Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Spider-Man 2  (2004)

Sony Music Soundtrax (2004) | Original Score [musique originale]


 

Danny Elfman retrouve Sam Raimi sur 'Spider-Man 2', après un premier score mémorable dans lequel le compositeur se plaisait à retrouver un style orchestral proche de 'Darkman' et de 'Batman'. Malheureusement, si vous vous attendiez à ce qu'Elfman trouve des idées très originales et neuves pour ce second épisode, vous risquez fort d'être déçus.



[© Texte : Cinezik] •
Spider-Man 2

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1-Main Title 3.21
2-MJ's New Life/Spider Interruptus 2.31
3-Doc Ock Is Born 2.23
4-Anrgy Arms/Rebuilding 2.51
5-A Phone Call/The Wrong Kiss/
Peter's Birthday 2.07
6-The Bank/Saving May 4.27
7-The Mugging/Peter's Turmoil 3.21
8-Doc Ock's Machine 1.42
9-He's Back! 1.50
10-Train/Appreciation 6.16
11-Aunt May Packs 2.51
12-Armageddon/A Really Big Web! 6.28
13-The Goblin Returns 1.35
14-At Long Last, Love 2.55
15-Raindrops Keep
Falling On My Head 3.14*

*Interprété par BJ Thomas
Ecrit par Burt Bacharach
et Hal David.

Nos articles sur cette BO

Effectivement, le score de 'Spider-Man 2' ne présente rien de bien nouveau par rapport au premier travail d'Elfman, et ce hormis deux ou trois nouvelles choses. Par exemple, lorsqu'on écoute le traditionnel 'Main Title' reéxposant l'excellent thème de Spider-Man, on a clairement l'impression de réentendre le 'Main Title' du premier 'Spider-Man'. Evidemment, Elfman a reçu comme instruction de reprendre tout son matériel du premier opus et de n'apporter que quelques légères modifications. Le principe se défend pour une suite de ce genre mais déçoit par sa facilité, son manque d'idée et d'audace. A cela s'ajoute d'ailleurs un problème lié aux temp-tracks du film et aux sempiternels caprices de la production. Apparemment, Elfman s'est vu rejeté quelques morceaux de son score crédités dans l'album en tant que 'bonus tracks'. Il s'agit des pistes 'Appreciation/Train' et 'Aunt May Packs'. Dans le film, la production a fait appel à deux nouveaux compositeurs qui se sont chargés à leur tour d'écrire brièvement de la musique additionnelle pour le film. Christopher Young et John Debney ont ainsi respectivement livrés les morceaux 'Runaway Train' (scène de l'affrontement entre Doc Ock et Spider-Man), 'Demonstration' (scène de la démonstration d'Octopus au début du film), et pour la partie de Debney, 'Special Delivery' et 'Take Girl'. Comme beaucoup de compositeurs à Hollywood, Danny Elfman s'est une fois de plus frotté aux problèmes de production qui sont légions aujourd'hui. Pour en finir avec la musique additionnelle (absente de l'album du score), en dehors de l'excitant 'Runaway Train', 'Demonstration' a beaucoup fait parler de lui à cause de son emprunt plus qu'évident au 'Hellraiser II' de Young. Apparemment, la production a demandé à Christopher Young de copier sa propre musique écrite pour 'Hellraiser II'. On retrouve ainsi ces cuivres titanesques et cette grande chorale diabolisante qui représentait si magnifiquement l'univers gothique et ténébreux de 'Hellraiser II'. Une fois encore se pose ici le problème de la créativité, qui est plus que jamais le principal souci à Hollywood où le formatage et la facilité sont devenus les maîtres mots de producteurs frileux et coincés.

En ce qui concerne le score de Elfman, aucune surprise à relever. Passé un 'Main Title' identique au premier (avec un grand orchestre dans lequel Elfman a accentué le pupitre des cuivres et des percussions), 'M.J.'s New Life/Spidus Interruptus' décrit les tourments de Peter Parker avec quelques variantes plus intimistes autour du thème, symbolisant son envie d'avouer son amour à Mary Jane. A noter ici l'utilisation du choeur, toujours très présent pour donner un côté plus épique à la musique. Evidemment, on a quand même droit à un nouveau thème, celui qu'Elfman associe au docteur Octopus dans 'Doc Ock Is Born'. Le thème de Doc Ock se distingue de par son utilisation de cuivres graves menaçants (cors et trombones principalement) sur un motif aisément reconnaissable, nettement plus reconnaissable que l'était d'ailleurs le thème du Goblin dans le premier score. 'Doc Ock Is Born' part ensuite très vite dans l'action tonitruante pour évoquer les premiers méfaits du méchant de service à grand renfort de percussions déchaînées et de cuivres rageurs. La puissance qui se dégage du morceau représente très bien à l'écran la puissance qu'a acquit Doc Ock avec ses nouveaux bras mécaniques. Dans un registre plus menaçant, 'Angry Arms/Rebuilding' est typique des atmosphères plus sombres et mystérieuses que le compositeur affectionne tant. Il apporte aussi une touche de mystère indissociable du personnage interprété dans le film par Alfred Molina. De son côté, 'Phone Call/The Wrong Kiss/Peter's Birthday' décrit la vie de Peter Parker lorsqu'il n'est pas Spider-Man. On retrouve alors ce côté plus intimiste faisant la part belle à des cordes, quelques vents et un piano, évoquant les tourments et les tracas quotidiens du jeune homme qui a bien mal à joindre les deux bouts. On retrouve d'ailleurs une idée similaire dans le plus doux 'The Mugging/Peter's Turmoil'.

Mais c'est l'action qui domine ici, et c'est avec un certain plaisir que l'on retrouve un nouveau bon morceau d'action avec 'The Bank/Saving May' pour la mémorable confrontation entre Spider-Man et Doc Ock dans la banque et le sauvetage de la tante May. A noter que l'on retrouve ici un petit motif de 6 notes de cuivres qui semblent être emprunté au début du morceau 'Zoom B' de l'excellent 'Mission: Impossible' d'Elfman. La musique d'action de 'Spider-Man 2' apporte une force considérable au film et propulse le spectateur au sein de l'action, car, effectivement, il se dégage une telle puissance dans la musique d'Elfman que l'on se laisse convaincre totalement même dans les passages les plus gros. Impossible, par exemple, de ne pas se sentir propulsé dans l'aventure avec l'excitant 'He's Back!' qui décrit une nouvelle séquence d'affrontement entre Spider-Man et Doc Ock (on appréciera au passage la façon dont Elfman s'amuse à faire s'opposer les deux thèmes agrémentés de choeurs grandioses), comme dans le rejeté et surpuissant 'Train/Appreciation', qui se distingue de par son utilisation intéressante de quelques discrètes rythmiques électroniques qui viennent agrémenter un orchestre déjà bien survolté. A noter, pour finir, le retour inattendu du sombre thème du Goblin dans 'The Goblin Returns' avec la découverte finale d'Harry Osborn à la fin du film ou 'At Long Last, Love', qui conclut le film sur une touche d'espoir et d'optimisme, ce qui n'était pas forcément le cas de la conclusion du premier épisode.

Le bilan vient donc spontanément de lui-même: si vous avez apprécié le score du premier opus, vous ne resterez certainement pas insensible à ce second épisode, qui, bien qu'il reste trop semblable au matériel d'origine de 'Spider-Man', n'en demeure pas moins un bel effort de la part du compositeur, qui aurait certainement pu aller plus loin et faire quelque chose de plus original si on lui en avait donné l'occasion, car malgré un nouveau thème et quelques nouveaux morceaux d'action particulièrement trépidants, 'Spider-Man 2' n'apporte finalement rien de neuf et déçoit donc par son manque flagrant d'originalité. Malgré tout, le score s'avère être très réussi et superbement intégré au film de Sam Raimi, auquel il apporte tout son lot d'émotion, d'action et de tension.

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis