Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Une journée en enfer  (1995)

Die Hard: With a Vengeance / Die hard 3

La-La Land Records (4 décembre 2012) - 2 disques | Réédition


 

Michael Kamen retrouve la saga DIE HARD pour la troisième fois, et le réalisateur John McTiernan après PIEGE DE CRISTAL et LAST ACTION HERO.



[© Texte : Cinezik] •
Une journée en enfer

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

DISQUE 1

1 Summer in the City 2:44
Performed by The Lovin' Spoonful
(John Sebastian/Mark Sebastian/Steve Boone)
2 Main Title:19
3 Goodbye Bonwits 6:28
4 John and Zeus 3:20
5 Taxi 1:51
6 Neat Bomb 2:11
7 Papaya King 5:19
8 72nd Street Phone 3:18
9 Taxi Chase 5:08
10 The Subway (Part 1) 4:24
11 The Subway (Part 2) 2:15
12 Take A-nother Train 2:54
13 Feds 4:42
14 Rings a Bell 8:28
15 Infiltration 5:33
16 Bank Invasion 4:15
17 Back to Wall Street 2:55
18 Fake Cops 1:42
19 The Federal Reserve 2:18
20 Bank Elevator* 2:54
21 Gold Room Aftermath 1:36
22 Panic 2:04

DISQUE 2

1 Aqueduct 2:12
2 Santa Claus 2:36
3 Yankee Stadium / School and Tunnel 3:42
4 Refrigerator Bomb :40
5 Surfing in the Aqueduct 2:29
6 Ticking Refrigerator :50
7 Mercedes Chase / School Assembly 3:14
8 Aftermath / Waiting and Falling 2:00
9 Hooking the Boat 5:45
10 Bunny and Fire Drill 2:39
11 Running in the Halls 1:42
12 Bomb Goes Into Hold 5:24
13 John Makes It Mad 1:39
14 Holly / Celebration 3:17
15 Oh, Canada! 3:23
16 Johnny Comes Marching Home 1:39

Bonus Tracks:
17 Regret 1:57
18 Hooking the Boat (alternate) 4:23
19 On the Freighter / John Makes It Mad 3:30
20 Wall Street Station 1:29
21 The Subway (Part 1) (alt. segment) 1:31
22 The Subway (Part 2) (alt. segment) :47
23 Ode to Johnny 3:12
24 No Rush 1:20
25 Escape 2:05
26 The Foundry 3:08
27 Waltz of the Bankers (album track) 4:15
28 Gold Vault (album track) 3:50
29 Somebody Had Fun (wild snare) 1:16
30 Johnny Comes Marching Home (wild vamps) 1:29

 

Nos articles sur cette BO

« Die Hard with a Vengeance » marque enfin le retour de Michael Kamen à la musique. Pour ce troisième épisode, le compositeur a repris une bonne partie des morceaux qu'il avait déjà composé pour les deux films précédents, et qu'il réadapte ici à l'univers de ce troisième film. Bien sûr, il on retrouve l'indispensable thème du danger, motif de 5 notes indissociable de l'unviers musical des « Die Hard » et que l'on retrouve ici, accompagnant encore une fois le périple mouvementé de McClane qui se retrouve toujours dans des situations incroyables. L'interprétation du Symphony of Seattle apporte une nouvelle force à la plupart des pièces reprises des deux autres épisodes, tandis qu'un nouveau thème fait ici son apparition, le thème associé aux méchants de l'histoire, une marche militaire américaine traditionnelle que Michael Kamen cite tout au long de sa partition, la célèbre « Johnny's Coming Home ». Le compositeur arrange donc cet air populaire pour les besoins de la partition du film de John McTiernan, l'utilisant comme le véritable thème des méchants en suggérant leur présence, comme notamment dans le motif final qui conclut le thème martial entendu aux trompettes dans « Gold Vault » par exemple. La nouveauté de ce troisième score vient surtout de la présence plus mémorable de rythmes martiaux évoquant les mercenaires allemands de Simon Grubber, qui vont monter ensemble un plan ambitieux visant à piller entièrement les réserves d'or de Fort Knox. On retrouve par moment quelques brèves allusions ironiques à la 9ème Symphonie de Beethoven ou à la chanson « Singin' in the Rain » reprises du premier score, et que l'on pourra entendre ici dans plusieurs passages d'action/suspense aux rythmes martiaux intenses et mouvementés. Hélas, comme pour « Die Hard 2 », ce jeu de références musicales fort amusant est totalement relégué au second plan dans ce troisième opus, cédant ainsi la place à un travail plus orienté sur les déchaînements orchestraux martiaux, et les grandes montées de tension illustrant les efforts de John et Zeus pour mettre fin au jeu pervers de Simon.

Un petit motif de cordes de sept notes (repris aussi du premier « Die Hard ») est entendu dans « Goodbye Bonwits » et surtout dans « Waltz of the Bankers », dans lequel un jeu d'harmoniques de cordes est soutenu par un ostinato de notes graves du piano pour la scène où John McClane prend l'ascendeur de la banque en présence des allemands ! Kamen suggère alors la menace et le danger de la scène en répétant ce motif de cordes de façon pesante et inquiétante, « Waltz of the Bankers » étant une vraie petite réussite dans son genre, une musique qui entretient parfaitement le suspense et la tension de la scène sans jamais se relâcher. A noter que le dit motif ne reviendra pas particulièrement tout au long du score. En revanche, l'excitant « Surfing in the Aquaduct » n'est pas dans le film est a été remplacé par une pièce d'action du premier épisode, scène dans laquelle McClane se retrouve piégé en camion dans l'aqueduc, alors qu'une tornade d'eau lui arrive dessus à toute vitesse. L'entrée des terroristes allemands dans la banque est illustrée quand à elle de façon très martiale, avec un orchestre essentiellement dominé par les cordes, les cuivres et une caisse claire omniprésente aux rythmes martiaux. Kamen utilise même un motif ascendant de cuivres musclés pour renforcer l'impact de l'arrivée des méchants dans la banque. Le compositeur nous offre aussi quelques grands morceaux d'action comme l'attaque finale de l'hélicoptère de Simon ou la scène durant laquelle McClane tente de désamorcer la bombe du métro.

« Goodbye Bonwits » évoque l'introduction du film, alors que l'inspecteur Cobb reçoit le premier coup de fil de Simon. Michael Kamen replonge le spectateur sorti de « Die Hard » et « Die Hard 2 » dans l'univers musical du film avec le retour du thème principal, le thème de cinq notes du danger, associé aux mésaventures de John McClane. Le compositeur crée ici un véritable climat de tension largement entretenu pendant plus de 6 minutes, reposant sur une excellente écriture orchestrale faisant intervenir chaque pupitre de l'orchestre, et plus particulièrement les cordes et les vents. A noter aussi l'excellente reprise du thème de « Die Hard » dans « Take A-Nother Train » et l'utilisation d'un extrait de « Iron Foundry » (Fonderie d'acier) écrit par le compositeur russe Alexandre Vassiliévitch Mosolov en 1928, et grand classique de la musique du réalisme socialiste russe du 20ème siècle. McTiernan décida d'utiliser cette pièce classique furieuse, moderne et enragée pendant quelques secondes dans le film, afin d'illustrer le combat dans l'entrepôt entre McClane et le sous-fifre allemand de Simon : le résultat est d'ailleurs assez étonnant, puisque la violence mécanique du morceau d'origine de Mosolov collant à la perfection à la brutalité de cette scène de combat. Mais c'est surtout avec la séquence du pillage de Fort Knox que la musique atteint un véritable climax d'une grande intensité. Pendant près de 5 minutes, Michael Kamen illustre le cambriolage savamment orchestré par Simon et ses hommes en reprenant le thème de la marche « Johnny's Coming Home » à travers un long crescendo progressif bâti selon le même principe que le « Boléro » de Ravel : une même mélodie répétée inlassablement avec, comme unique changement, une instrumentation en constante évolution. A noter d'ailleurs qu'il est assez ironique d'entendre une marche américaine populaire associé dans le film à des terroristes allemands qui tendraient presque à rappeler les nazis : une idée un peu provocatrice - car associée aux méchants du film - mais qui fait son petit effet à l'écran, une vraie bonne idée que Michael Kamen développe et assume jusqu'au bout. Il s'agit en tout cas d'un moment incontournable de la partition de « Die Hard with a Vengeance », qui a aussi permis à la BO du compositeur d'apporter un peu de renouveau et de fraicheur à l'univers musical de la franchise.

Passons maintenant à un point plus négatif au sujet de cette BO : l'album de la musique du film, un album raté, bâclé et irrespectueux du travail de Michael Kamen sur le film de John McTiernan. En fait, l'enregistrement de l'album a été conçu alors que le score de Kamen n'avait même pas été fini d'être composé. Du coup, il manque environ 80% du score de Michael Kamen sur le CD, d'autant que les morceaux sélectionnés sur cette galette sont bien loin d'être les plus intéressants du score : une honte, d'autant que le reste fait office de remplissage, en particulier les deux chansons rap et les deux symphonies classiques de la fin du CD (qui ne sont même pas dans le film !). Signalons aussi la médiocrité du packaging, et plus particulièrement de la couverture arrière de l'album, qui ne contient aucune trace du listing des morceaux : incroyable, tout simplement ! On en vient même à se demander comment des éditeurs professionnels peuvent oser commercialiser un produit pareil, alors qu'il y a véritablement tromperie sur la marchandise ! Rajoutons d'ailleurs que la marche « Johnny's Coming Home » est, bien sûr, absente de l'album, et que le superbe « End Credits » n'y est pas non plus. « Surfing in the Aquaduct » n'a pas été utilisé dans le film et le reste des morceaux se retrouvent complètement dispersées dans le film par un montage de la musique complètement morcelé et un peu anarchique. Bref, il ne reste donc guère que le film lui-même pour pouvoir apprécier pleinement toutes les qualités de cette partition orchestrale très riche et entraînante, qui mélange à l'écran morceaux d'action martiaux et passages à suspense plus sombres et inquiétants : un grand score à écouter absolument, dans la continuité de « Die Hard » et « Die Hard 2 » !

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis