Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

The Texas Chainsaw Massacre   (2004)

• Marcus Nispel •

• Musique composée par Steve Jablonsky

Dominé par les synthés, le score s'axe autour d'un unique thème principal dévoilé dans 'Leatherface', sinistre motif menaçant de 5 notes qui apparaît dès le début du film, baignant dans une atmosphère sonore particulièrement macabre. Mais Jablonsky se plante en signant un score atmosphérique et fonctionnel qui ne marquera certainement pas les annales du genre...

[© Texte : Cinezik] •

The Texas Chainsaw Massacre

Sortie de la BO

La-La Land Records (2003)

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1-Leatherface 2.45
2-He's A Bad Man 4.02
3-Erin and Kemper 1.07
4-Hewitt House 1.09
5-Driving With A Corpse 1.24
6-Kemper Gets Whacked/Jedidiah 1.56
7-Crawford Mill 1.50
8-Interrogation 3.50
9-Andy Loses A Leg 1.41
10-You're So Dead 3.33
11-Hook Me Up 2.40
12-My Boy 3.15
13-Morgan's Wild Ride/Van Attack 4.35
14-Mercy Killing 2.59
15-Prairie House 3.13
16-Final Confrontation 5.25
17-Can't Go Back 3.55
18-Last Goodbye 1.00

Voir le calendrier des B.O

Autour de cette BO

Nos articles sur cette BO

C'est sans aucun doute grâce à Michael Bay que Steve Jablonsky, compositeur de chez Media-Ventures (la boîte à Hans Zimmer), a pu atterrir sur ce projet. Il faut quand même signaler que 'TCM' marque la première participation 'solo' de Jablonsky sur la musique d'un film, lui qui était jusqu'ici habitué à signer la musique additionnelle de bon nombre de partitions de Media-Ventures incluant 'Tears of The Sun' de Zimmer, 'Pirates of the Carribean' de Badelt, 'Pearl Harbor' de Zimmer, 'The Tigger Movie' de Gregson-Williams, 'Chicken Run' de Powell et Gregson-Williams, etc. Pour 'TCM', le compositeur abandonne le style action synthético-orchestral cher à l'écurie M-V et nous plonge dans une macabre atmosphère musicale horrifique particulièrement efficace dans le film. Dominé par les synthés, le score s'axe autour d'un unique thème principal dévoilé dans 'Leatherface', sinistre motif menaçant de 5 notes qui apparaît dès le début du film, baignant dans une atmosphère sonore particulièrement macabre. Si 'He's a Bad Man' semble créer une atmosphère d'inquiétude profonde et d'errance avec ses cordes sombres et pesantes, 'Erin and Kemper' évoque de manière plus intimiste le couple Erin/Kamper personnifié ici par un bref motif de cordes plus mélancoliques. Puis, très vite, 'Hewitt House' nous plonge dans une atmosphère morbide avec un travail 100% atmosphérique autour des nappes de synthés et des textures électroniques glauques synonymes de tension et de menace ('Crawford Mill' en est un bon exemple). L'horreur commence véritablement avec 'Kemper Gets Whacked/Jedidiah' lorsque Leatherface commet ses premiers méfaits et tue Kemper.

Si le suspense et la tension dominent la première partie du score (et du film), 'Andy Loses a Leg' nous permet enfin de découvrir le style terreur du film avec un morceau d'action chaotique dominé par des percussions agressives, des synthés et des cordes frénétiques pour la scène où Andy perd une jambe et se fait attraper par Leatherface. On pourra peut-être regretter l'emploi trop constant ici du synthé dans les parties orchestrales, un effet qui tend parfois à rabaisser la musique au rang de simple musique de téléfilm horrifique (on aurait certainement préféré une approche orchestrale plus massive et étoffée). 'Hook Me Up' continue de nous plonger dans l'horreur pour l'éprouvante scène du crochet, tandis que 'My Boy' développe une atmosphère macabre à base d'effets sonores morbides et de nuages sonores un peu brouillon limite cacophonique. L'action culmine dans le chaotique 'Morgan's Wild Ride/Van Attack' pour la scène de poursuite avec la camionnette immobilisée, Jablonsky entamant pour la dernière partie du film un véritable marathon de terreur, que ce soit de l'amer et sombre 'Mercy Killing' en passant par l'intense poursuite brutale de 'Prairie House' à la limite de la cacophonie et l'inévitable et frénétique 'Final Confrontation', gros morceau de terreur/suspense de près de 5 minutes pour la poursuite finale dans l'abattoir. On retrouve finalement le thème principal dans le sinistre 'Can't Go Back' et 'Last Goodbye', concluant le film et la musique sur une ultime touche de noirceur.

Si le score s'avère être très efficace dans le film, il en est de même d'un point de vue purement musical. Steve Jablonsky, qui signe là son premier score en 'solo', semble s'être purement et simplement limité au minimum syndical en offrant au film un score horrifique banal et archi conventionnel qui sombre à plusieurs reprises dans un brouhaha sonore agaçant et une cacophonie assez facile. On est loin ici de la sophistication ou de l'esthétique orchestrale de Christopher Young, Jablonsky ayant apparemment adopté l'adage de circonstance 'plus c'est bruyant, plus c'est effrayant'. Certes, le score de 'The Texas Chainsaw Massacre' dispense son lot de suspense et de terreur dans 'TCM', renforçant l'atmosphère macabre et intense du film de Marcus Nispel, mais là où un compositeur talentueux et expérimenté comme Young aurait parfaitement réussi, Jablonsky se plante en signant un score atmosphérique et fonctionnel qui ne marquera certainement pas les annales du genre, à cause de son manque de relief, de la qualité quelconque de son écriture et d'une tendance facile et simpliste à la cacophonie pure et dure. Hélas, ce n'est pas avec 'TCM' que Jablonsky saura nous prouver qu'il a l'étoffe d'un grand compositeur capable de se lancer en solo sur un projet de ce genre.

Quentin Billard

Autres BO de Steve Jablonsky


Steve Jablonsky a signé la musique d'autres films de Marcus Nispel : Vendredi 13 (2009) •

Steve Jablonsky a également écrit la musique de : The Island (2005) • Steamboy (2004) • The Texas Chainsaw Massacre : The Beginning (2007) • Transformers (2007) • Transformers 2 : la revanche (2009) • Bloodshot (2020) • Freddy - Les Griffes de la nuit (2010) • Votre majesté (2011) • Transformers 3 (2011) • Battleship (2012) • Suspiria (2013) • Deepwater (2016) • The Gangster Squad (2013) • La Stratégie Ender (2013) • No Pain no Gain (2013) •

Vos avis