Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

EN

VOIR

PLUS

True Grit  (2011)

Nonesuch (7 décembre 2010) | Original Score [musique originale]



Carter Burwell retrouve les frères Coen après 13 films passés ensemble. 

[© Texte : Cinezik] • 0075597977295

True Grit

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. The Wicked Flee (02:34)
2. Father's Gun (02:57)
3. Little Blackie (01:05)
4. Your Headstrong Ways (01:22)
5. A Great Adventure (01:56)
6. River Crossing (01:33)
7. We Don't Need Him Do We? (00:30)
8. The Hanging Mann(00:55)
9. A Methodist and a Son of a Bitch (00:49)
10. Talking to Horses (01:20)
11. A Turkey Shoot (03:00)
12. Talk About Suffering (00:35)
13. La Boeuf Takes Leave (02:44)
14. Taken Hostage (02:00)
15. One Against Four (01:37)
16. The Snake Pit (03:15)
17. Ride to Death (02:28)
18. I Will Carry You (01:58)
19. A Quarter Century (01:23)
20. The Grave (00:59)
21. Leaning on the Everlasting Arms (True Grit Version) - (1:57)

Nos articles sur cette BO

Il n'est pas surprenant de voir les frères Coen s'attaquer de front au genre du western, car ils avaient déjà insufflé dans d'autres genres les codes westerniens, que ce soit à travers une comédie (ARIZONA JUNIOR), un film noir (NO COUNTRY FOR OLD MEN), le folklore (O'BROTHER), ou même le polar avec FARGO et ses paysages enneigés. Car l'un des codes du western est la place accordée au paysage comme à un personnage à part entière. Et c'est là (entre autres) que la musique de Carter Burwell intervient. Le compositeur fidèle des Coen a toujours su magnifier les paysages (ouverture enneigée de FARGO donc), et pour ce véritable western, elle se fait entendre dans les moments de déplacement (en cheval évidemment), laissant l'oeil (et l'oreille) apprécier les étendues rocheuses. Mais la partition est loin d'être décorative, elle n'est pas du tout grandiloquente, n'emploie pas l'orchestre symphonique de Elmer Bernstein (compositeur du premier TRUE GRIT de Hathaway), ou les cuivres traditionnels et triomphants propre aux westerns. Carter Burwell choisit de se concentrer sur un thème triste et ses arrangements pour piano, avec quelques envolées de cordes pour un lyrisme retenu.

Même si on reconnait là le minimaliste du compositeur de BARTON FINK, on pense aussi beaucoup à Clint Eastwood et cette manière de distiller un simple thème mélancolique, dans une ambiance crépusculaire liée à la mort d'un héros (mort en devenir pour un homme vieillissant qui revient comme un fantôme dans IMPITOYABLE, ou deuil d'un père à venger dans ce TRUE GRIT).

Dans ce deuil, il est aussi question du point de vue d'un personnage. Dans ce film, nous évoluons du point de vue de la petite Mattie Ross qui veut venger son père tué, une sorte d'Alice au pays des Hors-la-Loi, dans un récit initiatique proche du conte, où la petite fille va apprendre ce qu'est le monde dur des hommes de l'Ouest, la musique se fait ainsi sombre et ténébreuse par instant. A mentionner la séquence des serpents où Mattie surprise est effrayée face à l'animal, le morceau de Burwell "The Snake Pit" joue de cette angoisse, de cette peur, avec une dissonance de cordes, puis de sa délivrance avec une envolée lyrique au terme de cette musique/séquence lorsque le borgne (Jeff Bridges) la secourt.

Cette innocence est prégnante dans la musique, ainsi que d'un certain humour (la dérision propre à l'univers des Coen) dans l'enchainement des péripéties (passage ludique entre la peur et la joie, l'échec et la victoire) jouant sur la vulnérabilité des personnages qui sont comme des anti-héros face à un défi trop grand pour eux.

Enfin, certains morceaux préexistants empruntent au folklore de l'Ouest (et la chanson finale "Leaning on the Everlasting Arms" - écrite en 1887 - en est un exemple). La musique de Carter Burwell (dont le thème est directement une variation de la chanson), elle-même inspirée d'hymnes religieux, qui évolue comme une messe, parvient parfaitement à lier le répertoire traditionnel à une inspiration originale liée au récit.

Cette nouvelle collaboration Coen/Burwell est une pièce évidente, sombre et lumineuse, entre ARIZONA JUNIOR et FARGO.

Benoit Basirico

Autres BO du compositeur

Vos avis