Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS


Accédez à notre page dédiée au Festival de Cannes avec tous nos contenus. 

 

Critiques BO

BO des Palmes d'Or #9 : BARTON FINK (1991), le chemin de l'inspiration
Barton Fink (Carter Burwell)

par Benoit Basirico - Publié le 11-05-2019
barton-fink,@,burwell, - BO des Palmes d'Or #9 : BARTON FINK (1991), le chemin de l'inspiration


Voici le 9e épisode de notre série consacrée aux B.O des Palmes D'Or dans l'histoire du Festival de Cannes, avec celle de BARTON FINK (1991) de Joel et Ethan Coen.

Carter Burwell retrouve les frères Coen après "Sang pour sang" (1984), "Arizona Junior" (1987) et "Miller's Crossing" (1990). Le compositeur franchit un cap dans son travail thématique. Sa partition est celle du personnage de Barton Fink, jeune auteur timide en mal d'inspiration (John Turturo). Elle accompagne ainsi ses doutes. Pour y parvenir, Burwell nous restitue musicalement ce qui se passe dans la tête de ce dramaturge. Il construit progressivement son thème, en parallèle de l'avancée créative du héros. Il y a ainsi simultanéité entre le temps du récit et l'évolution musicale de la B.O. Carter Burwell a composé un thème beau et intriguant qui s'inscrit totalement dans la narration et dans la psyché du protagoniste.

Des notes de piano sont esquissées, puis évoluent au fur et à mesure que le héros avance dans son texte. Ainsi, la question de l'emplacement de la musique est ludique, procédant à des synchronisations presque burlesques avec des éléments visuels, comme lorsque la partition s'interrompt brutalement au moment d'un appel téléphonique, ou d'une tapisserie qui se décolle, provoquant l'arrêt de la machine à écrire. Carter Burwell est au diapason de l'univers tragi-comique des frères cinéastes, où l'humour se marie à la noirceur. Le piano lancinant et les cordes grinçantes subissent les affres du montage pour être constamment perturbés, comme le personnage l'est. le thème complet apparaîtra au moment culminant où l'écrivain aura trouvé la quiétude et l'inspiration.

BO à écouter en seconde partie d'un disque comprenant également la musique de "Fargo" :

Tous les épisodes : 

BO des Palmes d'Or #1 : LE TROISIÈME HOMME (1949), la cithare alter ego du héros

BO des Palmes d'Or #2 : LA DOLCE VITA (1960), une ritournelle qui mène à l'ivresse 

BO des Palmes d'Or #3 : LES PARAPLUIES DE CHERBOURG (1964), un film chanté

BO des Palmes d'Or #4 : UN HOMME ET UNE FEMME (1966), quand la musique embrasse le visuel 

BO des Palmes d'Or #5 : CONVERSATION SECRÈTE (1974), le dénuement du piano

BO des Palmes d'Or #6 : TAXI DRIVER (1976), le saxophone de la nuit

BO des Palmes d'Or #7 : PARIS TEXAS (1984), une guitare contemplative et spectrale

BO des Palmes d'Or #8 : MISSION (1986), réconcilier les antagonismes

BO des Palmes d'Or #9 : BARTON FINK (1991), le chemin de l'inspiration

BO des Palmes d'Or #10 : LA LEÇON DE PIANO (1993), l'instrument d'une expression 

BO des Palmes d'Or #11 : L'ETERNITE ET UN JOUR (1998), un thème romanesque et nostalgique

BO des Palmes d'Or #12 : LA CHAMBRE DU FILS (2001), sur le fil de l'émotion 

par Benoit Basirico - Publié le 11-05-2019

Vos avis