Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

<<<
<<<
<<<

Le Royaume   (2007)

The Kingdom • de • En salle le 31-10-2007

B.O de Danny Elfman



Danny Elfman signe le score de ce film réalisé par Peter Berg et produit par Michael Mann (avec Jamie Foxx, Jennifer Garner et Chris Cooper). Il compose une musique électronique avec percussions, nappes de cordes et soli de guitares électrique très efficaces à l'image. Belle surprise.

[© Texte : Cinezik] •

Le Royaume

Varèse Sarabande (US: 25 septembre 2007;
FR : 22 octobre 2007)

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. The Kingdom - Titles (4:29)
2. Waiting (2:19)
3. Attack on the Compound (2:43)
4. The Detonator (1:57)
5. The Killing Room /Trouble Coming (2:01)
6. To the Prince's (1:09)
7. Digging Deep (1:17)
8. Starting to Click /Saving Leavitt (4:55)
9. Friendship (3:49)
10. The Chase (4:49)
11. The Sales Pitch (2:12)
12. The Marble (1:08)
13. Finale (6:50)

Nos articles sur cette BO

De la même manière que The Kingdom n'est pas un film de guerre ni même d'action, mais plutôt un pamphlet interrogateur sur la présence américaine en moyen-orient, la musique de Danny Elfman sort des sentiers battus, avec un score plutôt atmosphérique, pas spécialement mélodique, qui rappelle davantage les riffs guitare d'un Cliff Martinez sur un film de Steven Soderbergh (Traffic par exemple) que les partitions colorées et délirantes du Danny Elfman collaborant pour Tim Burton.

Elfman compose ici un score aride, solaire, rappelant la musique de Hans Zimmer pour La Chute du Faucon Noir (le film de Peter Berg ayant d'ailleurs pas mal de correspondances avec celui de Ridley Scott), avec un savant mélange de sonorités électro, de guitares et de percussions orientales. La musique d'Elfman pour le générique d'ouverture est comme souvent chez lui assez impressionnante, ayant un impact accusateur sur les images de cette vertigineuse chronologie accélérée de la présence américaine en orient, que semble à l'évidence être la source de nombreux conflits politiques de ces dernières années.

Comme Alexandre Desplat dans Syriana (où il était aussi question de pétrole), Danny Elfman se fait discret mais efficace, soulignant l'émotion avec peu de moyens mais une belle densité d'instruments, et une fusion orchestre / électronique réussie et pertinente, évoquant la société occidentalisée de l'Arabie Saoudite d'aujourd'hui qui parvient mal à conserver ses traditions face à l'impérialisme américain, plus gros client de pétrole au monde. La musique d'Elfman suggère donc cette ambiguité, fusionnant tradition et modernité dans sa partition. L'idée n'est pas d'hier mais fonctionne ici à merveille sur les images nerveuses de Peter Berg.

Les dernières scènes du film deviennent même émouvantes avec le score aérien d'Elfman sur la fin du métrage (se poursuivant jusqu'au générique de fin), la musique liant le montage alterné entre le personnage de Jamie Foxx et le visage de l'enfant saoudienne qui clôt magistralement le film, donnant ainsi tout son sens à la scène et au métrage dans son ensemble. Une musique certes pas révolutionnaire (à quoi bon ?) mais qui prouve que Danny Elfman, quand il sort des sentiers battus (Burton, Disney ou les super-héros) a encore des choses à dire et n'a rien perdu de son sens de la mise en musique d'une image. Et surtout qu'il a compris le film et que sa collaboration avec Peter Berg est une belle réussite. On en redemande.

Sylvain Rivaud

Autres BO du compositeur

 Voir la filmo du compositeur  

Vos avis