Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Star Trek  (2009)

Varèse Sarabande CD Club (14 juin 2009) - Deluxe Edition - Double CD | Original Score [musique originale]


 

Michael Giacchino signe la bande originale de "Star Trek". Collaborateur pour plusieurs projets de J.J Abrams, le compositeur américain conserve le thème original de son prédécesseur Alexander Courage. Sa musique apporte au film de J.J. Abrams son lot d’action, d’aventure et de danger ! Entre le thème majestueux de l’Enterprise et l’erhu mystérieux et envoûtant de Spock, la partition de Giacchino apporte ainsi une nouvelle pierre à ce véritable édifice musical que représente l’univers musical de la saga "Star Trek".



[© Texte : Cinezik] •
Star Trek

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

Disque 1

1. Star Trek (2:26)
2. Narada Boom (2:51)
3. Hack To the Future (1:23)
4. Nailin' the Kelvin (2:10)
5. Labor of Love (2:44)
6. Main Title (:46)
7. Head To Heart Conversation (1:08)
8. One Proud Mother (1:38)
9. Hella Bar Talk (1:55)
10. The Flask At Hand (:29)
11. Welcome Back, Spock (1:09)
12. Vulcan Gets a Good Drilling (1:30)
13. Hangar Management (2:46)
14. Enterprising Young Men (3:05)
15. Flying Into a Trphlthdl (3:24)
16. Nero Sighted (3:23)
17. Matter? I Barely Know Her! (2:05)
18. Jehosafats (3:03)
19. Chutes and Matter (3:23)
20. A Whole In My Hearth (:56)
21. I've Fallen and I Can't Beam Up! (1:51)
22. Spock Goes Spelunking (1:28)
23. An Endangered Species (3:10)
24. Galaxy's Worst Sushi Bar (2:14)
25. Mandatory Leave of Absence (1:19)
26. Dad's Route To School (:34)
27. Frozen Dinner (1:30)
28. You Snowin' Me? (:50)

Disque 2

1. Nice To Meld You (3:14)
2. Hail To the Chief (:52)
3. I Gotta Beam Me (2:02)
4. Scotty's Tanked (1:37)
5. What's With You? (2:12)
6. Either Way, Someone's Going Down (2:44)
7. Trekking Down the Narada (2:31)
8. Run and Shoot Offense (2:03)
9. Does It Still McFly? (2:02)
10. Nero Death Experience (5:38)
11. Nero Fiddles, Narada Burns (2:28)
12. Black Holes Have a Lot of Pull (:55)
13. Back From Black (:57)
14. That New Car Smell (4:46)
15. To Boldly Go (:26)
16. End Credits (9:11)

 

Autour de cette BO

Après la première édition de 2009, une version Deluxe sort en 2010 avec l'intégralité du Score.

Nos articles sur cette BO

Michael Giacchino retrouve le réalisateur de « Lost » sur ce onzième épisode de la saga « Star Trek » pour lequel le musicien nous offre une partition symphonique énergique et épique. Succéder à Jerry Goldsmith après quelques scores monumentaux pour la saga (dont l’anthologique « Star Trek The Motion Picture ») n’était guère chose aisée. Giacchino a déjà fait ses preuves à plus d’une reprise au cinéma (« Speed Racer », « Mission : Impossible 3 ») mais jamais encore il n’avait eu à mettre en musique un blockbuster aussi énorme, épique et démesuré. Aidé d’un orchestre conséquent (atteignant les 107 musiciens avec, en prime, un choeur de 40 choristes), Giacchino suit les traces de ses prédécesseurs en nous offrant un score explosif portant la patte orchestrale chère au compositeur. On y retrouve ainsi les percussions habituelles du compositeur, les rythmes syncopés et complexes qu’il allie bien souvent à un travail orchestral assez poussé, et bien sûr, de grands thèmes qui parcourent l’ensemble de la musique du film, car, qui dit « Star Trek » dit avant tout thème fédérateur, et ce « Star Trek » version 2009 ne déroge ainsi pas à la règle. Giacchino nous offre ainsi un nouveau thème majestueux et puissant associé à l’U.S.S. Enterprise et son jeune équipage, introduit dès les premières secondes du film par un cor (« Star Trek ») et développé dans un tutti orchestral puissant pour l’apparition du titre du film. Le nouveau thème principal de « Star Trek » n’a peut être pas la classe de l’immortel thème de Jerry Goldsmith ou celui, plus frais, d’Alexander Courage, mais il n’en demeure pas moins très réussi et parfaitement évocateur des aventures spatiales de l’Enterprise - le thème rappelle par moment celui de James Horner pour « Star Trek II », avec un côté majestueux vaguement similaire. Giacchino nous propose une grande reprise du thème dans l’excellent « Enterprising Young Men », lors du départ inaugural de l’Enterprise, avec, à son bord, les jeunes recrues fraîchement admises à la Starfleet Academy. A ce thème dominé par des cuivres guerriers et des cordes majestueuses vient se greffer un motif rythmique de cordes/percussions plutôt bien trouvé, évoquant le dynamisme et l’énergie des jeunes explorateurs de l’espace (à noter d’ailleurs la façon dont Giacchino s’amuse à greffer ce motif en contrepoint de la mélodie principale, jouant habilement sur la cohabitation des deux mélodies avec une certaine agilité). On retrouve par la même occasion les orchestrations très soignées chères au musicien, utilisant comme toujours le pupitre des percussions avec une certaine inventivité.

Hormis le nouveau thème principal, Giacchino nous offre une pléiade de nouveaux thèmes de qualité pour « Star Trek », à commencer par un thème majestueux et émouvant pour Spock, caractérisé par la présence inattendue d’un erhu, célèbre violon chinois constamment utilisé dans les films de wu-xia et que Giacchino utilise ici pour personnifier la musique des vulcains, la musique d’un autre monde (une sonorité qui rappelle un peu ce qu’avait fait James Horner sur « Star Trek III »). On est loin ici de l’inventivité instrumentale des passages vulcains du « Star Trek The Motion Picture » de Goldsmith, mais qu’importe, Michael Giacchino nous prouve qu’il possède décidément plus d’un tour dans son sac et crée la surprise en détournant les codes habituels de l’utilisation souvent très (trop) connotée de l’erhu pour le personnage du jeune Spock. Autre thème majeur dans la partition de « Star Trek », un motif de 5 notes menaçant associé au maléfique Nero - inévitable thème de méchant - et un thème plus dramatique entendu dans la dernière partie du film lors de la confrontation finale contre Nero. A noter que le thème du méchant - dominé par des gros cuivres menaçants et guerriers un brin rétro - rappelle certains motifs de méchant de Goldsmith pour d’anciens épisodes (le motif des borgs dans « Star Trek First Contact » par exemple). Encore une fois, Giacchino surfe sur les références tout en conservant son propre style, évitant la citation en optant pour une approche « référentielle » bien plus subtile et nuancée, assumant ainsi la continuité de sa partition dans l’univers musical de la saga « Star Trek ». Certes, les nouveaux thèmes de la partition de Giacchino ne valent peut être pas ceux des sieurs Goldsmith ou Horner, mais ils apportent néanmoins une force incontestablement à la musique du film de J.J. Abrams, soulignant les motivations et sentiments des principaux personnages de l’histoire.

Comme dans les précédents opus, la musique de « Star Trek » nous apporte son lot d’action, avec, pour commencer le massif « Nailin’ The Kelvin » pour la destruction du vaisseau au début du film : percussions guerrières diverses, cuivres démesurés, cordes amples, tout est mis en oeuvre pour retranscrire à l’écran la violence de l’affrontement, avec, une première apparition du thème menaçant de Nero aux cuivres. « Nailin’ The Kelvin » débouche alors sur un premier grand moment d’émotion dans la partition de Giacchino, « Labor of Love », qui accompagne la très belle scène introductive de la mort du père de Kirk (magnifiée par une quasi absence de bruitages et de dialogues durant la scène). Le compositeur utilise ici des cordes à fleur de peau au cours de cette scène pour un morceau sobre et émouvant, entre optimisme (bébé Kirk est sauvé) et regret (le père de Kirk doit se sacrifier pour accomplir sa tâche et sauver sa famille) : malgré le côté un peu trop simpliste de ce morceau (les harmonies utilisées sont assez banales), « Labor of Love » nous offre quand même quelques frissons à la clé ! Le thème principal est ensuite repris dans « Hella Bar Talk » avec des percussions discrètes, lorsque Kirk se rend au pont d’envol de l’Enterprise, débouchant sur l’incontournable « Enterprising Young Men ». Les scènes d’action du film nous permettent d’entendre quelques beaux déchaînements orchestraux comme « Nero Sighted », « Run and Shoot Offense » avec la reprise du thème dramatique (morceau qui rappelle beaucoup certains passages action de « Mission Impossible 3 »), sans oublier le climax du film, « Nero Death Experience », morceau démesuré de plus de 5 minutes alliant orchestre et choeurs opératiques dans un style proche du « Lord of the Rings » d’Howard Shore. Il s’agit du premier morceau de la saga « Star Trek » écrit pour choeur, apportant une dimension épique assez redoutable à la séquence de l’affrontement final contre Nero. Giacchino nous propose une confrontation assez efficace entre les différents thèmes du score - le thème principal, le thème de Spock et le thème de Nero. Enfin, le final du film nous permet d’entendre avec joie le célèbre thème d’Alexander Courage pour la série TV de 1966, avec la fameuse fanfare de « To Boldy Go », débouchant sur la suite du générique de fin qui reprend le thème de Courage dans une version épique pour choeur et orchestre absolument grandiose (« End Credits ») : un grand moment de bonheur pour tous les amoureux de l’univers musical de « Star Trek » ! Le « End Credits » permet aussi à Michael Giacchino de développer ses principaux thèmes pendant plus de 9 minutes, un morceau parfait pour conclure le score en beauté !

« Star Trek » s’impose ainsi comme une nouvelle grande réussite du toujours très inspiré Michael Giacchino, un score qui, à défaut d’atteindre le niveau et l’inspiration des partitions de Jerry Goldsmith (ou même celles de James Horner), confirme le talent et le savoir-faire d’un nouveau maître de la musique symphonique hollywoodienne qui apporte au film de J.J. Abrams son lot d’action, d’aventure et de danger ! Entre le thème majestueux de l’Enterprise et l’erhu mystérieux et envoûtant de Spock, la partition de Giacchino apporte ainsi une nouvelle pierre à ce véritable édifice musical que représente l’univers musical de la saga « Star Trek ». Sans être un chef-d’oeuvre impérissable, la partition de « Star Trek » s’impose au final comme un nouvel opus musical de qualité dans la saga, et ce même si, encore une fois, force est de constater que, quoique les compositeurs hollywoodiens fassent, Jerry Goldsmith restera à jamais inégalé dans son domaine. En conclusion, un score à découvrir sans plus tarder !

Quentin Billard

Video

Bande annonce 'Star Trak' de J.J Abrahms

="http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=6,0,40,0">

Autres BO du compositeur

Vos avis