Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

EN

VOIR

PLUS

Le Monde ne suffit pas  (1999)

The World is not Enough

Mis (9 novembre 1999) - En digital | Original Score [musique originale]



David Arnold retrouve une deuxième fois la saga James Bond après "Demain ne meurt jamais" (1997).

[© Texte : Cinezik] •

Le Monde ne suffit pas

Lien d'achat :

Autour de cette BO

Nos Notes sur cette BO

Dans la continuité de Tomorrow Never Dies, The World Is Not Enough est un bon équilibre entre musique électronique et musique classique (à l'exemple de "Body Double" dira Nicholas Dodd). L'objectif reste de moderniser encore davantage la série. C'est peut-être la recherche de cet équilibre qui n'avait pas été ressenti avec Goldeneye. Pour coller à l'atmosphère des pays où se déroule l'action (Azerbaïdjan notamment) et orientaliser le "James Bond theme", David Arnold s'entoure de Abdullah Chhadeh, joueur de flûte qanûn, du percussioniste Pete Lockett et de la chanteuse Natacha Atlas ("Welcome To Baku", "Khazakstan").

Le choix de Garbage (groupe américain de rock alternatif) s'impose aux yeux de la production : double disque d'or en France pour l'album Version 2.0 ; tournée mondiale de 18 mois. Pour le générique de fin, David Arnold voulait rompre avec la tradition qui voulait que le compositeur reprenne le thème d'ouverture. Le réalisateur s'y opposa. Il compose alors "Only Myself To Blame" interprétée par Scott Walker et qui reprend le "Elektra's Theme" (audible également dans "I Never Miss") utilisé dans le film pour évoquer l'idylle ratée entre 007 et Elektra King. Mais le réalisateur s'y oppose et Arnold effectue alors une reprise techno/jazz du "James Bond theme" pour le générique de fin (absent du disque). Deux motifs de ce générique final seront repris dans Die Another Day.

On retrouve tout au long des pistes la flamboyance de David Arnold dans plusieurs pistes : "Come In 007 Your Time Is Up", "Going Down The Bunker", "Caviar Factory", "Submarine". Pourtant, David Arnold ne peut que rendre hommage à la figure de John Barry. En effet, comment ne pas entendre dans "Snow Business" (piste qui ne figure pas sur le disque) l'influence manifeste de Out Of Africa ("Safari") ? Un travail de qualité qui vaudra à David Arnold un BMI Film Music Award.

François Faucon

Nos articles sur cette BO

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis