Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Shoot 'Em Up  (2007)

Varèse Sarabande (28 août 2007) | Original Score [musique originale]


 

C'est Paul Haslinger, ex membre du groupe Tangerine Dream, qui a été choisi pour écrire le score du film, dans la lignée des chansons utilisées dans le métrage. Sans une quelconque forme de subtilité, Haslinger sacrifie tout au profit du rythme et de l'action, avec un style résolument moderne et "branché" qui colle ainsi parfaitement à l'esthétique "bourrine" du film de Michael Davis.



[© Texte : Cinezik] •
Shoot 'Em Up

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Dawn Patrol (0:46)
2. Mister Hertz (1:14)
3. Tit-4-Tat (1:17)
4. Goodbye Oliver (3:21)
5. Copping A Feel (1:14)
6. Stealing A Beamer (0:49)
7. Rat Bastard (1:00)
8. Lab Discoveries (1:03)
9. The Fortress Of Solitude (1:36)
10. Privacy Love Theme (2:47)
11. Spanking Mom (0:30)
12. True Confessions (2:46)
13. Pussy With A Gun (1:21)
14. Put U2 Sleep (1:47)
15. Warehouse Shootout (1:48)
16. Mutual Interests (1:09)
17. Killing Rutledge (2:38)
18. Smith Captured (1:20)
19. The Interrogation (3:15)
20. Final Showdown (1:26)
21. Destination Nowhere (0:56)
22. What Took You So Long? (2:34)

Nos articles sur cette BO

L'introduction du film, ‘Dawn Patrol', introduit des sons de guitares électriques, de synthétiseur et de percussions dans un style qui évoque clairement un western moderne du 21ème siècle. ‘Mister Hertz' évoque quant à lui le méchant brillamment interprété par un Paul Giamatti qui s'en donne ici à coeur joie (bien loin du type de rôle qu'il interprète habituellement). Haslinger utilise tout l'attirail de rythmique pop/rock moderne habituelle avec guitares électriques, loops et synthétiseurs ambiants, apportant un côté cool au bad guy de service. L'action débute enfin dans ‘Tit-4-Tat' pour le premier affrontement entre Smith et les méchants avec un rythme de batterie rock/guitare basse plus soutenu. Haslinger n'oublie pas pour autant de nous offrir quelques brefs moments de repos tels que ‘Goodbye Oliver' avec sa batterie plus apaisée et ses guitares intimes, lorsque Smith cache le bébé et part à nouveau affronter les bad guys. Enfin, l'action reprend à nouveau le dessus avec le brutal ‘Rat Bastard' et son travail de sound design intéressant, témoignant du goût de Paul Haslinger pour la musique rock/électro. La musique ne fait qu'amplifier la frénésie des images du film de Michael Davis, même si l'ensemble demeure bien souvent écrasé par les nombreuses chansons utilisées tout au long du film, et plus particulièrement au cours des scènes de fusillade.

Certains morceaux se distinguent par leur côté plus calme et atmosphérique tel que ‘The Fortress of Solitude' et son rythme de congas sur fond de guitare électrique, ou ‘Privacy Love Theme' illustrant la romance entre Smith et DQ à l'aide de synthétiseurs planants tendance new age et de rythmes slow. C'est alors avec un certain plaisir que l'on retrouve la touche western du début avec ‘Spanking Mom', sorte de pastiche ironique d'Ennio Morricone avec une guitare électrique cool et non dénuée d'ironie (le film étant un gigantesque western déjanté version 2007). ‘Put U2 Sleep' nous propose quand à lui un nouveau travail de sound design plus prononcé sur fond de rythmiques modernes et frénétiques pour une autre scène d'action du film. Mais Paul Haslinger nous offre sans aucun doute l'un des morceaux d'action les plus cools et les plus fun avec ‘Warehouse Shootout' pour la scène de l'affrontement dans l'entrepôt vers la fin du film, morceau d'hard rock/électro du plus bel effet, qui évoque de façon très intense la violence de la fusillade et les exploits totalement invraisemblables de Smith. L'action atteint un second sommet avec l'excitant ‘Killing Rutledge' pour la scène où Smith abat le sénateur et s'évade de l'avion en parachute avant de dégommer de nouveaux sbires au cours de l'une des scènes les plus déjantées et les plus invraisemblables du film. On retrouve dans ‘Killing Rutledge' tout le lot de rythmes synthétiques/loops modernes, de guitares électriques saturées, de synthétiseurs et de percussions agressives. Enfin, ‘Destination Nowhere' et ‘What Took You So Long ?' ramènent le calme au sein d'une partition somme toute très agitée et peu encline à l'introspection.

Paul Haslinger signe au final un score d'action somme toute très atmosphérique et par conséquent extrêmement fonctionnel et difficilement appréciable en dehors du film. La musique fonctionne bien sur les images, même si l'ensemble en fait que surcharger et dynamiser un ensemble déjà bien lourd et explosif. Hélas, le peu de place accordé au score d'Haslinger dans le film empêche à la partition de prendre son réel envol. Du coup, le compositeur se retrouve obligé de boucher les trous en écrivant des morceaux ultra fonctionnels, alignant quelques guitares, une batterie et des synthétiseurs pour le côté résolument moderne du film de Michael Davis. Il manque ici un thème fort et mémorable pour que la musique puisse laisser un quelconque souvenir. D'autre part, l'ensemble trahit un certain manque d'imagination de la part du compositeur et manque curieusement de pêche par moment, les morceaux atmosphériques lents étant finalement bien plus nombreux qu'on pourrait le penser. Etant donné le côté extrêmement singulier et enragé du film, on aurait pu s'attendre à un traitement musical bien plus radical et moins conventionnel. Hélas, Paul Haslinger signe un score fonctionnel et extrêmement banal, qui ne survivra pas hors des images du film. Dommage !

 

 

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis