 La berceuse des lucioles
(Evgueni Galperine)
Interprétée par Mariana Tootsi

11 De nouveau ensemble
(Evgueni Glaperine)

12 Nuit Nuptiale
(Alice Lewis)

13 La mort du renard
(Alice Lewis)

14 La dernière rencontre
(Evgueni Galperine – arrgt Vsevolod Polonsky)

15 Ouverture
(David Reyes)

16 Parade amoureuse
(David Reyes)

17 Un nouveau jour
(David Reyes)

18 Les grenouilles
(David Reyes)

19 Le lynx
(David Reyes)

20 Imaginaire et retrouvailles
(David Reyes)

21 Les solutions
(David Reyes)

22 La flûte de Frêne
(David Reyes)

23 Windy Whistle
(Alice Lewis / Alice Lewis
arrangement orchestre Ronan Maillard et Hervé Jamet)
Interprétée par Alice Lewis

Autour de cette BO

La musique a été enregistrée à Sofia, avec un orchestre symphonique de 80 musiciens et une chorale de 20 enfants; elle a été mixée à Paris au studio de la Seine. Didier Lizé est l'ingénieur du son et le mixeur.

Nos articles sur cette BO

La musique d'Alice Lewis n'est pas sans rappeller Emilie Simon sur le précédent film du réalisateur, en fredonnant de sa voix lointaine sur des notes minimalistes (je ne parle pas ici de la chanson, mais de son Score dans lequel sa voix se fait entendre en arrière plan). La musique des premières pistes du disque composées par Evgueni Galperine accentuent quant à elles le côté enfantin du film, avec des mélodies agréablement naîves, aux sonorités féériques qui nous bercent. De berceuses en comptines, la partition que se partage Alice et Evgueni oscille entre candeur et merveilleux, et c'est sa réussite. Malgré le choix d'accompagner un message déja présent à l'image (et par là même de ne pas proposer un discours parallèle), la musique réussit pourtant à inventer un monde onirique en accord avec le monde que s'invente l'enfant en accompagnant le renard dans son périple.

Il faut attendre la piste 15 pour entendre le morceau qui fait l'ouverture du film, et découvrir la partition de David Reyes se développant sur 8 pistes. Celle-ci s'apparente moins au conte pour enfant, car par son influence américaine dans l'orchestration et les thèmes (John Williams) elle se rapproche davantage du film d'aventure au sens spectaculaire du terme. Sans les images, on peut même sur certaines pistes comme "Le lynx" penser à Basil Poledouris par un certain aspect tribal. Une certaine violence dans cette musique plus adulte est équilibrée tout de même par quelques carillons et sonorités douces, comme la mélodie à la flute qui détermine un thème repris en orchestre. La piste 21 "Les solutions" rappelle la musique des productions Disney des premiers temps ("Blanche Neige") par son rythme enlevé et sa fantaisie, sans perdre de vue la subtilité orchestrale. Les envolées de corde sont convaincantes.

Même si le film reste enfantin et demeure limité dans son intéret, la musique sait se faire apprécier en se détachant de la petit fille et de son renard, pour créer une musique de film véritablement convaincante, ludique et reflexive. Et surtout, ce disque réunissant trois jeunes talents, révèle trois personnalités musicales à suivre.

 

Benoit Basirico


De gauche à droite : Evgueni Galperine, Alice Lewis et David Reyes

Le disque débute avec plusieurs compositions d'Evgueni Galperine, aux orchestrations soignées et délicates. "Le réveil de la forêt" et le piano de "Au sommet d'une montagne" dévoilent la sensibilité à fleur du peau de ce compositeur qui impressionne par sa maîtrise de la densité musicale. "Le printemps" et "La marche des petits renards" est l'occasion de morceaux plus légers et amusés avec pizzicatos et choeurs d'enfants évoquant la magie et la candeur des premiers Disney, sans verser dans la pure naïveté. "La berceuse des lucioles" est une autre pièce magnifique avec une voix enchanteresse au-dessus de volutes de cordes somptueuses. "La dernière rencontre" charme par sa profonde mélancolie, plutôt surprenante pour un film pour enfants.

La musique d'Alice Lewis, de son côté, charme par son introspection et son infinie délicatesse, avec notamment la superbe pièce "La chambre" qui évoque la nostalgie de l'enfance avec poésie et retenue, sans fioriture. "L'échelle" évoque la malice du renard (les castagnettes font penser furtivement à la musique de Mon Voisin Totoro). Les plus petits apprécieront également la comptine "Pas à pas" dans une version avec choeurs (absente du film où elle est chantée a capella par la petite Bertille). "La mort du renard" est un morceau particulièrement poignant (aussi bien dans le film que sur l'album), retenu et éthéré, qui permet de créer une certaine distanciation à l'image tout autant qu'une profonde émotion, là encore sans pathos inutile comme on aurait pu s'y attendre.

Le morceau "Ouverture" est quand à lui signé David Reyes, commençant doucement avec quelques notes de xylophone d'enfant jusqu'à monter vers un crescendo de cordes éblouissant, illustrant de majestueux lever de soleil sur la montagne au tout début du film. L'orchestration est limpide et lumineuse. Rapidement, il introduit le motif du renard à la flûte, thème simpliste mais efficace à l'image car il est joué par la fillette dans le film, avant d'agrémenter l'orchestre de quelques rythmiques électroniques subtiles dans "Parade amoureuse". Dans "Les grenouilles" (puis plus tard dans "Les solutions"), David Reyes compose une vraie pièce de "mickey-mousing" amusée et amusante, très proche de l'image. "Le lynx" en revanche dévoile les limites techniques du jeune compositeur sur cette pièce d'action aux sons samplés qui tranche un peu trop avec les morceaux d'orchestre plus poétiques et délicats du reste de l'album. Des limites compréhensibles au vu de son jeune âge (26 ans) et du temps relativement court qui lui a été attribué pour composer (quelques jours). Globalement, un score plein d'idées mais très proche de l'image, qu'on appréciera donc davantage dans le film que sur l'album, même si celui-ci présente la plupart des meilleurs morceaux (au contraire de la musique des deux précédents musiciens, davantage présents et appréciable sur le CD). L'album se termine par la version anglaise de la sympathique chanson "Après la pluie" entendue en français au début du disque.

Par bonheur, on est assez loin des musiques traditionnelles de films pour enfant même si la musique est largement orientée vers la légèrté et une certaine candeur. A l'instar de l'excellente musique du film d'animation français La Prophétie des Grenouilles (Serge Besset, 2003), la musique n'hésite pas, à l'occasion, à se faire sombre et mélancolique. Il plane comme l'esprit d'un certain Miyazaki dans le film comme sur le disque qui agit sur l'auditeur comme un grand bol d'air frais. L'approche différente des trois musiciens donne un panel riche et varié de l'ambiance musicale du film sans jamais lasser. Si la musique ne convainc pas toujours (étant souvent très proche de l'image, sans possibilité de contrepoint ou de différents niveaux de lecture), le CD dévoile surtout trois personnalités musicales fortes révélées sur ce film, aussi bien la belle densité orchestrale d'Evgueni Galperine, la délicatesse des pièces d'Alice Lewis et de sa voix, que la finesse du rapport à l'image de David Reyes. Avant tout, le disque est parcouru de l'émotion créé par le rapport entre l'enfant et le renard. Ni plus, ni moins. Belle surprise.

 

Sylvain Rivaud


De gauche à droite : Evgueni Galperine, Alice Lewis, Luc Jacquet, David Reyes

Autres BO du compositeur

Vos avis